SOULAGES DU FARDEAU

 

Le souci au fond du cœur déprime un homme,

mais une parole d’encouragement lui rend la joie.

(Proverbes 12.25)

 

Lecture proposée : (Philippiens 4.6)

Ne vous inquiétez de rien,

mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu

par des prières et des supplications,

 dans une attitude de reconnaissance.

 

 

 

DE LA PAROLE…

 

Une des exhortations les plus fréquentes dans les Ecritures est celle de ne pas nous inquiéter. Pourtant, un des problèmes les plus tenaces chez les chrétiens est l’inquiétude. C’est curieux, n’est-ce pas ? Mais si Dieu nous recommande si souvent de ne pas avoir peur, c’est probablement parce qu’il sait que la peur est l’un de nos pires problèmes.

 

Pourquoi Dieu se préoccupe-t-il tant de nos inquiétudes ? parce qu’il n’aime pas nous voir peiner sous un lourd fardeau. Ce verset des Proverbes affirme que le souci au fond du cœur déprime un homme. L’inquiétude est l’antithèse de la vie abondante que Jésus est venu nous donner, car elle nous empêche de faire la volonté de Dieu et de nous réjouir de sa présence. Quand nos pensées sont absorbées par des circonstances difficiles ou par des personnes compliquées, nous ne pouvons plus nous concentrer sur Dieu. Quand nous craignons les forces qui nous volent ainsi notre vie, nous les plaçons plus haut que celui qui nous donne la vie, le Seigneur lui-même.

 

Dieu ne veut pas que nous soyons abattus. Peut-être nous donne-t-il beaucoup de responsabilités, mais il ne nous en accable pas. Son fardeau est léger, car Jésus le porte avec nous. Tant que nous nous agitons à cause de nos propres charges, nous ne pouvons pas laisser Jésus les porter. Nous ne pouvons pas sentir sa force si nous tentons de porter le poids de la vie par nos propres forces. Il faut décider : qui va porter nos fardeaux ? Dieu bien sûr.

 

… AUX ACTES

 

Quelle est la solution à l’inquiétude ? Il y en a plusieurs, la prière étant la première. Cependant, le proverbe d’aujourd’hui en donne une autre : de « bonnes » paroles. Que votre vie en soit remplie. La vérité de Dieu est bonne pour vous, après tout. Révisez-la souvent. Dites-la autour de vous. C’est avant tout par ses enfants que Dieu s’exprime dans ce monde. Manifestez sa bonté à l’égard des autres de manière verbale. Et lorsque les autres vous adressent des paroles aimables, acceptez-les. C’est Dieu qui vous les envoie.

 

(Extrait du livre « 365 méditations « Dans ses pas » de Chris Tiegreen)

Ichtus (2)