L’AVEUGLE BARTIMEE

 (Marc 10.46-52)

46 Ils arrivèrent à Jéricho. Lorsque Jésus sortit de la ville avec ses disciples et une assez grande foule, Bartimée, le fils aveugle de Timée, était assis en train de mendier au bord du chemin. 47 Il entendit que c'était Jésus de Nazareth et se mit à crier: «Fils de David, Jésus, aie pitié de moi!» 48 Beaucoup le reprenaient pour le faire taire, mais il criait beaucoup plus fort: «Fils de David, aie pitié de moi!»
49 Jésus s'arrêta et dit: «Appelez-le.»
Ils appelèrent l'aveugle en lui disant: «Prends courage, lève-toi, il t'appelle.» 50 L'aveugle jeta son manteau et, se levant d'un bond, vint vers Jésus.
51 Jésus prit la parole et lui dit: «Que veux-tu que je fasse pour toi?»
«Mon maître, lui répondit l'aveugle, que je retrouve la vue.»
52 Jésus lui dit: «Vas-y, ta foi t'a sauvé.» Aussitôt il retrouva la vue et il suivit Jésus sur le chemin.

 

Notes de la Bible Segond 21

Marc 10

  • 10.47 Fils de David : titre donné au Messie, le Sauveur attendu par les Juifs, sur la base notamment de 2 Samuel 7.12-16 [12 quand ta vie prendra fin et que tu seras couché avec tes ancêtres, je ferai surgir après toi ton descendant, celui qui sera issu de toi, et j'affermirai son règne. 13 Ce sera lui qui construira une maison en l'honneur de mon nom, et j'affermirai pour toujours le trône de son royaume. 14 *Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils. S'il fait le mal, je le punirai avec le bâton des hommes, avec les coups des humains, 15 mais je ne lui retirerai pas ma grâce comme je l'ai fait avec Saül, que j'ai écarté de ton chemin. 16 Ta maison et ton règne seront assurés pour toujours après toi, ton trône sera affermi pour toujours.'»] ; Esaïe 9.5-6 [5 En effet, un enfant nous est né,
    un fils nous a été donné,
    et la souveraineté reposera sur son épaule;
    on l'appellera merveilleux conseiller, Dieu puissant,
    Père éternel, Prince de la paix.
    6 Etendre la souveraineté,
    donner une paix sans fin au trône de David et à son royaume,
    l'affermir et le soutenir par le droit et par la justice,
    dès maintenant et pour toujours:
    voilà ce que fera le zèle de l'Eternel, le maître de l'univers.]
    .

 (Marc 10.46-52)

 

Un jour comme les autres. Bartimée est assis au bord du chemin, comme d’habitude. Il mendie. Il est aveugle ; son seul espoir est de gagner quelques piécettes pour survivre. Fidèle à son poste, il patiente et médite sur le sens de son existence : une situation sans issue.

 

Assis au bord du sentier, il est oublié de tous, ou presque. En dehors de l’agitation de la ville, des gens qui commercent, travaillent pour vivre. Il est aux bans de la société. Certes, il est sur un lieu de passage et espère inspirer suffisamment de pitié pour couvrir ses besoins.

 

Depuis quelques temps, un faiseur de miracles, appelé Jésus, rassemble des foules entières sur son passage. Grâce aux récits des uns et des autres, l’identité de cet homme extraordinaire se dessine peu à peu dans le cœur du malheureux. Une lueur d’espoir illumine son être intérieur. Il se prend à rêver d’une rencontre. Mais comment faire ?

 

Son manteau de peines sur les épaules, Bartimée attend, la main tendue. Soudain une rumeur enfle et prend de l’ampleur : Jésus est en ville ! Le cœur de Bartimée bat à tout rompre. Il entend le bruit d’une foule qui se déplace et se rapproche. Elle vient vers lui. N’y tenant plus, Bartimée s’écrie : « Fils de David, Jésus, aie pitié de moi. » La foule se presse désormais autour de lui. Elle essaie de le faire taire. Mais Bartimée ne se laisse pas intimider. Il hurle de plus belle. Son salut, sa guérison sont en jeu. C’est aujourd’hui ou jamais.

 

Jésus a déjà guéri beaucoup de malades. Pourquoi pas lui ? Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu (Luc 18.27) [Jésus répondit: «Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu.»]. Il crie encore plus fort malgré la foule qui fait barrage. Rempli d’audace, de détermination, il persiste dans ses appels.

 

L’Eternel n’a-t-il pas dit : « Fais appel à moi et je te répondrai. Je te révélerai des réalités importantes et inaccessibles, des réalités que tu ne connais pas » (Jérémie 33.3) ? Et Jésus s’arrête ! Heureux celui qui persévère dans ses prière les promesses de Dieu sur sa vie et a soif de voir Jésus !

 

Jésus fait venir Bartimée. Celui-ci saute sur ses jambes sans hésiter. Il sait qui il est. Il l’appelle « Mon Maître » ! Il est prêt à rencontrer Jésus, à vivre quelque chose de neuf avec lui. Il ne veut pas s’encombrer de son vécu : il jette son manteau, symbole de son passé.

 

Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles (2 Corinthiens 5.17).

 

« Que veux-tu que je fasse ? lui demande Jésus. « Mon maître, que je recouvre la vue ! » « Vas-y, ta foi t’a sauvé » lui répond Jésus. Aussitôt il recouvre la vue et suit Jésus avec zèle et passion. Il ne retourne pas dans sa famille. Il dédie sa vie au Christ, en profonde reconnaissance pour ce qu’il a fait pour lui. Bartimée est guéri, se sait sauvé et profondément aimé par Dieu. Désormais, il fait route avec le Fils de Dieu.

 

Et nous, soupirons-nous après la présence de Jésus ? Avons-nous soif de le connaître ? Avant de discerner la lumière physique par la guérison de ses yeux, dans l’obscurité de sa cécité, l’aveugle avait saisi que Jésus était la lumière du monde, le Sauveur de l’humanité. Le Fils de Dieu. Il avait compris que seul Jésus pouvait lui apporter de l’espérance, lui offrir bien plus qu’une simple guérison physique : la vie éternelle.

 

Jésus est toujours le même. Il ne change pas. Ce qui était possible hier l’est encore aujourd’hui : il guérit encore, et offre son salut à quiconque le demande. Il nous procure le pardon de nos péchés grâce à son sang versé à la croix. Il restaure les cœurs brisés. Il nous appelle par notre nom. Entendons-nous sa voix ?

 

7 C'est pourquoi, comme le dit le Saint-Esprit, aujourd'hui, si vous entendez sa voix, 8 n'endurcissez pas votre cœur comme lors de la révolte, comme le jour de la tentation dans le désert: (Hébreux 3.7-8)

 

 (Flyer de Média Espérance –   Mireille Muller)

Ichtus (2)