LA PRIERE QUE DIEU EXAUCE

 

 

Quelle prière Dieu exauce-t-il ?

 

La prière du travailleur, vous connaissez ?

 

« Notre Père qui est aux cieux. Que le travail soit léger. Que les patrons partent en vacances. Que notre volonté soit faite au travail comme à la maison. Donne-nous aujourd’hui un jour de congé, une semaine de récupération et un mois de réflexion. Pardonne-nous nos absences comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous font travailler. Ne nous soumets pas aux observations, aux baisses de salaire, aux embargos et aux heures supplémentaires. Mais délivre-nous de cet enfer. Car c’est à toi qu’appartient le pouvoir d’augmenter notre salaire et nos jours de congé tout en diminuant notre travail ».

 

Si cette prière a de quoi faire sourire, elle pose une vraie question : Quelle prière Dieu exauce-t-il ?

 

2 hommes, 2 prières

 

La scène se passe dans une église. Deux hommes, un bien portant et un malade, sont venus pour prier. Le bien portant, debout, fait intérieurement cette prière : « O Dieu, je te remercie de ne pas être avare, malhonnête et adultère comme les autres hommes, et en particulier comme ce malade là-bas ». Le malade se tient dans un coin retiré, et n’ose même pas lever les yeux au ciel. Il se frappe la poitrine et murmure : « O Dieu, aie pitié du pécheur que je suis ! » (Luc 18.10-13)[ 10 «Deux hommes montèrent au temple pour prier; l'un était un pharisien, l'autre un collecteur d'impôts. 11 Le pharisien, debout, faisait cette prière en lui-même: ‘O Dieu, je te remercie de ce que je ne suis pas comme les autres hommes, qui sont voleurs, injustes, adultères, ou même comme ce collecteur d'impôts. 12 Je jeûne deux fois par semaine et je donne la dîme de tous mes revenus.' 13 Le collecteur d'impôts, lui, se tenait à distance et n'osait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine en disant: ‘O Dieu, aie pitié de moi, qui suis un pécheur.']

 

Imaginez que vous alliez chez votre médecin et que vous lui disiez : « Docteur, je vous annonce que je vais très bien. Je n’ai pas de problème de digestion, je respire à pleins poumons, j’ai le poids idéal, mon cœur est solide. Bref, à la différence de tous ces malades qui sont dans votre salle d’attente, tout va bien chez moi ! ». « Tout va bien chez moi ! » : c’est ce que dit le bien portant dans sa prière. Il est venu à l’église pour se féliciter de sa bonne santé morale et spirituelle. Avec cet état d’esprit, sa visite peut-elle lui apporter quelque chose ?

 

La prière du malade, elle, est totalement différente. Il est venu comme un malade qui consulte et qui a besoin d’aide. Il accepte donc de subir un examen. Peut-être a-t-il un problème de tension ou de cholestérol, une grosseur anormale ou un cœur malheureux. C’est pourquoi, il prie simplement : « O Dieu, aie pitié du pécheur que je suis ! » A quoi pense-t-il en disant cela ? Le malade pense au Dieu miséricordieux et compatissant qui a le pouvoir de sonder son cœur. Non pas le cœur qui bat sous ses côtes, mais celui qui est le siège de ses émotions, des sentiments et des passions, bonnes ou mauvaises.

 

Comment va votre cœur ?

 

Peut-être dites-vous : « Tout va bien chez moi ! ». Et vous espérez voir vos prières exaucées. Celui qui peut exaucer vos prières, c’est Jésus-Christ qui vous a raconté l’histoire des deux prières dans l’Evangile de Luc (Luc 18.10-13). Il veut vous faire comprendre que vous ne pouvez vous approcher de Dieu avec vos prétentions humaines et demander un exaucement sans régler la situation de votre cœur.

 

Même si vous estimez n’avoir commis que peu de péchés, votre cœur est comme empoisonné. Si vous voyez un flacon portant une étiquette avec la mention : « POISON », pensez-vous qu’il serait sage d’enlever cette étiquette et d’en coller une autre avec les mots : « Alcool de menthe » ? Evidemment non ! Car plus vous affaiblissez l’avertissement de l’étiquette, plus le risque d’empoisonnement et donc de mort devient grand.

 

Effectivement, Jésus n’est pas tendre avec votre  cœur quand il explique que « c’est du cœur de l’homme que sortent : mauvaises pensées, adultères, impudicités, meurtres, vols, cupidités, méchancetés, fraude, dérèglement, regard envieux, calomnie, orgueil, folie (Marc 7.20-22).

 

Cela peut paraître dur, mais le péché tue et j’en connais beaucoup qui en sont morts. Votre vie a besoin d’être sauvée. Votre cœur a besoin d’être transformé. Mais comment, me direz-vous ? Voici le remède : « Si nous reconnaissons nos péchés, Dieu est fidèle et juste et, par conséquent, il nous pardonnera nos péchés et nous purifiera de tout le mal que nous avons commis » (1Jean 1.9).

 

Exaucé !

 

L’offre de Dieu est toujours valable aujourd’hui. Si vous reconnaissez que votre cœur est épuisé, chargé, hanté, serré, déchiré, brisé, décalé, empoisonné, alors demandez à Dieu de le laver, le purifier, le consoler, le pardonner, le sauver, le réchauffer, le soulager, le libérer. Avec fidélité et justice, Il le fera ! Il dira « oui » ! à votre prière.

 

Attendez-vous à ce que l’Esprit de Dieu produise des changements profonds dans votre vie et dans votre cœur, car Dieu déclare : « 26 Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau. Je retirerai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. 27 C'est mon Esprit que je mettrai en vous. Ainsi, je vous ferai suivre mes prescriptions, garder et respecter mes règles» (Ezéchiel 36.26-27). Vous pouvez lui faire confiance. Il vous aime tant ! Je vous invite à faire vôtre cette simple prière :

 

« O Dieu, je me considère comme une personne dont le cœur est malade. J’ai conscience de la gravité du mal que je fais de manière volontaire ou involontaire. J’arrête de croire en moi pour mettre ma confiance en Jésus-Christ qui est le seul intermédiaire entre Dieu et les hommes. Je crois que la Bible révèle le remède efficace pour vaincre mes péchés et grandir en sainteté. Ton amour et ton pardon remplissent mon cœur reconnaissant. Merci ! ».

 

Conseils de Jésus-Christ :

 

« Quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père qui voit dans le secret, te le rendra. »(Matthieu 6 :6)

 

Voici comment vous devez prier :

 

Notre Père qui est aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien ; pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés : ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen !

 

En effet, si vous pardonnez leurs fautes aux autres, votre Père qui est dans les cieux vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux autres, votre Père ne vous pardonneras pas vos fautes non plus ». (Matthieu 6.9-15).

 
 

 (Flyer de Média Espérance – William Oeuvray)

Ichtus (2)