lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois,

afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice ;

lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris.

(1 Pierre 2.24)

 

Lecture proposée : (1 Pierre 2.18-25)

18 Serviteurs, soumettez-vous avec le plus grand respect à vos maîtres, non seulement à ceux qui font preuve de bonté et de douceur, mais aussi à ceux qui ont l'esprit pervers, 19 car c'est une grâce de supporter des difficultés en souffrant injustement pour garder bonne conscience envers Dieu. 20 En effet, quelle gloire y a-t-il à endurer de mauvais traitements si vous commettez des fautes? Mais si vous endurez la souffrance alors que vous faites ce qui est bien, c'est une grâce aux yeux de Dieu. 21 De fait, c'est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour nous, vous laissant un exemple afin que vous suiviez ses traces, 22 lui qui n'a pas commis de péché et dans la bouche duquel on n'a pas trouvé de tromperie, 23 lui qui insulté ne rendait pas l'insulte, maltraité ne faisait pas de menaces mais s'en remettait à celui qui juge justement, 24 lui qui a lui-même porté nos péchés dans son corps à la croix afin que, libérés du péché, nous vivions pour la justice. C'est par ses blessures que vous avez été guéris.  25 Vous étiez en effet comme des brebis égarées, mais maintenant vous êtes retournés vers le berger et le protecteur de votre âme.


Notes de la Bible Segond 21

1 Pierre 2

  • 2.22 Lui qui… tromperie : citation d'Esaïe 53.9. « On a mis son tombeau parmi les méchants, sa tombe avec le riche, alors qu'il n'avait pas commis de violence et qu'il n'y avait pas eu de tromperie dans sa bouche. »

  • 2.24 C'est par… guéris : citation d'Esaïe 53.5. « Mais lui, il était blessé à cause de nos transgressions, brisé à cause de nos fautes: la punition qui nous donne la paix est tombée sur lui, et c'est par ses blessures que nous sommes guéris »

  • 2.25 Comme des brebis égarées : image présente en Esaïe 53.6 « Nous étions tous comme des brebis égarées: chacun suivait sa propre voie, et l’Éternel a fait retomber sur lui nos fautes à tous. »

 

 

 

 

SAC A DOS

 

Gracia Burnham attend sa fille à la sortie de l'école, après son match de basket. Mindy arrive avec ses affaires : sac à dos plein de livres, sac de sport et bouteille d'eau. Elle demande à sa mère de l'aider. Gracia prend son sac à dos, le jette sur l'épaule et toutes deux marchent en direction du parking. Le poids des livres écrase son épaule et Gracia se souvient... Elle marche dans la jungle, aux Philippines, contrainte par ses ravisseurs à traîner un sac à dos pendant huit à dix heures, de collines en collines... Elle respire ; elle doit juste porter ce sac jusqu'à la voiture. Plus tard, au volant, une autre pensée traverse son esprit : « Il y a longtemps, se dit-elle, un Homme a porté mon fardeau jusqu'au sommet d'une colline. Autrement lourd qu'un sac à dos. C'était le poids de mon péché ! ».

 

Dans son livre (Reprendre son envol. Comment surmonter les turbulences de la vie, Éditions Maison de la Bible). Gracia Brunham écrit : « Je serait éternellement reconnaissante au Seigneur Jésus pour ce qu'il a fait pour moi, et pour nous tous, à Golgotha...

 

Christ est notre seul secours. Il nous propose un suprême échange : lui abandonner notre péché pour recevoir sa justice. C'est ainsi qu'il devient notre Sauveur. Quelle grâce d'être pardonné et de pouvoir marcher tous les jours avec lui ! ».

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Béatrice Guerche)

Ichtus (2)