ROMAINS

La voie du salut

5/6

 

LA MISE EN PRATIQUE

 

Lecture préalable : Romains 12.1-13,14

 

« 1 Je vous encourage donc, frères et sœurs, par les compassions de Dieu, à offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu. Ce sera de votre part un culte raisonnable. 2 Ne vous conformez pas au monde actuel, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence afin de discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.
3 Par la grâce qui m'a été donnée, je dis à chacun de vous de ne pas avoir une trop haute opinion de lui-même, mais de garder des sentiments modestes, chacun selon la mesure de foi que Dieu lui a donnée. 4 En effet, de même que nous avons plusieurs membres dans un seul corps et que tous les membres n'ont pas la même fonction, 5 de même, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres, chacun pour sa part. 6 Nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée. Si quelqu'un a le don de prophétie, qu'il l'exerce en accord avec la foi; 7 si un autre est appelé à servir, qu'il se consacre à son service. Que celui qui enseigne se donne à son enseignement, 8 et celui qui a le don d'encourager à l'encouragement. Que celui qui donne le fasse avec générosité, celui qui préside, avec zèle, et que celui qui exerce la bienveillance le fasse avec joie.
9 Que l'amour soit sans hypocrisie. Ayez le mal en horreur, attachez-vous au bien. 10 Par amour fraternel soyez pleins d'affection les uns pour les autres et rivalisez d'estime réciproque. 11 Ayez du zèle, et non de la paresse. Soyez fervents d'esprit et servez le Seigneur. 12 Réjouissez-vous dans l'espérance et soyez patients dans la détresse. Persévérez dans la prière. 13 Pourvoyez aux besoins des saints et exercez l'hospitalité avec empressement.
14 Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas.
»

 

Le sujet : Beaucoup de gens disent croire au Christ, mais sans que cela influence aucunement leur vie. Paul affirme que nous devons mettre en pratique notre christianisme, dans la vie quotidienne, dans la communion fraternelle, dans ce monde corrompu.

 

Notre rôle (lire 12.1-8)

 

« 1 Je vous encourage donc, frères et sœurs, par les compassions de Dieu, à offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu. Ce sera de votre part un culte raisonnable. 2 Ne vous conformez pas au monde actuel, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence afin de discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.
3 Par la grâce qui m'a été donnée, je dis à chacun de vous de ne pas avoir une trop haute opinion de lui-même, mais de garder des sentiments modestes, chacun selon la mesure de foi que Dieu lui a donnée. 4 En effet, de même que nous avons plusieurs membres dans un seul corps et que tous les membres n'ont pas la même fonction, 5 de même, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres, chacun pour sa part. 6 Nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée. Si quelqu'un a le don de prophétie, qu'il l'exerce en accord avec la foi; 7 si un autre est appelé à servir, qu'il se consacre à son service. Que celui qui enseigne se donne à son enseignement, 8 et celui qui a le don d'encourager à l'encouragement. Que celui qui donne le fasse avec générosité, celui qui préside, avec zèle, et que celui qui exerce la bienveillance le fasse avec joie. »

 

Il existe une seule façon de répondre à la grande miséricorde de Dieu, c’est de lui abandonner tout ce que nous sommes et tout ce que nous avons. Il changera notre façon de penser, nos objectifs et notre système de valeurs.

 

Abandonnons notre orgueil. N’avons-nous pas tout reçu de Dieu ? Utilisons ce qu’il nous a confié pour la bénédiction des autres. Nous ne sommes pas tous appelés au même service dans la communauté chrétienne mais il est important d’accomplir la tâche pour laquelle Dieu nous a confié un don.

 

Un amour véritable (Lire 12.9-21)

 

« 9 Que l'amour soit sans hypocrisie. Ayez le mal en horreur, attachez-vous au bien. 10 Par amour fraternel soyez pleins d'affection les uns pour les autres et rivalisez d'estime réciproque. 11 Ayez du zèle, et non de la paresse. Soyez fervents d'esprit et servez le Seigneur. 12 Réjouissez-vous dans l'espérance et soyez patients dans la détresse. Persévérez dans la prière. 13 Pourvoyez aux besoins des saints et exercez l'hospitalité avec empressement.
14 Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas. 15 Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent, pleurez avec ceux qui pleurent. 16 Vivez en plein accord les uns avec les autres. N'aspirez pas à ce qui est élevé, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble.
Ne vous prenez pas pour des sages. 
17 Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes. 18 Si cela est possible, dans la mesure où cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. 19 Ne vous vengez pas vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère de Dieu, car il est écrit:
C'est à moi qu'appartient la vengeance, c'est moi qui donnerai à chacun ce qu'il mérite, dit le Seigneur.  20 Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger, s'il a soif, donne-lui à boire, car en agissant ainsi, tu amasseras des charbons ardents sur sa tête.  21 Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais sois vainqueur du mal par le bien. »

 

Dans la communauté chrétienne, l’hypocrisie ne doit pas avoir de place. Si nous disons que nous aimons les autres, prouvons-le.

 

Pour concrétiser cette volonté, il faut aider les autres, partager leurs peines, accepter leurs fardeaux, compatir à leurs épreuves. Nous devrions même faire du bien à ceux qui nous haïssent. En fait, c’est ainsi que Dieu se conduit avec eux. Rejetons la haine, la vengeance et l’idée de juger autrui. Allons au contraire jusqu’à manifester de la bienveillance à nos ennemis, en espérant que l’amour de Dieu agissant en nous les interpellera et qu’ils parviendront eux-mêmes à la foi.

 

Nous sommes encore dans ce monde (Lire 13.1-7)

 

« 1 Que chacun se soumette aux autorités qui nous gouvernent, car toute autorité vient de Dieu, et celles qui existent ont été établies par Dieu. 2 C'est pourquoi celui qui s'oppose à l'autorité résiste à l'ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. 3 En effet, on n'a pas à craindre les magistrats quand on fait le bien, mais quand on fait le mal. Veux-tu ne pas avoir à craindre l'autorité? Fais le bien et tu auras son approbation, 4 car le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, sois dans la crainte. En effet, ce n'est pas pour rien qu'il porte l'épée, puisqu'il est serviteur de Dieu pour manifester sa colère en punissant celui qui fait le mal. 5 Il est donc nécessaire de se soumettre aux autorités, non seulement à cause de cette colère, mais encore par motif de conscience.
6 C'est aussi pour cela que vous payez des impôts, car les magistrats sont des serviteurs de Dieu qui s'appliquent entièrement à cette fonction. 7 Rendez à chacun ce qui lui est dû: l'impôt à qui vous devez l'impôt, la taxe à qui vous devez la taxe, le respect à qui vous devez le respect, l'honneur à qui vous devez l'honneur. »

 

Dans la mesure où les autorités maintiennent la loi et l’ordre, favorisent le bien et répriment le mal, elles agissent au nom de Dieu. Elles le servent, même si elles l’ignorent. Il en va différemment si elles exigent une soumission en contradiction avec celle que nous devons à Dieu. Cette situation là est abordée ailleurs dans le Nouveau Testament.

 

S’il en est ainsi, des chrétiens qui vivent droitement n’ont rien à craindre. Ils doivent faire leur possible pour être de bons citoyens, observer la loi, et apporter leur soutien aux agents de l’autorité. Il est intéressant de remarquer que Paul écrivait alors qu’il vivait sous la férule d’un gouvernement très dur et exigeant. La Bible n’enseigne jamais la révolte.

 

Réveille-toi, et avance sur le chemin de Dieu (Lire 13.8-14)

 

« 8 Ne devez rien à personne, si ce n'est de vous aimer les uns les autres, car celui qui aime les autres a accompli la loi. 9 En effet, les commandements: Tu ne commettras pas d'adultère, tu ne commettras pas de meurtre, tu ne commettras pas de vol, [tu ne porteras pas de faux témoignage,] tu ne convoiteras pas, ainsi que tous les autres, se résument dans cette parole: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.  10 L'amour ne fait pas de mal au prochain; l'amour est donc l'accomplissement de la loi.
11 Cela est d'autant plus important que vous savez quel temps nous vivons: c'est l'heure de vous réveiller enfin du sommeil, car maintenant le salut est plus près de nous qu'au moment où nous avons cru. 12 La nuit est bien avancée, le jour approche. Débarrassons-nous donc des œuvres des ténèbres et revêtons les armes de la lumière. 13 Conduisons-nous honnêtement, comme en plein jour, sans orgies ni ivrognerie, sans immoralité ni débauche, sans dispute ni jalousie. 14 Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ et ne vous préoccupez pas de votre nature propre pour satisfaire ses convoitises. »

 

La loi de Dieu nous concerne encore, bien que nous ne puissions gagner le salut en nous efforçant de l’observer. Cependant, quand nous mettons notre confiance dans le Christ, il nous donne la force de commencer à accomplir cette loi pour la première fois de notre vie, en nous donnant la grâce d’aimer les autres. L’amour implique le plein accomplissement de tous les commandements de la loi de l’Ancien Testament.

 

Ceci est d’autant plus important dans un monde qui ne se soucie pas beaucoup de morale ou de vie droite. Parfois, on cherche bien peu de prétextes pour justifier une conduite immorale ou relâchée.

 

Si nous servons le Seigneur Jésus-Christ, nous ne devons plus nous conduire ainsi. Ceux qui le font éprouveront un jour un choc terrible lorsque le Christ reviendra pour les juger. Vivons dans la pensée de ce jour-là, cherchant à plaire à Dieu par l’effet de sa grâce. Rejetons donc notre ancienne nature tout en apportant la preuve que le Christ peut nous transformer et nous rendre semblables à lui.

 

Remarque finale : C’est par un changement de notre conduite que nous montrerons que nous sommes authentiquement chrétiens. Ce témoignage ne doit pas apparaître seulement parmi nos frères. Ceux qui sont extérieurs à la communauté chrétienne devront eux aussi remarquer la différence.

 

Ichtus (2)