Nous sommes son ouvrage,

ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres,

que Dieu a préparées d’avance afin que nous les pratiquions

(Ephésiens 2.10)

 

JE SUIS UN POEME DE DIEU !

 

Dans sa lettre aux Ephésiens, l’apôtre Paul écrit que c’est Dieu qui nous a faits : Nous sommes son ouvrage… « Ouvrage » traduit le mot grec qui a donné le mot français « poème ». Alors qu’on me méprise, ou que je me méprise, qu’on m’a fait croire que je ne vaux rien, Dieu m’affirme que j’ai une grande valeur à ses yeux (voir la lecture proposée : Esaïe 41.8-13).

 

J’ai de la valeur au point qu’il s’est donné pour moi en Jésus-Christ. Quelle grâce de savoir que, malgré ce qu’on me dit ou ce que je crois, je suis une œuvre d’art de Dieu ! Mon poème a pu être sali par la vie ; celle-ci m’a peut-être écarté de Dieu. Or, il me rappelle que je suis un poème écrit par lui sur la pierre de ce monde. Il en est l’auteur. Je suis ici-bas un poème, éphémère certes, mais magnifique destin en Jésus. Car en lui, Dieu m’a écrit pour l’éternité, si du moins j’accepte de le suivre.

 

Ne refusons pas de le vivre. Soyons reconnaissants envers Dieu pour le poème que nous sommes et pour ceux qui nous entourent. Par nos vies – même simples et éphémères -, soyons pour ceux qui nous entourent un témoignage de l’amour de Dieu en Jésus.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – François-Jean Martin)

 

(1)

Esaïe 41:8-13 (Segond 21)

8 Mais toi, Israël, tu es mon serviteur.
Jacob, tu es celui que j'ai choisi,
le descendant de mon ami Abraham.
9 Je t'ai pris aux extrémités de la terre,
je t'ai appelé d'une région lointaine
et t'ai dit: «Tu es mon serviteur.»
Je t'ai choisi et ne te rejette pas.
10 N'aie pas peur, car je suis moi-même avec toi.
Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu.
Je te fortifie, je viens à ton secours,
je te soutiens par ma main droite, la main de la justice.
11 Ils seront couverts de honte et humiliés,
tous ceux qui sont furieux contre toi;
ils seront réduits à rien, ils disparaîtront,
ceux qui t'intentent un procès.
12 Tu auras beau les chercher, tu ne les trouveras plus,
ceux qui te combattaient;
ils seront réduits à rien, réduits au néant,
ceux qui te faisaient la guerre.
13 En effet, c'est moi, l'Eternel, ton Dieu,
qui empoigne ta main droite
et qui te dis: «N'aie pas peur!
Je viens moi-même à ton secours.»

Ichtus (2)