JOIE ET VERITE

 

 Je n’ai pas de plus grande joie

que d’apprendre que mes enfants vivent selon la vérité

 (Jean 1.4)

 

Lecture proposée : (1 Thessaloniciens 1.2-10)

2 Nous disons constamment à Dieu toute notre reconnaissance pour vous tous en faisant mention de vous dans nos prières. 3 Nous nous rappelons sans cesse l'œuvre de votre foi, le travail de votre amour et la fermeté de votre espérance en notre Seigneur Jésus-Christ, devant Dieu notre Père. 4 Nous savons, frères et sœurs aimés de Dieu, qu'il vous a choisis 5 parce que notre Evangile ne vous a pas été prêché en paroles seulement, mais avec puissance, avec l'Esprit saint et avec une pleine conviction. Vous savez en effet comment nous nous sommes comportés parmi vous à cause de vous. 6 Vous-mêmes, vous êtes devenus nos imitateurs et ceux du Seigneur en accueillant la parole au milieu de grandes difficultés, avec la joie du Saint-Esprit. 7 Ainsi, vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de la Macédoine et de l'Achaïe. 8 En effet, non seulement la parole du Seigneur a retenti depuis chez vous en Macédoine et en Achaïe, mais c'est aussi partout que votre foi en Dieu s'est fait connaître, de sorte que nous n'avons pas besoin d'en parler. 9 De fait, on raconte à notre sujet quel accueil nous avons eu auprès de vous et comment vous vous êtes tournés vers Dieu en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai 10 et pour attendre du ciel son Fils qu'il a ressuscité, Jésus, celui qui nous délivre de la colère à venir.

 

L’apôtre compte Gaïos parmi ses enfants. Peut-être a-t-il joué un rôle important dans la conversion à Christ de celui qui allait devenir un ami cher. Il n’est pas difficile d’imaginer que l’apôtre avait eu l’occasion non seulement de connaître Gaïos, mais aussi d’investir en lui, par son enseignement, par des encouragements, par un suivi, par ses prières… Jean a reçu des nouvelles de son ami et elles étaient particulièrement réjouissantes.

 

Les témoignages concordent : la vérité est en Gaïos et Gaïos vit ou marche dans la vérité. La vérité de Dieu s’est intégrée à sa pensée et renouvelle son intelligence pour discerner en toute chose la volonté du Seigneur. Gaïos a renoncé à suivre sa petite vérité personnelle pour se confier en celui qui est le Vrai, le Véritable. Et le vieux Jean éprouve beaucoup de joie lorsqu’il apprend comment marche son ami.

 

Bien sûr, nous voulons surtout réjouir le cœur du Seigneur par nos progrès dans la foi et la vérité. Mais il est intéressant de nous dire que la joie de ceux qui ont investi en nous, qui nous ont enseigné, qui ont intercédé pour nous, qui nous ont écoutés et encouragé, nous est donnée comme un reflet visible de la joie de Dieu. Nous pouvons en tirer encouragement et reconnaissance.

 

 

 (Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Robert Souza)

Ichtus (2)