20 Lorsque vous abandonnerez l'Eternel et que vous servirez des dieux étrangers, il se retournera contre vous et vous fera du mal, et il vous fera disparaître après vous avoir fait tant de bien.»
21 Le peuple dit à Josué : « Non, car nous servirons l'Eternel. » 22 Josué répliqua au peuple : « Vous êtes témoins contre vous-mêmes que c'est vous qui avez choisi l'Eternel pour le servir. » Ils répondirent : « Nous en sommes témoins. » »

 (Josué 24.20-22)

 

Lecture Proposée : (Apocalypse 17)

Chute de Babylone

1 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint me parler et dit : « Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. 2 C'est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l'immoralité, et c'est du vin de sa prostitution que les habitants de la terre se sont enivrés. »
3 Alors il me transporta en esprit dans un désert et je vis une femme assise sur une bête écarlate, couverte de noms blasphématoires et qui avait sept têtes et dix cornes. 4 Cette femme était habillée de pourpre et d'écarlate et parée d'or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d'or remplie d'abominations et des souillures de sa prostitution. 5 Sur son front était écrit un nom, un mystère : « Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre. » 6 Je vis cette femme ivre du sang des saints, du sang des témoins de Jésus. En la voyant, je fus saisi d'un grand étonnement.
7 L'ange me dit : « Pourquoi t'étonnes-tu ? Je te dirai le mystère de la femme et de la bête qui la porte, celle qui a les sept têtes et les dix cornes. 8 La bête que tu as vue existait et elle n'existe plus. Elle va monter de l'abîme et s'en aller à la perdition. Les habitants de la terre, ceux dont le nom n'a pas été inscrit dès la création du monde dans le livre de vie, s'étonneront en voyant que la bête existait, qu'elle n'existe plus et qu'elle reparaîtra. 9 C'est ici qu'il faut une intelligence éclairée par la sagesse. Les sept têtes sont sept montagnes sur lesquelles la femme est assise. 10 Ce sont aussi sept rois : cinq sont tombés, l'un règne, l'autre n'est pas encore venu. Et quand il sera venu, il ne doit rester que peu de temps. 11 Quant à la bête qui existait et qui n'existe plus, elle est elle-même un huitième roi ; elle fait partie des sept et s'en va à la perdition. 12 Les dix cornes que tu as vues sont dix rois qui n'ont pas encore reçu de royaume, mais ils reçoivent le pouvoir de régner pendant une heure avec la bête. 13 Ils ont une même pensée et ils donnent leur puissance et leur pouvoir à la bête. 14 Ils combattront contre l'Agneau et l'Agneau les vaincra parce qu'il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois. Ceux qui ont été appelés, choisis et fidèles et sont avec lui les vaincront aussi. »
15 Puis il me dit : « Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations et des langues. 16 Les dix cornes que tu as vues et la bête détesteront la prostituée ; elles la dépouilleront et la mettront à nu, elles mangeront sa chair et la détruiront par le feu. 17 En effet, Dieu leur a mis à cœur de réaliser son propre projet en ayant la même pensée et en donnant leur royauté à la bête jusqu'à ce que les paroles de Dieu soient accomplies. 18 Et la femme que tu as vue, c'est la grande ville qui exerce la royauté sur les rois de la terre. »

 

 

 

 

LES PREMIERS MARTYRS ALLEMANDS

 

Adolph Clarenbach, un professeur de latin vers 1520, s’est converti suite à l’étude personnelle de la Bible et à la lecture des écrits de Martin Luther. Licencié pour ses croyances, il a été arrêté à Cologne le 3 Avril 1528. Avec un autre chrétien, il a connu des privations et tortures de toutes sortes pendant 18 mois.

 

Lorsque la peste est arrivée à Cologne, les gens ont compris que Dieu jugeait les autorités parce qu’elles prenaient trop de temps pour condamner « les deux hérétiques ». Finalement, en septembre 1529, Adolph et son ami et collègue Peter Fliesteden, ont été brûlés vifs devant une grande foule dans la ville de Cologne.

 

Ces deux hommes sont considérés comme les premiers martyrs allemands de la Réforme. Ils ont honoré le Seigneur, et le Seigneur les a honorés en les gardant fidèles jusqu’à la mort. Trois cents ans après leur mort, des chrétiens ont érigé un monument en leur mémoire. Douze mille personnes étaient présentes pour l’inauguration.

 

En outre, sur la façade de l’Hôtel de Ville de Cologne, se dresse aussi une statue de Clarenbach à la vue de tous. Clarenbach, Fliesteden et tant d’autres martyrs, face au choix de renier leur foi et d’avoir la vie sauve, ont répondu comme le peuple de Dieu autrefois : « Non, car nous servirons l’Eternel ».

 

 

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – David Sutherland)

Ichtus (2)