UNE VIE MOTIVEE PAR L'ESSENTIEL

(Extraits)

 

POURQUOI SUIS-JE SUR TERRE

(Rick Warren)

 

 

QU’EST-CE QUI CONDUIT MA VIE ?

 

La vie de chacun est conduite par quelque chose. La plupart des dictionnaires définissent le verbe conduire comme signifiant « guider, contrôler, diriger ». Que vous conduisiez une voiture, un orchestre ou des affaires, cela signifie que vous les guidez, les contrôlez et les dirigez.

 

Quelle est la force motrice qui conduit votre vie ?

 

En ce moment, vous êtes peut-être obsédé par un problème, une pression ou un délai à respecter. Il peut aussi s’agir d’un souvenir pénible, d’une peur ou d’une superstition. Des centaines de circonstances, de valeurs et d’émotions peuvent conduire et conditionner votre vie. En voici cinq, parmi les plus courantes.

 

Beaucoup de gens se laissent conduire par la culpabilité. Ils passent toute leur vie à ruminer leurs regrets et à cacher leur honte. Leurs mauvais souvenirs les hantent. Ils laissent leur passé déterminer leur futur. Souvent, ils se punissent eux-mêmes inconsciemment en sabotant leur propre réussite. Quand Caïn a péché, son sentiment de culpabilité l’a coupé de la présence de Dieu, et l’Éternel lui a dit : «...Quand tu cultiveras le sol, il ne te donnera plus toutes ses ressources. Tu seras errant et vagabond sur la terre.» . (Genèse 4.12). Telle est la situation de la majorité des hommes d’aujourd’hui : ils errent sans but dans la vie.

 

Nous sommes des produits de notre passé, mais nous ne sommes pas obligés d’en être prisonniers. Le plan de Dieu n’est pas limité par notre passé. Le Seigneur a transformé Moïse, un meurtrier, en chef d’une nation et Gédéon un lâche, en courageux héros ; il peut aussi accomplir de grandes choses dans votre vie. Le Seigneur sait mieux que personne donner un nouveau départ aux hommes. La Bible dit : « Heureux celui à qui la transgression est remise, à qui le péché est pardonné ! Heureux l’homme à qui l’Éternel n’impute pas l’iniquité et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude ! ». (Psaume 32.1-2).

 

Beaucoup de gens se laissent conduire par la rancune et la colère. Ils ruminent le mal qu’on leur a fait sans jamais tourner la page. Au lieu d’apaiser leur souffrance en pardonnant, ils y repensent constamment. Certains rancuniers « se renferment sur eux-mêmes », et gardent leur colère en eux, alors que d’autres « explosent » et s’en prennent à leur entourage. Les deux réactions sont mauvaises et inutiles.

 

La rancune vous fait toujours plus de mal à vous qu’à votre adversaire. Lui a probablement oublié le mal qu’il vous a fait et a poursuivi sa route, alors que vous continuez à baigner dans votre souffrance et à faire perdurer le passé.

 

Ecoutez-moi bien : ceux qui vous ont blessé dans le passé ne peuvent continuer à le faire que si vous vous accrochez à votre rancune. Ce qui est passé est passé ! Rien n’y changera. Votre amertume a pour seul résultat de vous détruire. Pour votre bien, tirez-en la leçon qui s’impose, puis n’y pensez plus. La Bible dit : « Car c’est l’emportement qui tue un insensé, c’est la colère qui fait périr le sot » (Job 5:2)

 

Beaucoup de gens se laissent conduire par la peur. Leurs peurs peuvent être la conséquence d'une mauvaise expérience, d'attentes irréalistes, d'une éducation trop autoritaire ou même de prédispositions génétiques. Dans tous les cas , ils passent à côté de d'occasions rêvées parce qu'ils ont peur de se lancer. Ils jouent la carte de la sécurité en évitant les risques et en essayant de maintenir les choses telles quelles.

 

La peur est une prison que vous construisez vous-même ; elle vous empêchera de devenir tel que Dieu vous veut. Vous devez la combattre avec les armes de la foi et de l'amour. La Bible dit : « Il n'y a pas de peur dans l'amour; au contraire, l'amour parfait chasse la peur, car la peur implique une punition. Celui qui éprouve de la peur n'est pas parfait dans l'amour.» (1Jean 4:18).

 

Beaucoup de gens se laissent conduire par le matérialisme. Leur désir d'acquérir des biens devient l'objectif principal de leur vie. Ils pensent que plus ils ont de biens, plus ils seront heureux, auront de l'importance et se sentiront en sécurité. Mais c'est faux. Les biens ne procurent qu'une joie passagère. Comme les objets ne changent pas, nous nous en lassons et nous en voulons sans cesse de nouveaux, plus chers et plus beaux.

 

Certains pensent qu'en accumulant des biens, ils gagnent en importance. Or la valeur personnelle n'a rien à voir avec l'épaisseur du portefeuille. Notre valeur n'est pas définie par nos biens, et Dieu affirme que les plus grands trésors de la vie ne sont pas les trésors matériels !

 

Beaucoup croient que la richesse augmente la sécurité. C'est faux ! Des circonstances indépendantes de notre volonté peuvent nous faire tout perdre en un instant. Nous ne trouverons la vraie sécurité que dans quelque chose que personne ne peut nous enlever : notre relation avec Dieu.

 

Beaucoup de gens se laissent conduire par leur besoin d'être approuvés. Ils laissent les désirs de leurs parents, de leur conjoint, de leurs enfants, de leurs enseignants et amis contrôler leur vie. Beaucoup d'adultes essaient encore d'obtenir l'approbation de leurs parents impossibles à satisfaire. D'autres se laissent conduire par les attentes de leur entourage et ont tout le temps peur de ce que l'on peut penser d'eux. Hélas, ceux qui suivent la foule finissent par s'y perdre.

 

Je ne connais pas toutes les clés du succès mais je sais qu'essayer de plaire à tout le monde mène à l'échec. En vous laissant influencer par l'opinion des autres, vous manquerez à coup sûr le plan de Dieu pour votre vie. Jésus a dit : « Personne ne peut servir deux maîtres, car ou il détestera le premier et aimera le second, ou il s'attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l'argent.» (Matthieu 6:24).

 

D'autres éléments peuvent diriger votre vie, mais tous mènent à la même impasse potentiel non-exploité, tension inutile, vie peu satisfaisante.

 

Dans ce parcours de 42 jours, vous apprendrez à mener une vie pour l'essentiel : à vous laisser guider , contrôler et diriger par les projets de Dieu. Rien ne compte plus que de connaître les plans du Seigneur pour votre vie, et rien ne peut compenser le fait de ne pas les connaître ni le succès, ni les richesses, ni la célébrité, ni les plaisirs. Sans but, la vie est un parcours vide de sens, une série d'activités inutiles et d'événements aux causes inexpliquées. Elle est triste, limitée et sans consistance.

 

LES AVANTAGES D'UNE VIE MOTIVEE PAR L'ESSENTIEL

 

Il y a cinq avantages à mener une vie motivée par l'essentiel.

 

Savoir quel est votre objectif donne un sens à votre vie. Nous avons été créés pour que notre vie ait un sens. Certains se livrent à des pratiques douteuses, comme l'astrologie ou la voyance, afin de le découvrir. Lorsque la vie a un sens, on arrive à supporter presque n'importe quoi . Dans le cas contraire, rien n'est supportable.

 

Un jeune homme d'une vingtaine d'années a écrit : « Je me sens misérable parce que je me bats pour devenir quelqu'un sans même savoir où cela me mène. Je me contente d'avancer sans but, mais si je découvre un jour ma raison d'être, je pourrai commencer à vivre. »

 

Sans Dieu, la vie n'a aucun sens et nous n'avons aucune raison d'être ni aucun espoir. Dans la Bible, de très nombreux hommes ont exprimé leur désespoir. Esaïe s'est plaint : « Je me suis fatigué pour rien, c'est inutilement, oui, c'est en pure perte, que j'ai usé mes forces... » (Esaïe 49.4, BS) Job a dit : « Mes jours... tirent à leur fin sans qu'il y ait d’espoir » (Job 7.6 BS) et : « Je suis plein de dégoût ! Je ne durerai pas toujours. Laisse-moi donc tranquille : ma vie est si fragile » (Job 7.16 BS). Le plus grand drame n'est pas de mourir, mais de vivre sans but.

 

L'espoir est aussi essentiel à notre vie que l'air et l'eau. Pour tenir bon, il nous fat avoir une raison d'espérer. Le docteur Bernie Siegel pouvait savoir lesquels de ses patients atteints du cancer entreraient en phase de rémission en leur demandant : « Voulez-vous vivre jusqu'à 100 ans ? » Ceux qui avaient une solide raison de vivre répondaient par l'affirmative et avaient beaucoup plus de chances de survivre que les autres. L'espoir vient d'une solide raison de vivre.

 

Si vous êtes désespéré, reprenez courage ! Quand vous commencerez à vivre avec un objectif, de merveilleux changements se produiront. Dieu a dit : « Car je connais les projets que j'ai conçus en votre faveur, déclare l’Éternel : ce sont des projets de paix et non de malheur, afin de vous assurer un avenir plein d'espérance » (Jérémie 29.11). Peut-être pensez-vous vous trouver dans une situation impossible, mais la Bible dit : « Dieu... a le pouvoir de faire infiniment plus que ce que nous demandons ou même imaginons par la puissance qui agit en nous » (Éphésiens 3.20)

 

Savoir quel est votre objectif vous simplifie la vie.

 

Cela vous permet de définir ce que vous ferez et ne ferez pas. Notre but devient le critère dont vous vous servez pour faire la différence entre les activités essentielles et secondaires. Il vous suffit de vous demander : « cette activité m'aide t'elle à atteindre l'un des objectifs de Dieu pour ma vie ? ».

 

Sans but précis, vous n'avez aucune base sur laquelle prendre des décisions, organiser votre temps et employer vos dons, vous avez tendance à baser vos choix sur les circonstances, les pressions et votre humeur du moment. Les personnes qui n'ont pas d'objectif ont tendance à en faire trop et c'est cela qui produit des tensions, de la fatigue et des conflits.

 

Il est impossible de faire tout ce que les autres vous demandent. Vous avez juste assez de temps pour accomplir la volonté de Dieu ! Si vous n'arrivez pas à tout faire cela signifie que vous essayez d'en faire plus que ce que Dieu vous demande. (ou alors que vous regardez trop la télévision). Un vie motivée par l'essentiel vous amènera à un style de vie plus simple et à un emploi du temps plus équilibré. La Bible dit : « une vie prétentieuse et clinquante est vide, une vie simple et droite est bonne » (Proverbes 13.7 version anglaise de « message »). Ce genre de vie mène à la paix du cœur : « à celui qui est ferme dans ses sentiments, tu assures la paix, parce qu'il se confie en toi » (Esaïe 26.3).

 

Savoir quel est votre objectif vous aide à faire les bons choix

 

Vous concentrez ainsi vos efforts et votre énergie sur ce qui est important. En faisant les bons choix, vous devenez plus efficaces.

 

Par nature, nous avons tendance à nous laisser distraire par des choses sans importance. Nous jouons avec notre vie. Henry David Thoreau a fait remarquer que les gens vivent « dans un désespoir silencieux », mais aujourd'hui il serait plus juste de dire qu'ils passent leur temps à des distinctions inutiles. Beaucoup ressemblent à des bateaux sans gouvernail : ils tournent en rond à une allure folle mais sans jamais aller nulle part.

 

Sans objectif précis, vous risquez de changer régulièrement de direction, de travail, de relation, d'église, et, en espérant, chaque fois, mettre fin à votre confusion ou remplir le vide de votre cœur. Vous vous direz : « cette fois, ce sera peut-être différent », mais cela ne résoudra pas votre vrai problème : le centre et le but de votre vie ne sont pas bien définis.

 

La Bible nous conseille : « ne soyez pas sans intelligence mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur (Éphésiens 5.17).

 

Le pouvoir de la concentration peut se voir dans la lumière : la lumière diffuse n'a pas beaucoup de puissance ni d'impact mais vous pouvez concentrer son énergie en l'orientant. Avec une loupe, les rayons du soleil peuvent être concentrés de façon à mettre le feu à de l'herbe ou du papier. Concentrez encore davantage un rayon lumineux et vous obtenez un rayon laser capable de couper de l'acier.

 

Rien n'est aussi puissant qu'une vie bien orientée, avec des objectifs. Les hommes et les femmes qui ont le plus marqué l'histoire sont ceux qui étaient le plus déterminés. C'était le secret de l'apôtre Paul et cela lui a permis de répandre le christianisme dans tout l'empire romain. Il a expliqué : « je fais une chose, oubliant ce qui est derrière moi, et tendant toute mon énergie vers ce qui est devant moi, je poursuis ma course vers le but » (Philippiens 3.13).

 

Si vous voulez que votre vie ait un impact trouvez lui un centre ! Cessez de vous disperser. N'essayez plus de tout faire. Ralentissez. Renoncez même à de bonnes activités et ne faites que ce qui est le plus important. Ne confondez jamais l'activisme et le rendement. Vous pouvez être très occupé sans but précis, mais à quoi bon ? Paul a dit : « Nous tous qui sommes spirituellement adultes, ayons cette même préoccupation (Philippiens 3.15).

 

Savoir quel est votre objectif vous motive.

 

Les buts que nous nous fixons nous passionnent. Un défi précis nous remplit d'énergie, tandis qu'un manque de vision nous démotive complètement. Nous n'avons même plus envie de sortir du lit. Généralement, ce n'est pas la surcharge de travail qui nous épuise nous affaiblit et nous retire toute joie, mais le caractère inutile d'une tache.

 

Georges Bernard Shaw a écrit : « la vraie joie de la vie, c'est de participer à une mission que vous considérez comme essentielle. Vous devenez alors une force de la nature au lieu de rester un être égoïste amer et grognon, qui se plaint que le monde ne désire pas son bonheur.

 

Savoir quel est votre objectif vous prépare à l'éternité.

 

Beaucoup passent leur vie à tenter de laisser une trace durable ici-bas. Ils veulent qu'on se souvienne d'eux après leur mort et pourtant, ce n'est pas ce que les autres disent de notre vie qui compte le plus, mais l'avis de Dieu. Certains n'arrivent pas à comprendre que tout ce qu'ils peuvent accomplir de grand finit par être dépassé ; les records sont battus, la célébrité disparaît peu à peu et les hommages s'oublient. James Dobson voulait devenir le champion de tennis de son collège. Il fut très fier le jour où l'on déposa son trophée bien en vue dans la vitrine de l'école. Des années plus tard, quelqu'un le lui renvoya par la poste. Ils l'avaient retrouvé dans une poubelle lors de la rénovation des bâtiments. James conclut : « tôt ou tard, tous vos trophées seront jetés à la poubelle par quelqu'un d'autre ! »

 

Vivre pour laisser une trace ici-bas est un objectif à court terme. Il est beaucoup plus sage de se bâtir un héritage éternel . Vous n'avez pas été placé sur terre pour qu'on se souvienne de vous mais pour préparer votre éternité.

 

Un jour, vous vous trouverez devant Dieu et il fera le bilan de votre vie, un examen final avant que vous n'entriez dans l'éternité. La Bible dit : « nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu... Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même » (Romains 14.10-12).

 

Comme le Seigneur veut nous voir réussir cet examen, il nous a donné les questions à l'avance. Nous pouvons conclure de notre lecture de la Bible qu'il y a deux questions importantes que Dieu posera :

 

1 - « qu'as-tu fait de mon fils Jésus-Christ ? » Dieu ne vous demandera pas de quelle église vous venez ni quelles sont vos convictions religieuses. Tout ce qui comptera à ses yeux ce sera de savoir si vous avez accepté ce que Jésus a fait pour vous et si vous avez appris à l'aimer et à lui faire confiance. Jésus a dit : « c'est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. On ne vient au père qu'en passant par moi » (Jean 14.6)

 

2 - « qu'as-tu fait de ce que je t'ai donné ? » Qu'avez-vous fait de votre vie ? Qu'avez-vous fait de tous les dons, les talents, les occasions, l'énergie, les relations et les biens que Dieu vous a donnés ? Les avez-vous employé pour votre profit personnel ou pour accomplir le plan de Dieu pour vous.

 

3 – Le but de ce livre est de vous préparer à répondre à ces deux questions. La réponse à la première détermine vous passerez l'éternité, et la seconde, ce que vous y ferez. A la fin de ce livre, vous serez capable de répondre à ces deux questions.

 

Questions à me poser :

 

D'après ma famille et mes amis, quel est le but prioritaire de ma vie ?

 

Quant à moi, par quoi est-ce que je souhaite me laisser conduire ?

 

 

(Extrait 3 tiré de l'opuscule "POURQUOI SUIS-JE SUR TERRE" (Rick Warren))

 

Ichtus (2)