Mon fils, donne-moi ton cœur, et que tes yeux se plaisent dans mes voies

(Proverbes 23.26)

 

Lecture proposée : (Matthieu 6.19-21)

19 »Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où les mites et la rouille détruisent et où les voleurs percent les murs pour voler, 20 mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où les mites et la rouille ne détruisent pas et où les voleurs ne peuvent pas percer les murs ni voler! 21 En effet, là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

 

 

 

D'ABORD L'AIMER, LUI

 

Nous avions, ce matin-là, à travers prières et cantiques, un culte que l'Esprit centrait sur l'amour de Dieu manifesté en Jésus. Et ce verset me vint à l'esprit donne-moi ton cœur. Comprenons-nous que l'amour divin appelle l'amour en retour ? Mais qu'est-ce qu'aimer Dieu ? Il n'est pas un être de chair. Certes, il s'est manifesté « en chair. Mis nous n'avons pas non plus d'image fiable de Jésus. Et c'est bien ainsi, car c'est une adoration spirituelle que le Père attend de nous.

 

Mais comment cela peut-il se manifester ? Lui donner son cœur, c'est aimer ses commandements, c'est mettre son plaisir dans ses voies. C'est chercher les choses d'en haut et s'y attacher plutôt qu'à celles de cette terre, mouvantes et passagères.

 

Pas simple dans un monde tordu, décentré et, par là, privé de repères, de normes.

 

Vivre dans un monde sans barrières ni parapet est terriblement dangereux. Que faut-il aimer ou haïr, chercher ou fuir ?

 

Il faut commencer par le commencement. D'abord l'aimer, lui, Le chercher, lui,. S'attacher à sa personne, du moins, désirer l'aimer de tout son être. Le vouloir au point de chercher à tout instant la communion la plus étroite avec lui.

 

Le reste suivra. Quand on aime quelqu'un, on en vient vite à aimer ce qu'il aime, à détester ce qu'il déteste, non ? Il en est ainsi de l'amour pour Dieu.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Richard Doulière)

Ichtus (2)