EVANGILE DE MATTHIEU COMMENTE [S21] – 45-61

CHAPITRE 22-28

 

Reproches de Jésus aux chefs religieux

1 Jésus prit la parole et leur parla de nouveau en paraboles. Il dit: 2 «Le royaume des cieux ressemble à un roi qui fit des noces pour son fils. 3 Il envoya ses serviteurs appeler ceux qui étaient invités aux noces, mais ils ne voulurent pas venir. 4 Il envoya encore d'autres serviteurs, avec cet ordre: ‘Dites aux invités: J'ai préparé mon festin; mes bœufs et mes bêtes grasses sont tués, tout est prêt, venez aux noces.' 5 Mais eux, négligeant l'invitation, s'en allèrent l'un à son champ, un autre à ses affaires. 6 Les autres s'emparèrent des serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. 7 [A cette nouvelle,] le roi se mit en colère; il envoya ses troupes, fit mourir ces meurtriers et brûla leur ville. 8 Alors il dit à ses serviteurs: ‘Les noces sont prêtes, mais les invités n'en étaient pas dignes. 9 Allez donc dans les carrefours et invitez aux noces tous ceux que vous trouverez.' 10 Ces serviteurs s'en allèrent sur les routes, ils rassemblèrent tous ceux qu'ils trouvèrent, mauvais et bons, et la salle des noces fut remplie d'invités. 11 Le roi entra pour les voir, et il aperçut là un homme qui n'avait pas mis d'habit de noces. 12 Il lui dit: ‘Mon ami, comment as-tu pu entrer ici sans avoir d'habit de noces?' Cet homme resta la bouche fermée. 13 Alors le roi dit aux serviteurs: ‘Attachez-lui les pieds et les mains, [emmenez-le et] jetez-le dans les ténèbres extérieures, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.' 14 En effet, beaucoup sont invités, mais peu sont choisis.»
15 Alors les pharisiens allèrent tenir conseil sur les moyens de prendre Jésus au piège de ses propres paroles. 16 Ils envoyèrent vers lui leurs disciples avec les hérodiens. Ils lui dirent: «Maître, nous savons que tes paroles sont vraies et que tu enseignes le chemin de Dieu en toute vérité, sans te laisser influencer par personne, car tu ne regardes pas à l'apparence des personnes. 17 Dis-nous donc ce que tu en penses: est-il permis, ou non, de payer l'impôt à l'empereur?»
18 Mais Jésus, connaissant leur méchanceté, répondit: «Pourquoi me tendez-vous un piège, hypocrites? 19 Montrez-moi la monnaie avec laquelle on paie l'impôt.»
Ils lui présentèrent une pièce de monnaie.
20 Il leur demanda: «De qui porte-t-elle l'effigie et l'inscription?»
21 «De l'empereur», lui répondirent-ils.
Alors il leur dit: «Rendez donc à l'empereur ce qui est à l'empereur et à Dieu ce qui est à Dieu.»

22 Etonnés de ce qu'ils entendaient, ils le quittèrent et s'en allèrent.
23 Le même jour, les sadducéens, qui disent qu'il n'y a pas de résurrection, vinrent trouver Jésus et lui posèrent cette question: 24 «Maître, Moïse a dit: Si quelqu'un meurt sans enfants, son frère épousera la veuve et donnera une descendance à son frère.  25 Or, il y avait parmi nous sept frères. Le premier s'est marié et est mort et, comme il n'avait pas d'enfants, il a laissé sa femme à son frère. 26 Il en est allé de même pour le deuxième, puis le troisième, et ce jusqu'au septième. 27 Après eux tous, la femme est morte [aussi]. 28 A la résurrection, duquel des sept sera-t-elle donc la femme? En effet, tous l'ont épousée.»
29 Jésus leur répondit: «Vous êtes dans l'erreur parce que vous ne connaissez ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. 30 En effet, à la résurrection, les hommes et les femmes ne se marieront pas, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. 31 En ce qui concerne la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit: 32 Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob ? Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants.»
33 La foule qui écoutait fut frappée par l'enseignement de Jésus.
34 Les pharisiens apprirent qu'il avait réduit au silence les sadducéens. Ils se rassemblèrent 35 et l'un d'eux, professeur de la loi, lui posa cette question pour le mettre à l'épreuve: 36 «Maître, quel est le plus grand commandement de la loi?»
37 Jésus lui répondit: «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée.  38 C'est le premier commandement et le plus grand. 39 Et voici le deuxième, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.  40 De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.»
41 Comme les pharisiens se trouvaient rassemblés, Jésus les interrogea 42 en ces termes: «Que pensez-vous du Messie? De qui est-il le fils?»
Ils lui répondirent: «De David.»
43 Et Jésus leur dit: «Comment donc David, animé par l'Esprit, peut-il l'appeler Seigneur lorsqu'il dit: 44 Le Seigneur a dit à mon Seigneur: ‘Assieds-toi à ma droite jusqu'à ce que j'aie fait de tes ennemis ton marchepied' ? 45 Si donc David l'appelle Seigneur, comment peut-il être son fils?»
46 Aucun ne put lui répondre un mot. Et, depuis ce jour, personne n'osa plus lui poser de questions.

 

COMMENTAIRE – NOTES – EVANGILE DE MATTHIEU

CHAPITRE 22

 

 

Chapitre 22.1-14

1 Jésus prit la parole et leur parla de nouveau en paraboles. Il dit: 2 «Le royaume des cieux ressemble à un roi qui fit des noces pour son fils. 3 Il envoya ses serviteurs appeler ceux qui étaient invités aux noces, mais ils ne voulurent pas venir. 4 Il envoya encore d'autres serviteurs, avec cet ordre: ‘Dites aux invités: J'ai préparé mon festin; mes bœufs et mes bêtes grasses sont tués, tout est prêt, venez aux noces.' 5 Mais eux, négligeant l'invitation, s'en allèrent l'un à son champ, un autre à ses affaires. 6 Les autres s'emparèrent des serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. 7 [A cette nouvelle,] le roi se mit en colère; il envoya ses troupes, fit mourir ces meurtriers et brûla leur ville. 8 Alors il dit à ses serviteurs: ‘Les noces sont prêtes, mais les invités n'en étaient pas dignes. 9 Allez donc dans les carrefours et invitez aux noces tous ceux que vous trouverez.' 10 Ces serviteurs s'en allèrent sur les routes, ils rassemblèrent tous ceux qu'ils trouvèrent, mauvais et bons, et la salle des noces fut remplie d'invités. 11 Le roi entra pour les voir, et il aperçut là un homme qui n'avait pas mis d'habit de noces. 12 Il lui dit: ‘Mon ami, comment as-tu pu entrer ici sans avoir d'habit de noces?' Cet homme resta la bouche fermée. 13 Alors le roi dit aux serviteurs: ‘Attachez-lui les pieds et les mains, [emmenez-le et] jetez-le dans les ténèbres extérieures, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.' 14 En effet, beaucoup sont invités, mais peu sont choisis.»

Note :

La coutume voulait qu’on envoie deux invitations à un festin de noces. La première était destinée à inviter les participants, la deuxième leur annonçait que tout était prêt. Dans cette histoire, le roi invite ses hôtes à trois reprises, et chaque fois, ils déclinent l’invitation. Dieu souhaite nous voir à sa table pour un festin qui durera toute l’éternité. C’est pourquoi il réitère constamment son appel. Avez-vous accepté son invitation ?

 

Chapitre 22.11-12

11 Le roi entra pour les voir, et il aperçut là un homme qui n'avait pas mis d'habit de noces. 12 Il lui dit: ‘Mon ami, comment as-tu pu entrer ici sans avoir d'habit de noces?' Cet homme resta la bouche fermée.

Note :

Les personnes invitées à des noces recevaient généralement un vêtement spécial. Il était impensable qu’on puisse refuser de le porter : cela équivalait à insulter le maître de maison et à se faire passer auprès de lui comme un arrogant qui estimait pouvoir se dispenser du vêtement approprié ou qui déclinait l’invitation. L’habit de noces représente la justice nécessaire pour entre dans le royaume de Dieu : la possibilité d’être totalement accepté par Dieu, que Christ donne à chaque croyant. Christ nous offre un habit de justice, mais nous devons choisir de le porter afin de participer à son festin (la vie éternelle).

 Voir aussi Psaume 132.16 ;

[e revêtirai ses prêtres de salut, et ses fidèles pousseront des cris de joie.

 

Esaïe 61.10 ;

[Je me réjouirai en l'Eternel, tout mon être tressaillira d'allégresse à cause de mon Dieu, car il m'a habillé avec les vêtements du salut, il m'a couvert du manteau de la justice. Je suis pareil au jeune marié qui, tel un prêtre, se coiffe d'un turban splendide, à la jeune mariée qui se pare de ses bijoux.]

 

Zacharie 3.3-5 ;

[3 Or Josué portait des habits sales et se tenait debout devant l'ange. 4 L'ange a pris la parole et a dit à ceux qui se tenaient devant lui: «Enlevez-lui les habits sales!» Puis il a dit à Josué: «Regarde, je t'enlève ta faute et je te mets des habits de fête.» 5 J'ai dit: «Qu'on mette sur sa tête un turban pur!» Ils ont placé un turban pur sur sa tête et lui ont mis des habits. L'ange de l'Eternel était là.]

 

Apocalypse 3.4-5 ;

4 Cependant, tu as à Sardes quelques personnes qui n'ont pas souillé leurs vêtements; elles marcheront avec moi en vêtements blancs parce qu'elles en sont dignes. 5 Le vainqueur sera habillé de vêtements blancs; je n'effacerai pas son nom du livre de vie et je le reconnaîtrai devant mon Père et devant ses anges.

 

Apocalypse 19.7-8.

7 Réjouissons-nous, soyons dans la joie et rendons-lui gloire, car voici venu le moment des noces de l'Agneau, et son épouse s'est préparée. 8 Il lui a été donné de s'habiller d'un fin lin, éclatant, pur.» En effet, le fin lin, ce sont les œuvres justes des saints.

 

 

Chapitre 22.15-17

15 Alors les pharisiens allèrent tenir conseil sur les moyens de prendre Jésus au piège de ses propres paroles. 16 Ils envoyèrent vers lui leurs disciples avec les hérodiens. Ils lui dirent: «Maître, nous savons que tes paroles sont vraies et que tu enseignes le chemin de Dieu en toute vérité, sans te laisser influencer par personne, car tu ne regardes pas à l'apparence des personnes. 17 Dis-nous donc ce que tu en penses: est-il permis, ou non, de payer l'impôt à l'empereur?»

Note :

Les pharisiens constituaient un groupe religieux opposé à l’occupation romaine en Israël. Quant aux hérodiens, ils formaient un groupe politique qui approuvait les compromis des Hérode avec Rome. En principe, ces deux groupes se détestaient mais, ici, ils s’unissent contre Jésus. Pensant avoir un plan infaillible pour le piéger, leurs représentants vont ensemble le questionner sur le paiement des taxes aux Romains. Si Jésus admet qu’il est juste de payer l’impôt à l’empereur, les pharisiens l’accuseront de s’opposer à Dieu, le seul roi qu’ils reconnaissent ; s’il déconseille de payer cet impôt, les hérodiens le livreront à Hérode en l’accusant de rébellion. Or, les pharisiens n’agissent pas par amour pour les lois divines, pas plus que les hérodiens ne sont soucieux de défendre le droit romain. La réponse de Jésus révèle leurs mauvaises motivations et les plonge tous dans l’embarras.

 

Chapitre 22.17

17 Dis-nous donc ce que tu en penses: est-il permis, ou non, de payer l'impôt à l'empereur?»

Note :

Les Juifs devaient payer des taxes destinées au gouvernement romain, et ils s’en acquittaient  à contrecœur, car l’argent allait directement dans le trésor de l’empereur. Une partie servait à financer les temples païens et à soutenir le mode de vie décadent de l’aristocratie romaine. L’effigie de l’empereur sur les pièces rappelait constamment la soumission d’Israël à Rome.

 

Chapitre22.21

21 «De l'empereur», lui répondirent-ils.
Alors il leur dit: «Rendez donc à l'empereur ce qui est à l'empereur et à Dieu ce qui est à Dieu.»

Note :

Jésus évite le piège qui lui est tendu en précisant que nous avons une double citoyenneté (1 Pierre 2.17). [Respectez chacun, aimez les frères et sœurs, craignez Dieu, honorez le roi.]

Notre appartenance à une nation nous contraint à payer les services et les avantages dont nous y bénéficions. Si nous sommes citoyens du royaume des cieux, nous devons obéissance et engagement à Dieu d’abord.

 

Chapitre 22.23ss

23 Le même jour, les sadducéens, qui disent qu'il n'y a pas de résurrection, vinrent trouver Jésus et lui posèrent cette question: 24 «Maître, Moïse a dit: Si quelqu'un meurt sans enfants, son frère épousera la veuve et donnera une descendance à son frère.  25 Or, il y avait parmi nous sept frères. Le premier s'est marié et est mort et, comme il n'avait pas d'enfants, il a laissé sa femme à son frère. 26 Il en est allé de même pour le deuxième, puis le troisième, et ce jusqu'au septième. 27 Après eux tous, la femme est morte [aussi]. 28 A la résurrection, duquel des sept sera-t-elle donc la femme? En effet, tous l'ont épousée.»
29 Jésus leur répondit: «Vous êtes dans l'erreur parce que vous ne connaissez ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. 30 En effet, à la résurrection, les hommes et les femmes ne se marieront pas, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. 31 En ce qui concerne la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit: 32 Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob ? Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants.»

Note :

Après l’échec des pharisiens et des hérodiens, les sadducéens, sûrs d’eux, interviennent à leur tour. Comme le Pentateuque (Genèse ; Exode, Lévitique ; Nombres ; Deutéronome) ne donne aucun enseignement direct au sujet de la résurrection, ils n’y croient pas, et les pharisiens n’ont jamais réussi à les convaincre du contraire. Jésus va leur démontrer qu’il y a bien une vie après la mort (voir 22.31-32)[31 En ce qui concerne la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit: 32 Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob ? Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants.»].

 

Chapitre 22.24

24 «Maître, Moïse a dit: Si quelqu'un meurt sans enfants, son frère épousera la veuve et donnera une descendance à son frère

Note :

D’après la loi de Moïse, si un homme mourait sans laisser de fils, son frère devait épouser la veuve et s’occuper d’elle (Deutéronome 25.5-6) [5 »*Lorsque des frères habiteront ensemble et que l'un d'eux mourra sans laisser d'enfant, la femme du défunt ne se mariera pas en dehors de la famille avec un étranger. C'est son beau-frère qui s'unira à elle, la prendra pour femme et l'épousera comme beau-frère. 6 Le premier-né qu'elle mettra au monde succédera au frère mort et portera son nom, afin que ce nom ne soit pas effacé d'Israël.]. Cette loi protégeait les femmes restées seules, car elles ne disposaient alors d’aucun moyen de subsistance.

 

Chapitre : 22.29-30

29 Jésus leur répondit: «Vous êtes dans l'erreur parce que vous ne connaissez ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. 30 En effet, à la résurrection, les hommes et les femmes ne se marieront pas, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel.

Note :

A la question des sadducéens sur la relation de couple au ciel Jésus réplique qu’il est plus important de comprendre la puissance de Dieu que de savoir à quoi ressemblera le ciel. Dans chaque génération et dans chaque culture, les représentations que l’on se fait de la vie éternelle tendent à être basées sur des images et des expériences de la vie au sein de cette civilisation. Les idées erronées proviennent de l’ignorance de la Parole de Dieu. Evitons de nous forger nos propres idées sur l’éternité en pensant au ciel et à Dieu en termes humains. Concentrons-nous sur notre relation avec Dieu plutôt que sur notre désir de savoir à quoi le ciel ressemblera. Nous le découvrirons un jour, et cela dépassera de loin nos plus grandes attentes.

 

Chapitre 22.31-32

31 En ce qui concerne la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit: 32 Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob ? Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants.»
Note :

Comme les sadducéens ne reconnaissent que le Pentateuque, Jésus cite un texte qui en est tiré (Exode 3.6) [Il ajouta: *«Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob.» Moïse se cacha le visage, car il avait peur de regarder Dieu.]. Dieu n’aurait pas dit : « Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob », s’il les considérait comme morts. C’est donc que, de son point de vue, ils sont vivants. L’emploi du présent par Jésus met l’accent sur la résurrection et la vie éternelle offertes, en lui, à tous les croyants.

 

Chapitre 22.34

34 Les pharisiens apprirent qu'il avait réduit au silence les sadducéens. Ils se rassemblèrent

Note :

Les pharisiens pourraient se réjouir de voir les sadducéens réduits au silence. Après tout, la question piège que ces derniers  utilisent comme argument contre leurs convictions a enfin reçu une réponse. Mis ils sont trop fiers pour se laisser impressionner par cette victoire théologique. Se débarrasser de Jésus les intéresse plus que d’apprendre la vérité.

 

Chapitre 22.35-40

35 et l'un d'eux, professeur de la loi, lui posa cette question pour le mettre à l'épreuve: 36 «Maître, quel est le plus grand commandement de la loi?»
37 Jésus lui répondit: «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée.  38 C'est le premier commandement et le plus grand. 39 Et voici le deuxième, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.  40 De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.»

Note :

Les pharisiens avaient dénombré plus de 600 commandements et cherchaient souvent à les classer par ordre d’importance, d’où la question posée par ce professeur de la loi. Jésus renvoie à Deutéronome 6.5 [Tu aimeras l'Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. ] et à Lévitique 19.18 [Tu ne te vengeras pas et tu ne garderas pas de rancune contre les membres de ton peuple. *Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l'Eternel.] : en obéissant à ces deux commandements, l’homme respecte tous les autres, car ils résument le décalogue et les autres lois morales de l’Ancien Testament.

 

Chapitre 22.37-40
37 Jésus lui répondit: «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée.  38 C'est le premier commandement et le plus grand. 39 Et voici le deuxième, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.  40 De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.»

Note :

Si nous aimons Dieu et notre prochain de tout notre cœur, nous obéirons naturellement aux commandements. Au lieu de penser à tout ce que nous ne devrions pas faire, nous devrions réfléchir à ce que nous pourrions faire pour démontrer notre amour pour Dieu et pour notre prochain.

 

Chapitre 22.41-45

41 Comme les pharisiens se trouvaient rassemblés, Jésus les interrogea 42 en ces termes: «Que pensez-vous du Messie? De qui est-il le fils?»
Ils lui répondirent: «De David.»
43 Et Jésus leur dit: «Comment donc David, animé par l'Esprit, peut-il l'appeler Seigneur lorsqu'il dit: 44 Le Seigneur a dit à mon Seigneur: ‘Assieds-toi à ma droite jusqu'à ce que j'aie fait de tes ennemis ton marchepied' ? 45 Si donc David l'appelle Seigneur, comment peut-il être son fils?»

Note :

Pharisiens, sadducéens et hérodiens ont épuisé leurs questions. A son tour, Jésus leur soumet un sujet de réflexion qui touche au cœur du problème : pour eux, qui est le Messie ? Les pharisiens savent que le Messie sera un descendant de David, mais ils ignorent qu’il sera Dieu incarné. Jésus cite le Psaume 110.1 [Psaume de David. *L'Eternel a déclaré à mon Seigneur: «Assieds-toi à ma droite jusqu'à ce que j'aie fait de tes ennemis ton marchepied.»  ] pour prouver que David, lui, savait que le Messie serait à la fois homme et Dieu (Hébreux 1.13 [Enfin, auquel des anges a-t-il déjà dit: Assieds-toi à ma droite jusqu'à ce que j'aie fait de tes ennemis ton marchepied ?] le cite aussi comme preuve de la divinité de Christ). Ce que nous croyons à propos de Jésus est déterminant, c’est la question la plus importante à laquelle nous ayons à répondre. Tous les débats théologiques sont dépourvus de sens, tant que l’on n’a pas accepté ce que Jésus a révélé à propos de lui-même.

 

 

(L'original avec les mots d'aujourd'hui)

'Extrait de la Bible avec notes d'étude « Vie Nouvelle » - Louis Segond 21

121672973