DORMIR EN PAIX

 

Il vint vers les disciples, qu’il trouva endormis, et il dit à Pierre : Vous n’avez donc pu veiller une heure avec moi ! (Matthieu 26.40 )

 

Lecture proposée : (Actes 12.1-7)

1 A cette époque-là, le roi Hérode se mit à maltraiter des membres de l'Eglise, 2 et il fit mourir par l'épée Jacques, le frère de Jean. 3 Quand il vit que cela plaisait aux Juifs, il fit encore arrêter Pierre. – C'était pendant la fête des pains sans levain. – 4 Après l'avoir fait arrêter et jeter en prison, il le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune; il avait l'intention de le faire comparaître devant le peuple après la Pâque. 5 Pierre était donc gardé dans la prison et l'Eglise adressait d'ardentes prières à Dieu pour lui.
6 La nuit qui précédait le jour où Hérode allait le faire comparaître, Pierre, attaché avec deux chaînes, dormait entre deux soldats; des sentinelles postées devant la porte gardaient la prison. 7 Soudain, un ange du Seigneur survint et une lumière resplendit dans la cellule. L'ange réveilla Pierre en le frappant au côté et lui dit: «Lève-toi vite!» Les chaînes tombèrent de ses mains.

                                                                                                   

Alors que jésus est en agonie dans le jardin de Gethsémané, Pierre dort, se souciant peu des souffrances indicibles de son Maître. Dans une occasion beaucoup moins favorable pour lui, puisqu’en prison, Pierre dort encore. Les conditions sont bien différentes cette fois-ci : il est à la veille de sa comparution et de sa condamnation à mort.

 

Dans le premier cas, son sommeil est la conséquence d’un manque d’amour, de la faiblesse de la chair et de l’indifférence aux souffrances et à l’angoisse de Jésus, qui avait pourtant demandé à ses disciples de veiller avec lui.

 

Dans le second cas, son sommeil est une réelle victoire sur les puissances des ténèbres, la preuve irréfutable de sa confiance en celui qui avait le pouvoir de le garder debout sans broncher. Le Seigneur nous demande souvent de veiller et de prier sans cesse en restant debout sur le champ de bataille malgré les assauts et les sollicitations du Malin.

 

Il nous demande pareillement de savoir nous reposer sur lui au sein de la tempête ou de l’adversité, oubliant nos « problèmes ». C’est alors que nous éprouverons un calme intérieur capable de nous permettre de trouver le sommeil dans la paix. Ce sera le meilleur des témoignages auprès de ceux qui nous observent et un sujet de gloire pour notre Père céleste.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Albert Nouguier )

121672973