11 octobre 2019

Voyage dans quelques mots du temps (Photopoème Chrétien pour une centenaire)

Et voici ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils. (1Jean 5:11)     Voyage dans quelques mots du temps   Bien le bonjour, Karukera ! C'est dans cette « Île-aux-Belles-Eaux » Que vint naître Eliane Dimbas Le trente et un août mille neuf cent dix-neuf Le journal « Le Matin » titrait alors : Mille neuf cent dix-neuf a effacé mille huit cent soixante et onze, La Paix est signée à Versailles, Dans la Galerie des Glaces... [Lire la suite]

13 octobre 2018

Les bruits sont rappelés aux livres du silence...pour nous ensemencer au rivage de l'autre (Photopoème d'avant, Yann)

  Les bruits sont rappelés aux livres du silence ...pour nous ensemencer au rivage de l'autre.         Les bruits sont rappelés aux livres du silence. Leurs mots sont ornés de parures délébiles. Leurs pages étreignent comme une survivance. N'est pas les déchirer que de gommer leur encre, Cette ancre qui s'inscrit tout au fond du « nous-mêmes » Et que l'on cherche à lire à effacer aussi. Le livre de ta vie s'est fait aussi des pages Du mien qui aurait pu se fondre, s'enrchir, A... [Lire la suite]
18 août 2018

…en route vers la rencontre dans le flou du destin…Les chemins des rencontres (Photopoème d'avant, Yann)

…en route vers la rencontre dans le flou du destin…    Les chemins des rencontresImagine un désert où les sables se «  dunent  ».On le pense uniforme en son immensitéMais le grain vole au vent en chemin d’infortuneEffaçant pas à pas la trace «  infréquentée  ».Des lueurs d’ouvertures se ferment aux ombres.Ces éclairs plein de vie, prémices d’espéranceDans l’espace et le temps, sortent de la pénombre.L’esprit né se réveille en l’humain en partance…Le mental balbutie sa sociale existenceRythmant de... [Lire la suite]
28 juin 2018

Demain ce sera toi qui me prendra la main (Photopoème d'avant, Yann)

Demain ce sera toi qui me prendras la main.   Tu fais de mon prénom une source d'amour, Tu le fonds, tu l'appelles, tu me vis. Je te regarde là dans le creux de tes ombres, Y vois en contre-jour nos deuils et nos bonheurs. L'interrogation tue me livre tant de toi ! Et je mets tant de moi dans les silences bus ! Toutes nos « p'tites-morts » sont reflets de naissances. Alors qu'elles se créent nous devons les comprendre. Il y a de la vie dans ce qui disparaît ; S'affranchir du passé revient à extirper L'épine du... [Lire la suite]