30 avril 2019

Alors que l’ego de nos nous s’absout… (Photopoème d'avant, Yann)

Alors que l’ego de nos nous s’absout…   J’ai vu des couleurs dans la feuille d’érable, Du vert, du rouge et puis des grains de sable Qui virent au « rouge-automne » mature, A devenir, à devenir si sûr.   J’ai peint des douleurs en cimes sapins, Aiguilles en forme de poignée de mains. L’hiver pointe son doigt sous un vers froid… L’homme serre les poings… cimes sous bois !   Des chênes kermès meurent à l’envie, Feuilles desséchées… rythme de la nuit… Rythme de l’envie de ses glands enfouis, ... [Lire la suite]

12 avril 2019

Il y a tant d'amour feu et d'oubli, d'habitude dans le toujours aimé des jours qui passent (Photopoème d'avant, Yann)

  Il y a tant d'amour feu et d'oubli, d'habitude dans le toujours aimé des jours qui passent *  Parceque tu peux comprendre je réponds à ton Être Cette part de toi même qui demeure sans paraître. Il n'y a pas de titre, juste une image absolue : Coeur en filigrane sur les années mal vécues. Toute graîne d'espoir déposée en un coeur ouvert, Toute douceur et puissance en regard nu entrouvert, Intensifiant l'alors de l'émotion crue ce miroir De la vie inversée pressentie mais non vouloir: Juste reflet bleu... [Lire la suite]
03 avril 2019

Frémissement (Photopoème d'avant, Yann)

Frémissement   Chambre de toile ébroue ses araignées du soir. Le soleil se lève infiltrant ses recoins, Imprègne les rideaux si empesés de nuit, Juste transpercement de lumière sur l’ombre. Le lit s’est réveillé pour l’occupant qui dort. Au jardin les pigeons roucoulent leurs aubades. La caresse des brumes s’empare des salades. Point d’autre silence que celui de la vie. En prisonnier conscient des rêves éveillés, Le dormeur nu presse et réveille ses sens. La paupière alourdie, l’œil est transfert d’iris. La... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2019

Mon Pays (Photopoème d'avant, Yann)

Mon pays   Tu sais mon amour, mon âme, Que tu es le pays de l'or de notre amour, Tu fais toute sa richesse, Je suis sa pauvreté que tu nourris de ton eau céleste. Tu es ce pays où il fait si bon se réfugier Quand le délire de l'homme frappe inconsidérément Et laisse l'être confus. Tu es ce pays de montagne, de vallée, De douceur angevine, où il fait bon se ressourcer A l'ombre des tous tes regards. Tu es mon pays, mon port d'attache, Je suis aussi le capitaine de notre bateau d'amour Il nous mènera à bon port dans... [Lire la suite]
15 mars 2019

Ave publicum ludunt versubus te salutant (Photopoème d'avant, Yann)

 Ave publicum ludunt versubus te salutant     Fondamentale idée et symbole de lutte, Envers soi-même élément de jouissance, L'on y sent les éclats de victoire et de chance, Combat, hasard, simulacre, aucun ne rebute ; ' Symbole spontané de la vie personnelle Fait passer le témoin de l'état de nature A l'état spontané et voulu de culture, Dialogue de l'homme avec un reflet rituel. ' Par le jeu discret de l'amour et du hasard, Un petit d'homme naquit au regard Pigmenté d'une peluche douée d'art ; Il serra,... [Lire la suite]
06 mars 2019

Et la vie, te dis-je, est un terme...jamais une fin qui tout ferme sur le néant. (Photopoème d'avant, Yann)

Et la vie, te dis-je, est un terme...jamais une fin qui tout ferme sur le néant. Amour est comme une impression Sauvage née d'une vraie dimension De l'être qui s'installe pour panser Les plaies du jour de la pensée De l'autre qui se mire au fond nu Du miroir insensé d'un passé bien trop cru. Amour, chant d'amour, vie du partage… Refrain des différences, enfantement du sage Quand il ne retient rien et qu'il donne tout A tous les bouts du monde, au sommet de l'absout... Un cœur nu qu'on reconnait du bout de l'âme Quand les doigts... [Lire la suite]

25 février 2019

La Spirale du Soi (Photopoème d'avant, Yann)

La spirale du Soi     Alors que tu te sentiras perdue tu sauras que L'Amour bleu se cristallise par flocons de tendresse. Ainsi il apparaît sans phare en un vibrant tactile Que la quête du don de soi et de l'écoute naît. C'est une bien belle mort que de mourir à soi-même !   Pour seulement ouvrir les yeux de son coeur en partance, Même pour vouloir renaître fusionnel en cet autre, Ou respirer et vivre en la demeure du non-être, Reste-t-il suffisamment d'encre claire et de buvard Pour illuminer le chemin... [Lire la suite]
15 février 2019

Nous sommes...le genre humain [Slam] (Photopoème d'avant, Yann)

Nous sommes ..... LE GENRE HUMAIN   Nous sommes des nantisLes sécurisés des sangsLes autorisés à l'emploiLes assistés des différencesEt les pressés du temps qui des saisonsNe retiennent que beau-tempsSans penser à l'autruiQu’en tant que codicilleQu'attend la « tempérie »Les choisis d'un destin qui reste à définir.*Un pays a d'abord le goût de la terre.Les sens à l'affûtC'est dans les sillons que la graine s'égaie, Et dans l'artisan du travail que le transmis se gère !L'intensif n'est que soleil d'été, Épuisement du vivre et... [Lire la suite]
31 janvier 2019

Voeux et mode d'emploi (Poésie d'avant, Yann)

  « Mais cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus. 34 Ne soyez donc point en souci pour le lendemain ; car le lendemain aura souci de ce qui le regarde. A chaque jour suffit sa peine. » (Matthieu 6 :33,34)     Vœux et mode d'emploi Pour tous, ce sont des souhaits de vie sans paraître, Pour une vie sur le sentier de l'Être, Un soleil d'Amour, des nuages d'affection, Une pluie de tendresse. Terre de Partage et mer de mains... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 janvier 2019

Jewell Spirit (Photopoème d'avant, Yann)

  Jewell spirit....     Le saule a rencontré la rose bleue. Les regards ont croisé sur sol ami Les voies anciennes de la poésie, Les mains du coeur se sont serrées un peu. * Les mots on reconnu tout en partage. Initiés, ça et là, au gré des voix, L'effeuillement confiant au bout des doigts De l'âme, le chant des peines en cage. * Un scarabée vivant jouant de l'être, Soleil levant de renaissance infuse, Vient de naître en l'intime fait qui use. Les questions s'agglutinent aux fenêtres. * La rose... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]