21 juillet 2018

Mes enfants très chéris (Photopoème d'avant, Yann)

Mes enfants très chéris     Je donne à votre vie ces quelques vers d'amour,Afin d'illuminer votre être au jour le jour.Peu importe à l'esprit l'heure où le soleil chûtSi en ce samedi vos mots sont parvenusEt permirent au cœur de desserrer l'étreinteOù l'ont plongé l'attente et le doute, sans feinte.Hermès était passé : Quelques lettres gisaient,Blanches et timbrés, dans la boîte à souhait.De la main je les pris et, plus ou moins distraitPar les chiennes en furie, les couvaient-il est vrai,D'un regard attendri, et... [Lire la suite]

16 juillet 2018

Ton absence ...à Laurine (Poésie d'avant, Patsy)

TON ABSENCE…A Laurine…   Ton absence est si lourde à contenir ce soir Que je marche, Âme en peine, aux recoins du silence Vrillant à ma douleur tous tes mots dans le noir Et le bruit de tes pas qui joue sur ma souffrance.   Dans la nuit je t’entends… tu m’appelles… mais tu pleures ? Et moi qui suis si loin, m’armant de tous courages Fais s’envoler vers toi, bien vite, mes bras douceur, Par l’oiseau de mon cœur, et des baisers bien sages.   Car plus rien n’est pareil… tout me parle de Toi.. Ton lit... [Lire la suite]
09 juillet 2018

J'écris (Photopoème d'avant, Yann)

J’écris     J’écris, J’écris toujours, Des mots blancs d’amour, Des mots de silence sans dits.   J’écris, Sur les pages de mes pensées, Sur celles de mon cœur d’aimé, Dans les souffles de mon âme mûrie.   J’écris, J’écris ce que tu ne lis pas, Ecriture sympathique d’un état Où les lettres bousculent les mûrs gris.   J’écris, J’écris encore… Comme un manteau de neige d’or, Des flocons de tendresse inassouvie.   J’écris, Sans toi qui tais ta plume… Pourquoi serrer ce qui consume ... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juillet 2018

Ecris-moi (Photopoèmme d'avant, Patsy)

ECRIS-MOI   Écris-moi ces soleils  d’été qui chantent encore Sur la mer embrasée en vagues souvenirs Quand l’horizon est doux et danse avec l’aurore Et qu’un soupçon de nuit refuse de partir.    Écris-moi tout du monde et des sentiers fleuris Que l’on emprunte un jour au hasard d’un détour Quand se noient quelques mots au vain puits de l’ennui Et que ploient tant de fruits aux pommiers de l’Amour.    Écris-moi le parfum de fleurs inexistantes Dans un clair de jardin qui respire la paix ... [Lire la suite]
28 juin 2018

Demain ce sera toi qui me prendra la main (Photopoème d'avant, Yann)

Demain ce sera toi qui me prendras la main.   Tu fais de mon prénom une source d'amour, Tu le fonds, tu l'appelles, tu me vis. Je te regarde là dans le creux de tes ombres, Y vois en contre-jour nos deuils et nos bonheurs. L'interrogation tue me livre tant de toi ! Et je mets tant de moi dans les silences bus ! Toutes nos « p'tites-morts » sont reflets de naissances. Alors qu'elles se créent nous devons les comprendre. Il y a de la vie dans ce qui disparaît ; S'affranchir du passé revient à extirper L'épine du... [Lire la suite]
22 juin 2018

Au coeur d'un rêve (Photopoème d'avant, Patsy)

AU CŒUR D’UN REVE   Je volerai au soleil, Quelques rayons de faux jour, Où fleurissent sans pareilles Des étincelles d’Amour.   Je partirai au matin Sur le chemin en rosée, Cueillir trois vers, deux quatrains, Que mon cœur fera chanter.   Je surplomberai la terre, Portée par les flots du vent Le bleu souvenir des mers, Et la flamme d’un couchant.   Je regarderai la nuit S’offrir en paix aux émois Qui pleuvaient déjà sans bruit Sur un doux regard de Toi.   Je caresserai les mots Qui... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

10 juin 2018

Le coeur d'une maman (Photopoème d'avant, Patsy)

Le monde peut être grand,  se perdre dans l' immense de part et d'autre de l'horizon,  courir jour après jour après rêves et autres chimères... il y a cependant une chose que l'on ne pourra jamais lui enlever Mamans du Nord, Mamans du  Sud, Mamans de l'Ouest, Mamans de l'EstToutes femmes du Monde confondues ayant donné la vie ont en commun un coeur immense qui bat, là, au plus profond de leurs entrailles. On ne le voit pas, car lui, est sans couleur, et n'a qu'un Nom :    
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2018

Le Silence -5- Conscience des saisons du silence [Photopoème d'avant, Yann]

Le Silence – 5 -   Conscience des saisons du silence   Le silencieux silence ébruite la conscience. Le paysage dort en silence de vie. Les temples sont silence d’un silence gris Où flottent les prières des hommes du temps. Les femmes sont un jardin où respire en silence « L’enfant-son-mélodie-du-silence-à-genoux. » La clarté simple et austère, l’ombre qui se rend, Dépouillées lentement d’artifices du monde S’offrent en sacrifice au silence qui gémit.   L’appréhension noire de la réalité, De... [Lire la suite]
31 mai 2018

A ma peine...(Photopoème d'avant, Patsy)

A MA PEINE…    Bien des mots furent couchés sur un papier dentelle En destin lourd gravé sous faux airs d’insouciance Quelques pas cadencés en soupçon ritournelle Aux atours et parure, joyaux de transparence.   Quelques nœuds en cheveux délacés par le vent Qui jouant dans le bleu d’un été capricieux Se moquait de ses pleurs accrochés à Longtemps, Voilà tout d’une Peine sous écharpe d’Adieux.   Et si fleur d’Aujourd’hui, elle soupire puis… se tait, Enfouissant en recoins de multiples senteurs, C’est... [Lire la suite]
24 mai 2018

Le silence – 4 « Les chemins du silence » (Poésie d'avant, Yann)

Le silence – 4 « Les chemins du silence »     Le paysage est silence. Le temps est silence, les jardins le respirent. Dépouillée des artifices humains, la clarté simple et austère s’offre à lui. La quiétude s’exalte quand la tranquillité s’installe. Dans sa vérité la plus nue, L’appréhension fugitive de la réalité de l’existence se dessine. Les mots imparfaits s’effacent.   Les concepts s’enfuient à tire d’aile, La préhension des choses remplace son abstraction qui la vide de sa substance. Plus... [Lire la suite]