17 janvier 2019

Un peu de vent un peu de temps juste nos vies. (Photopoème d'avant, Yann)

Un peu de vent un peu de temps juste nos vies.     Le piano joue et les notes s’égrènent ; Il flotte dans l’air comme un rien de moi, Sans bémol, sans dièses, et l’on freine… La cascade meurt en sève de toi.   Les arpèges fous n’y feront plus rien. Le poids du passé « s’enculture » encore… Te dire les manques, les trois fois rien, De tes mots, silence en bond du plus fort.   Tous ces dits des fois sont-ils morts pour rien ? Sont-ils des morts nés, des morts de nos... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2019

Quand on parle de dépendance ! (Photopoème d'avant, Yann)

Quand on parle de dépendance*Mon ami « Marlboro » s'appelle « Malbarré » .  Il m'a leurré de son imprégnation, Il a perpétué l'illusion d'être autre, intégré, Alors que je partais en fumée, il m'a rendu sectaire. Il a mégoté si fort lorsque j'ai voulu rompre Que les manques ont dressé leurs murailles de quête Inondant ma dépendance, me leurrant d'importance, Confortant l'être à la "Compens" du "deal" avec soi-même. 'Ami se disait-il pour mieux me dominer, Mieux me rendre esclave de... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 janvier 2019

Comme les ailes d’un même papillon : « T’en souvient-il ? » (Photopoème d'avant, Yann)

  Comme les ailes d’un même papillon : « T’en souvient-il ? »     Cette image de pluie sur un visage d’ange Dessine ne gouttelettes la colère du temps. Il pleut des larmes de ciel, sur la terre en sang Se lave l’heure vide nettoyant sa fange.   L’enfant tombe à genoux pour un peu de soleil, Et le doute l’assaille et la crainte le prend. Il y avait la chaleur avant la guerre du vent ; Les animaux se terrent pour un long sommeil.   Les hommes n’ont rien fait et le monde... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 janvier 2019

L'amour n'est pas que le présent de nos passés (Photopoème d'avant, Yann)

L'amour n'est pas que le présent de nos passés.  Il n'est ni l'espace ni le temps.Avec ces certitudes l'homme à besoinDe mots d'amour, de gestes de tendresse,Même si il sait au plus profond de luiQue cet amour est partagé par les êtres qu'il aime. Alors, Homme, questionne-toi sur toi !N'avons-nous en face de nous que le reflet de nous même ?  L'amour préexiste.Il se peut que l'amour soit enfant.Quand l'amour est enfant il a choisi son nid,Non pas pour y paraître mais pour y exister.Il n'a même pas de corps et rien... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 décembre 2018

Arrangement (Photopoème d'avant, Yann)

Arrangement   Adagio dans une chambre vide Symphonie pour un rêve Allegro d’une vieille sans ride Moderato est un homme qui crève Un concert pour la mort d’un pianiste Quelques croches pour la pluie ce soir Une ronde, c’est le dernier cycliste Et si j’ajoutais pour rien quelques noires  Par le temps d’une tristesse Je poserai des blanches Sur la portée de votre tendresse  Je passerai la croche de ma main sur votre hanche Je voudrai sans arrêt De musique emplir vos oreilles Musique pour votre portrait... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 décembre 2018

La Porte (Photopoème d'avant, Yann)

N’en avoir que le concept social de vocabulaire, la matérialité génératrice de frontière, de mouvement à tous les temps de la conjugaison. Pour l’Être, c’est un début au moment où elle s’ouvre et ce sera une suite lorsqu’elle se fermera ; mais se clora-t-elle un jour! Pour lui, cette porte ouverte le jour de sa conception, rejeté par une vague sur un rivage perlé d’amour, entre deux rochers, il va vous murmurer sa naissance et sa vie telle qu’il continue de l’évoluer en harmonie, en symbiose avec les éléments. Je m’appellerai pour... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2018

Raison de vivre.(Photopoème d'avant, Yann)

Raison de vivre (Aux bateaux dépressifs)Mon bateau crève en cale sèche,De son mas mordoré il pleureLe reste des vergues qui meurentAlors qu'un goéland y prêche.Le "Raison de Vivre" n'est plus.Au fond de sa cale des planchesSe racontent les avalanchesQu'elles boivent du ciel issues.Les yeux, pauvres clous tout rouillés,Ne peuvent que pleurer la coqueQue la mer, le ciel et le rocSans répits ont éventrée.Le gouvernail gît dans un coin,Plus un matelot à la barre,Pas même un coquillage rarePour lui chanter un lendemain.Plaintes des... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2018

C'est un amour destin (Photopoème d'avant, Yann)

C’est un amour destinIl est beau notre enfant, ce jardin de nos cœurs. Les nuages de vie ont fait pleurer dessus Des larmes tout sourire et chanter le bonheur De la confiance acquise au prix de nos tissus. Cette soie si sauvage apprivoisée et sage Qui sur nos esprits mûris de nos buissons Nourrit le frottement de nos âmes en nage, Vers tous les quotidiens, nos lendemains frissons.   Dans ce verger fleuri, l’altier arbre à souhaits Recueille en ses branches nos brouillonnes pensées. Le parterre épanoui voit le lys qui... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 décembre 2018

Se brûler s’apparente à subir, est-ce philosophie ? (Photopoème d'avant, Yann)

Se brûler s’apparente à subir, est-ce philosophie ? Que signifie la notion de progrèsPour celui qui dort sur des prières ?Il vit hors occident sa culture ! Qu’illustre la matière face à l’ « esprit-terre »,Qui permet à l’ancestral un poids « d’âme-groupe » ?De grandir, de soigner les êtres !Ne pas savoir et affirmer pourtant connaîtreQuels sont les poids de nos jours face aux poids des nuitsPour sans arrêt fuir en avant, vivre en coupable,La tête dans les sables émouvant du monde.Les portes et fenêtres s’ouvrent et se... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2018

Nous sommes..."Le Genre-Humain"!

Nous sommes ..."le Genre-Humain"!   Nous sommes des nantisLes sécurisés des sangsLes autorisés à l'emploiLes assistés des différencesEt les pressés du temps qui des saisonsNe retiennent que beau-tempsSans penser à l'autruiQu ‘en tant que codicilleQu'attend la « tempérie »Les choisis d'un destin qui reste à définir.*Un pays a d'abord le goût de la terre.Les sens à l'affûtC'est dans les sillons que la graine s'égaie,Et dans l'artisan du travail que la transmis se gère !L'intensif n'est que soleil d'été,Épuisement du vivre et... [Lire la suite]
Posté par yannpatsy à 05:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]