TOMBER DES NUES

 

 Quand les hommes diront : Paix et sécurité ! C’est alors que soudainement la ruine fondra sur eux comme les douleurs sur la femme enceinte, et ils n’échapperont point.   (1 Thessaloniciens 5.3)

 

Lecture proposée : (1 Thessaloniciens 5.1-11)

2 Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. 3 Quand les hommes diront: Paix et sûreté ! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l'enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n'échapperont point. 4 Mais vous, frères, vous n'êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur ; 5 vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres.
   6 Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres. 7 Car ceux qui dorment dorment la nuit, et ceux qui s'enivrent s'enivrent la nuit. 8 Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l'espérance du salut. 9 Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l'acquisition du salut par notre Seigneur Jésus Christ, 10 qui est mort pour nous, afin que, soit que nous veillons, soit que nous dormions, nous vivions ensemble avec lui.
   11 C'est pourquoi exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres, comme en réalité vous le faites.

 

Cette expression se dit lorsque quelqu’un est surpris par un évènement, qu’il en éprouve une émotion de stupeur face à la soudaineté de ce qui lui arrive. Ce n’est pas que la chose arrive sans avoir été annoncée, mais qu’elle est tellement soudaine, qu’elle prend de court et rend impossible toute réaction préparée.

 

 

Tel sera « le jour du Seigneur », arrivant soudainement sur le monde, comme l’écrit l’apôtre Paul dans ses lettres aux Thessaloniciens. Pour les contemporains, la surprise sera totale. Mais, les disciples de Christ ne devraient pas tomber des nues, car ils sont avertis. Certes, Paul annonce ce moment venant comme un voleur, c’est-à-dire sans prévenir, sans savoir ni le jour, ni l’heure de l’évènement.

 

Pour ceux appartenant à Christ, il s’agit de se tenir en éveil, d’être prêt pour l’enlèvement à sa rencontre dans les airs. (1 Thessaloniciens 4.13-18) [   13 Nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l'ignorance au sujet de ceux qui dorment, afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n'ont point d'espérance. 14 Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu'il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts. 15 Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d'après la parole du Seigneur: nous les vivants, restés pour l'avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. 16 Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. 17 Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. 18 Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles.].

 Les signes avant-coureurs du retour de Jésus vont devenir de plus en plus évidents, surtout avec l’apparition de l’adversaire, lors du reniement général de la foi chrétienne. (2 Thessaloniciens 2).  [      1 Vous savez vous-mêmes, frères, que notre arrivée chez vous n'a pas été sans résultat. 2 Après avoir souffert et reçu des outrages à Philippes, comme vous le savez, nous prîmes de l'assurance en notre Dieu, pour vous annoncer l'Évangile de Dieu, au milieu de bien des combats. 3 Car notre prédication ne repose ni sur l'erreur, ni sur des motifs impurs, ni sur la fraude ; 4 mais, selon que Dieu nous a jugés dignes de nous confier l'Évangile, ainsi nous parlons, non comme pour plaire à des hommes, mais pour plaire à Dieu, qui sonde nos coeurs. 5 Jamais, en effet, nous n'avons usé de paroles flatteuse, comme vous le savez ; jamais nous n'avons eu la cupidité pour mobile, Dieu en est témoin. 6 Nous n'avons point cherché la gloire qui vient des hommes, ni de vous ni des autres ; nous aurions pu nous produire avec autorité comme apôtres de Christ,
   7 mais nous avons été pleins de douceur au milieu de vous. De même qu'une nourrice prend un tendre soin de ses enfants, 8 nous aurions voulu, dans notre vive affection pour vous, non seulement vous donner l'Évangile de Dieu, mais encore nos propres vies, tant vous nous étiez devenus chers. 9 Vous vous rappelez, frères, notre travail et notre peine: nuit et jour à l'oeuvre, pour n'être à charge à aucun de vous, nous vous avons prêché l'Évangile de Dieu. 10 Vous êtes témoins, et Dieu l'est aussi, que nous avons eu envers vous qui croyez une conduite sainte, juste et irréprochable. 11 Vous savez aussi que nous avons été pour chacun de vous ce qu'un père est pour ses enfants, 12 vous exhortant, vous consolant, vous conjurant de marcher d'une manière digne de Dieu, qui vous appelle à son royaume et à sa gloire.
   13 C'est pourquoi nous rendons continuellement grâces à Dieu de ce qu'en recevant la parole de Dieu, que nous vous avons fait entendre, vous l'avez reçue, non comme la parole des hommes, mais, ainsi qu'elle l'est véritablement, comme la parole de Dieu, qui agit en vous qui croyez. 14 Car vous, frères, vous êtes devenus les imitateurs des Églises de Dieu qui sont en Jésus Christ dans la Judée, parce que vous aussi, vous avez souffert de la part de vos propres compatriotes les mêmes maux qu'elles ont soufferts de la part des Juifs. 15 Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes, 16 nous empêchant de parler aux païens pour qu'ils soient sauvés, en sorte qu'ils ne cessent de mettre le comble à leurs péchés. Mais la colère a fini par les atteindre.
   17 Pour nous, frères, après avoir été quelque temps séparés de vous, de corps mais non de coeur, nous avons eu d'autant plus ardemment le vif désir de vous voir. 18 Aussi voulions-nous aller vers vous, du moins moi Paul, une et même deux fois ; mais Satan nous en a empêchés. 19 Qui est, en effet, notre espérance, ou notre joie, ou notre couronne de gloire ? N'est-ce pas vous aussi, devant notre Seigneur Jésus, lors de son avènement ? 20 Oui, vous êtes notre gloire et notre joie. ]

       [ Mais, il est encore temps d’avertir nos contemporains pour que certains d’entre eux ne tombent pas des nues, car Jésus revient bientôt sur les nuées ! 

 

                      (Extrait des « Méditations Quotidiennes – Jean-Michel Guerche)

121672973