LES LECONS DE LA VIGNE

 

 Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. (Jean 15.5)

 

Lecture proposée : (Jean 15.1-8)

1 »C'est moi qui suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. 2 Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il l'enlève; et tout sarment qui porte du fruit, il le taille afin qu'il porte encore plus de fruit. 3 Déjà vous êtes purs à cause de la parole que je vous ai annoncée. 4 Demeurez en moi et je demeurerai en vous. Le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même, sans rester attaché au cep; il en va de même pour vous si vous ne demeurez pas en moi. 5 Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. 6 Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors comme le sarment et il sèche; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu et ils brûlent. 7 Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, vous demanderez ce que vous voudrez et cela vous sera accordé. 8 Ce qui manifeste la gloire de mon Père, c'est que vous portiez beaucoup de fruit. Vous serez alors vraiment mes disciples.

 

Dans le Nouveau Testament la relation de Jésus, notre Sauveur, avec ses disciples est comparée à un plant de vigne : Son Père, notre Dieu, est le Vigneron, Jésus est le cep, ses disciples sont les sarments. Si un chrétien pense être en Jésus mais ne porte pas du fruit, il est comme un sarment attaché au cep, mais dont la sève -c’est-à-dire la vie du cep- est bloquée par le sarment : le Vigneron le retranche, et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il porte encore plus de fruit. (Jean 15.2). Il y a là l’image d’un chrétien de nom, qui s’imagine être en communion avec Jésus, mais qui n’est pas sauvé, n’a pas la vie éternelle.

 

Le nouveau chrétien, qui demeure en Jésus et porte du fruit, à travers des épreuves permises par Dieu, va pouvoir porter encore plus de fruit. Jésus nous promet : Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit. (Jean 15.5). Demeurer en Jésus et laisser ses paroles demeurer en nous, c’est le secret pour recevoir l’exaucement de nos prières, pour porter du fruit, afin qu’ainsi notre joie soit parfaite en Jésus. (Jean 15.7-8).

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Béatrice Guerche)

121672973