L’ARGYRONETE

 

 Vers le matin, alors qu’il faisait encore très sombre, Jésus se leva et sortir pour aller dans un endroit désert où il pria.  (Marc 1.35)

 

Lecture proposée : (Psaume 84.2-5)

2 Combien tes résidences sont aimées,
Eternel, maître de l'univers!
3 Mon âme soupire et même languit
après les parvis de l'Eternel.
Tout mon être pousse des cris de joie
vers le Dieu vivant.
4 Même le moineau trouve une maison,
et l'hirondelle un nid où elle dépose ses petits.
Moi, je soupire après tes autels,
Eternel, maître de l'univers,
mon roi et mon Dieu!
5 Heureux ceux qui habitent ta maison:
ils peuvent te célébrer sans cesse.    – Pause.

 

 

L’argyronète est une araignée dotée d’une capacité unique. Elle est la seule araignée vivant dans l’eau. Pour ce faire, elle fabrique une cloche de soie qu’elle remplit d’air. Elle s’en sert ensuite comme d’un sous-marin. Elle se glisse à l’intérieur de cet abri, descend dans l’eau et peut y vivre tout en respirant.

 

L’astuce trouvée par l’argyronète pour vivre dans un élément pour lequel elle n’est pas équipée me rappelle l’habitude prise par Jésus tôt le matin. Le Seigneur avait besoin de temps de solitude avec son Père. Avant d’affronter une journée, il lui fallait respirer l’air pur de la communion avec lui. Ce temps mis à part était comme la cloche de soie de l’argyronète. Il lui permettait de rester ce qu’il était tout en vivant dans le monde pollué issu de la chute.

 

Comme Jésus, nous avons besoin de la même ressource. Son conseil est de nous retirer dans l’endroit le plus isolé de notre maison pour être seul avec notre Père. Prenons-nous chaque jour ces moments vitaux de cœur à cœur avec lui ? Ils sont le moyen qu’il nous donne de respirer l’air d’en haut pour vivre dans le monde d’en bas.

 

Qui est de Dieu et s’en prive ne peut qu’être mal  à l’aise et souffrir.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Gilles Georgel)

121672973