LIVRE DES ACTES DES APÔTRES COMMENTE [S21]

CHAPITRE 15-28

 

39-71

 

De nouvelles équipes

1 Quelques hommes venus de Judée enseignaient les frères en disant: «Si vous n'êtes pas circoncis selon la coutume de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés.» 2 Paul et Barnabas eurent un vif débat et une vive discussion avec eux. Les frères décidèrent alors que Paul, Barnabas et quelques-uns d'entre eux monteraient à Jérusalem vers les apôtres et les anciens pour traiter cette question. 3 Envoyés donc par l'Eglise, ils traversèrent la Phénicie et la Samarie en racontant la conversion des non-Juifs, et ils causèrent une grande joie à tous les frères et sœurs. 4 Arrivés à Jérusalem, ils furent accueillis par l'Eglise, les apôtres et les anciens, et ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux. 5 Alors quelques croyants issus du parti des pharisiens se levèrent en disant qu'il fallait circoncire les non-Juifs et leur ordonner de respecter la loi de Moïse.
6 Les apôtres et les anciens se réunirent pour examiner cette question. 7 Il y eut une longue discussion. Pierre se leva alors et leur dit: «Mes frères, vous savez que, dès les premiers jours, Dieu a fait un choix parmi nous: il a décidé que les non-Juifs entendraient par ma bouche la parole de l'Evangile et croiraient. 8 Et Dieu, qui connaît les cœurs, leur a rendu témoignage en leur donnant le Saint-Esprit comme à nous. 9 Il n'a fait aucune différence entre eux et nous, puisqu'il a purifié leur cœur par la foi. 10 Maintenant donc, pourquoi provoquer Dieu en imposant aux disciples des exigences que ni nos ancêtres ni nous n'avons été capables de remplir? 11 Nous croyons au contraire que c'est par la grâce du Seigneur Jésus que nous sommes sauvés, tout comme eux.»
12 Toute l'assemblée garda le silence et l'on écouta Barnabas et Paul raconter tous les signes miraculeux et les prodiges que Dieu avait accomplis par leur intermédiaire au milieu des non-Juifs.
13 Lorsqu'ils eurent fini de parler, Jacques prit la parole et dit: «Mes frères, écoutez-moi!14 Simon a raconté comment dès le début Dieu est intervenu pour choisir parmi les nations un peuple qui porte son nom. 15 Cela s'accorde avec les paroles des prophètes, puisqu'il est écrit: 16 Après cela, je reviendrai, je relèverai de sa chute la tente de David, je réparerai ses ruines et je la redresserai; 17 alors le reste des hommes cherchera le Seigneur, ainsi que toutes les nations appelées de mon nom, dit le Seigneur qui fait [tout] cela  18 et de qui cela est connu de toute éternité.
19 »C'est pourquoi, je pense qu'on ne doit pas créer de difficultés aux non-Juifs qui se tournent vers Dieu, 20 mais qu'il faut leur écrire d'éviter les souillures des idoles, l'immoralité sexuelle, les animaux étouffés et le sang. 21 En effet, depuis bien des générations, dans chaque ville des hommes prêchent la loi de Moïse, puisqu'on la lit chaque sabbat dans les synagogues.»
22Alors il parut bon aux apôtres et aux anciens, ainsi qu'à toute l'Eglise, de choisir parmi eux Jude, appelé Barsabas, et Silas, des hommes estimés parmi les frères, et de les envoyer à Antioche avec Paul et Barnabas.23 Ils les chargèrent du message que voici:
«Les apôtres, les anciens et les frères aux frères et sœurs d'origine non juive qui sont à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut!
24 Nous avons appris que des hommes partis de chez nous, mais sans aucun ordre de notre part, vous ont troublés par leurs discours et vous ont ébranlés [en vous disant de vous faire circoncire et de respecter la loi]. 25 C'est pourquoi nous avons décidé, d'un commun accord, de choisir des délégués et de vous les envoyer avec nos bien-aimés Barnabas et Paul, 26 ces hommes qui ont livré leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus-Christ. 27 Nous avons donc envoyé Jude et Silas qui vous annonceront de vive voix les mêmes choses. 28 En effet, il a paru bon au Saint-Esprit et à nous de ne pas vous imposer d'autre charge que ce qui est nécessaire: 29 vous abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés et de l'immoralité sexuelle. Vous agirez bien en évitant tout cela. Adieu.»
30 Ils prirent donc congé de l'Eglise et allèrent à Antioche, où ils réunirent l'assemblée et lui remirent la lettre. 31 On en fit la lecture et tous se réjouirent de l'encouragement qu'elle leur apportait. 32 Jude et Silas, qui étaient eux-mêmes prophètes, encouragèrent les frères et les fortifièrent en leur parlant longuement. 33 Au bout de quelque temps, ceux-ci les laissèrent retourner en paix vers ceux qui les avaient envoyés. 34 [Toutefois Silas trouva bon de rester.]
35 Paul et Barnabas restèrent à Antioche; ils enseignaient et annonçaient avec beaucoup d'autres la bonne nouvelle de la parole du Seigneur.

Deuxième voyage missionnaire (15.36–18.22)

36 Quelques jours plus tard, Paul dit à Barnabas: «Retournons visiter nos frères et sœurs dans toutes les villes où nous avons annoncé la parole du Seigneur, pour voir comment ils vont.» 37 Barnabas voulait emmener aussi Jean, surnommé Marc, 38 mais Paul estimait qu'il ne fallait pas prendre avec eux celui qui les avait quittés depuis la Pamphylie et ne les avait pas accompagnés dans leur tâche. 39 Ce désaccord fut assez vif pour qu'ils se séparent l'un de l'autre. Barnabas prit Marc avec lui et embarqua pour l'île de Chypre. 40 Paul choisit Silas et partit, confié par les frères à la grâce du Seigneur. 41 Il traversa la Syrie et la Cilicie en fortifiant les Eglises.

 

 

NOTE COMMENTAIRE DU CHAPITRE 14 DES ACTES DES APÔTRES [S21]

 

 

Chapitre 15.1

1 Quelques hommes venus de Judée enseignaient les frères en disant: «Si vous n'êtes pas circoncis selon la coutume de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvé.

Note :

La question du respect de la loi de Moïse par les non-Juifs comme condition de leur salut joue un rôle crucial, à ce moment-là de l’histoire. En fait, elle pourrait même déboucher sur une scission dans l’Eglise, si elle n’est pas réglée correctement. Le nombre toujours plus grand d’Eglises majoritairement non juives intensifie la controverse. Les judaïsant de l’Eglise de Jérusalem sont menés par des pharisiens devenus chrétiens (Actes 15.5) [5 Alors quelques croyants issus du parti des pharisiens se levèrent en disant qu'il fallait circoncire les non-Juifs et leur ordonner de respecter la loi de Moïse. ], plus rassurés par des pratiques légalistes que par un attachement au principe de la foi seule. Si leurs conceptions l’emportent, les non-Juifs devront se faire circoncire et, de fait, se convertir au judaïsme. Le christianisme perdra alors de sa dimension universelle pour devenir une simple secte interne au judaïsme.

 

Il y a un peu du pharisien en chacun de nous. Sans même en être conscients, nous confondons parfois la défense de traditions, le maintien de structures ou l’obéissance à la loi avec l’obéissance à Dieu. Assurons-nous que l’Evangile est synonyme de liberté et de vie, et non de règles et de rituels, pour ceux à qui nous l’annonçons.

 

Chapitre 15.2ss

2 Paul et Barnabas eurent un vif débat et une vive discussion avec eux. Les frères décidèrent alors que Paul, Barnabas et quelques-uns d'entre eux monteraient à Jérusalem vers les apôtres et les anciens pour traiter cette question. 3 Envoyés donc par l'Eglise, ils traversèrent la Phénicie et la Samarie en racontant la conversion des non-Juifs, et ils causèrent une grande joie à tous les frères et sœurs. 4 Arrivés à Jérusalem, ils furent accueillis par l'Eglise, les apôtres et les anciens, et ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux. 5 Alors quelques croyants issus du parti des pharisiens se levèrent en disant qu'il fallait circoncire les non-Juifs et leur ordonner de respecter la loi de Moïse.
6 Les apôtres et les anciens se réunirent pour examiner cette question. 7 Il y eut une longue discussion. Pierre se leva alors et leur dit: «Mes frères, vous savez que, dès les premiers jours, Dieu a fait un choix parmi nous: il a décidé que les non-Juifs entendraient par ma bouche la parole de l'Evangile et croiraient. 8 Et Dieu, qui connaît les cœurs, leur a rendu témoignage en leur donnant le Saint-Esprit comme à nous. 9 Il n'a fait aucune différence entre eux et nous, puisqu'il a purifié leur cœur par la foi.

Note :

Les délégués présents au concile de Jérusalem proviennent des Eglises de Jérusalem et d’Antioche. La conversion des non-Juifs soulève un problème que l’Eglise primitive se doit de régler rapidement. La question n’est pas de savoir si les non Juifs peuvent être sauvés, mais s’ils doivent respecter la loi de Moïse et les diverses traditions juives, et le rite de la circoncision joue un rôle clé. Un groupe de chrétiens d’origine juive soutient que l’obéissance à la loi est indispensable au salut, tandis que les non-Juifs ne pensent pas avoir besoin de devenir Juifs pour devenir chrétiens. Les chrétiens d’origine juive sont inquiets, car bientôt les chrétiens d’origine non juive seront majoritaires et, ils craignent un affaiblissement des valeurs morales en cas de non-respect de la loi. Paul, Barnabas et les autres responsables de l’Eglise considèrent certes la loi de l’Ancien Testament comme très importante mais ils sont convaincus que son respect n’est pas une condition préalable au salut. La loi est incapable de sauver, seule la grâce le peut, et elle pas par la foi en Jésus-Christ. Les non-Juifs doivent-ils adhérer aux lois mosaïques et aux autres traditions juives pour être sauvés ? Le concile confirme la conviction de Paul et Barnabas : ni le respect des lois juives ni la circoncision ne sont nécessaires pour accéder au salut.

 

La manière dont les Eglises d’Antioche et de Jérusalem gèrent le conflit est intéressante :

1° l’Eglise d’Antioche envoie des délégués afin de chercher une solution ;

2° ces délégués informent les responsables de l’Eglise des difficultés et ils fixent une date afin de poursuivre la discussion ;

3° Paul et Barnabas font leur rapport ;

4° Jacques résume la situation et propose une solution ;

5° chacun exprime son accord ;

6° le concile renvoie les délégués à Antioche avec une lettre communiquant la décision prise.

C’est une sage manière de gérer les conflits au sein de l’Eglise. Il est nécessaire d’affronter les problèmes, et de le faire en écoutant attentivement les arguments développés par les diverses parties. La présence de responsables spirituellement mûrs et dignes de confiance, capables de prendre de sages décisions, est aussi importante. Chacun doit ensuite se ranger aux conclusions.

 

Chapitre 15.10

10 Maintenant donc, pourquoi provoquer Dieu en imposant aux disciples des exigences que ni nos ancêtres ni nous n'avons été capables de remplir?

Note :

Si les Juifs ont été incapables d’obéir aux exigences de la loi de Moïse, à quoi servait-elle ? Paul écrira qu’elle était un guide qui révélait leurs péchés pour qu’ils puissent se repentir, revenir à Dieu et vivre d’une façon juste (cf. Galates 3.24-25).[ 24 Ainsi la loi a été le guide chargé de nous conduire à Christ afin que nous soyons déclarés justes sur la base de la foi. 25 Depuis que la foi est venue, nous ne sommes plus soumis à ce guide. ] Il était, et il est encore, impossible d’obéir entièrement à la loi.

 

Chapitre 15.13

13 Lorsqu'ils eurent fini de parler, Jacques prit la parole et dit: «Mes frères, écoutez-moi!

Note :

Ce Jacques est le frère de Jésus, devenu un responsable de l’Eglise de Jérusalem et l’auteur de l’épître qui porte son nom.

 

Chapitre 15.16-18

16 Après cela, je reviendrai, je relèverai de sa chute la tente de David, je réparerai ses ruines et je la redresserai; 17 alors le reste des hommes cherchera le Seigneur, ainsi que toutes les nations appelées de mon nom, dit le Seigneur qui fait [tout] cela  18 et de qui cela est connu de toute éternité.

Note :

En dépit du caractère convaincant des expériences vécues par Pierre, Barnabas et Paul, Jacques se tourne vers la Parole de Dieu, et c’est elle qu’il prend comme test suprême de la vérité. Inspirons-nous de cette attitude ! Nous avons tous nos convictions (parfois très fermes), nous avons tous nos expériences, et nous avons tendance à les utiliser en guise de critères face aux autres.

 

Beaucoup de chrétiens considèrent que leurs expériences et leurs convictions correspondent à la vérité et doivent servir de norme si bien que toutes les autres manières de voir leur apparaissent comme inférieures ou erronées. Ce qui compte, en réalité, c’est ce que la Parole de Dieu dit. Plus nous la connaissons, plus nous la lisons, l’étudions, la mémorisons et la méditons, plus nous seront aptes à discerner ce qui est juste et bon, quand surgira une controverse ou un différend doctrinal.

 

Chapitre 15.19-21

19 »C'est pourquoi, je pense qu'on ne doit pas créer de difficultés aux non-Juifs qui se tournent vers Dieu, 20 mais qu'il faut leur écrire d'éviter les souillures des idoles, l'immoralité sexuelle, les animaux étouffés et le sang. 21 En effet, depuis bien des générations, dans chaque ville des hommes prêchent la loi de Moïse, puisqu'on la lit chaque sabbat dans les synagogues.»
Note :

Jacques conclut en soulignant que les chrétiens d’origine non juive ne doivent pas se faire circoncire, mais qu’ils doivent s’abstenir de consommer des viandes sacrifiées aux idoles (les « souillures »,) du sang (ce qui reflète l’enseignement biblique que la vie est dans le sang, Lévitique 17.14)[ En effet, la vie de tout être, c'est son sang, qui est en lui. C'est pourquoi j'ai dit aux Israélites: ‘Vous ne mangerez le sang d'aucune créature, car la vie de tout être, c'est son sang. Celui qui en mangera sera exclu.' ] ou des animaux étouffés et renoncer à toute immoralité sexuelle (courante dans les cultes idolâtriques). Une telle attitude ne peut que plaire à Dieu et leur permettra de mieux s’entendre avec leurs frères et sœurs juifs. Bien sûr, cette liste des actes inadéquats pour des croyants n’est pas exhaustive, mais ce qui importe ici, ce sont les comportements qui posent problème aux Juifs. Ce compromis aidera l’Eglise à grandir sans être freinée par les différences culturelles entre les deux groupes. Quand nous devons franchir des frontières culturelles et économiques pour annoncer l’Evangile, veillons à ce que les exigences liées à la foi que nous mettons en avant viennent de Dieu et non des hommes.

 

L’Eglise primitive fait l’expérience des difficultés entraînées par la réunion de personnes d’arrière-plans différents. Les Juifs et les non-Juifs ont si peu en commun ! Il y a diversité aussi bien du point de vue de l’histoire que de celui des traditions, des pratiques, des coutumes, des cultures et de la langue. Comment est-il possible d’unir deux entités aussi disparates ? Une première solution consiste à décider de ne pas le faire, à décréter que c’est impossible. On procède alors à des ségrégations, des mises à l’écart, et on s’examine mutuellement avec suspicion. Une telle attitude affecte profondément l’attractivité et l’efficacité de l’Eglise. Surtout, le snobisme et l’esprit de jugement sont autant de trahisons des enseignements de Jésus-Christ et nous écartent de notre appel. L’autre solution consiste à faire passer les grands objectifs divins avant nos préjugés et présupposés. Imiter notre Seigneur (Ephésiens 5.1) [Soyez donc les imitateurs de Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés,] nous amène à la tolérance, la compréhension et l’acceptation. Il ne s’agit pas d’admettre tous les styles de vie marqués par le péché. Quand Jacques mentionne les quelques règles à respecter par les non-juifs, il est clair pour lui que les normes morales fondamentales et le désir de vivre pour Dieu doivent orienter le reste de leur comportement. Il n’y a rien qui donne plus gloire à Dieu que l’unité dans l’amour et l’adoration du Sauveur de croyants issus de nations, d’arrière-plans et de couches sociales totalement différents.

 

Chapitre 15.22

22 Alors il parut bon aux apôtres et aux anciens, ainsi qu'à toute l'Eglise, de choisir parmi eux Jude, appelé Barsabas, et Silas, des hommes estimés parmi les frères, et de les envoyer à Antioche avec Paul et Barnabas.

Note :

L’apostolat n’est pas un ministère de l’Eglise, mais une position et une fonction basée sur des dons précis. Les anciens sont nommés pour diriger et administrer l’Eglise. Dans cette rencontre les apôtres se soumettent au jugement d’un ancien, Jacques, le frère de Jésus.

 

Plus tard, Silas accompagnera Paul durant son deuxième voyage à la place de Barnabas qui, lui, visitera différentes villes avec Jean-Marc.

 

Chapitre 15.23-29

23 Ils les chargèrent du message que voici:
«Les apôtres, les anciens et les frères aux frères et sœurs d'origine non juive qui sont à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut!
24 Nous avons appris que des hommes partis de chez nous, mais sans aucun ordre de notre part, vous ont troublés par leurs discours et vous ont ébranlés [en vous disant de vous faire circoncire et de respecter la loi]. 25 C'est pourquoi nous avons décidé, d'un commun accord, de choisir des délégués et de vous les envoyer avec nos bien-aimés Barnabas et Paul, 26 ces hommes qui ont livré leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus-Christ. 27 Nous avons donc envoyé Jude et Silas qui vous annonceront de vive voix les mêmes choses. 28 En effet, il a paru bon au Saint-Esprit et à nous de ne pas vous imposer d'autre charge que ce qui est nécessaire: 29 vous abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés et de l'immoralité sexuelle. Vous agirez bien en évitant tout cela. Adieu.»

Note :

Cette lettre répond aux questions des chrétiens d’Antioche et les réjouit (Actes 15.31)[31 On en fit la lecture et tous se réjouirent de l'encouragement qu'elle leur apportait.. Très bien rédigée, elle fait appel à la conduite du Saint-Esprit et explique ce qui doit être fait comme si les lecteurs le savaient déjà. Nous devons veiller non seulement à ce que nous disons, mais aussi à la manière dont nous le disons. Le contenu de notre message a beau être correct, nous pouvons rebuter notre interlocuteur par un ton agressif ou une attitude inappropriée.

 

Chapitre 15.31

31 On en fit la lecture et tous se réjouirent de l'encouragement qu'elle leur apportait.

Note :

Le débat sur la circoncision aurait pu diviser l’Eglise, mais Paul, Barnabas et les chrétiens d’Antioche ont pris la bonne décision en demandant conseil aux responsables de l’Eglise et en cherchant une réponse dans la Parole de Dieu. Nous devrions gérer nos conflits de la même manière en recherchant de sages conseils et en acceptant les conclusions. Ne permettons pas à des désaccords de nous séparer de nos frères et sœurs en Christ.

 

Chapitre 15.36-39

36 Quelques jours plus tard, Paul dit à Barnabas: «Retournons visiter nos frères et sœurs dans toutes les villes où nous avons annoncé la parole du Seigneur, pour voir comment ils vont.» 37 Barnabas voulait emmener aussi Jean, surnommé Marc, 38 mais Paul estimait qu'il ne fallait pas prendre avec eux celui qui les avait quittés depuis la Pamphylie et ne les avait pas accompagnés dans leur tâche. 39 Ce désaccord fut assez vif pour qu'ils se séparent l'un de l'autre. Barnabas prit Marc avec lui et embarqua pour l'île de Chypre.

Note :

Paul et Barnabas ne parviennent pas à s’entendre au sujet de Marc. Paul ne veut pas le prendre avec lui car il les a quittés précédemment (Actes 13.13)[ Paul et ses compagnons embarquèrent à Paphos pour se rendre à Perge en Pamphylie, mais Jean se sépara d'eux et retourna à Jérusalem.]. Ce différend pousse les deux grands prédicateurs à former deux équipes, et cela double l’effort missionnaire ! Dieu œuvre même à travers les conflits et les disputes. Plus tard, Marc occupera une place importante dans le ministère de Paul (Colossiens 4.10).[ Aristarque, mon compagnon de détention, vous salue, ainsi que Marc, le cousin de Barnabas, au sujet duquel vous avez reçu des instructions: s'il vient chez vous, faites-lui bon accueil.] Les chrétiens ne sont pas toujours d’accord mais nous pouvons résoudre les problèmes en acceptant le désaccord et en laissant Dieu accomplir sa volonté.

 

Chapitre 15.40

40 Paul choisit Silas et partit, confié par les frères à la grâce du Seigneur

Note :

Avec Silas, son nouveau compagnon de voyage, Paul entame un deuxième voyage missionnaire, environ 3 ans après son premier périple. Ils passent par plusieurs villes que l’apôtre a déjà visitées, ainsi que par d’autres. Ce voyage pose les fondations de l’Eglise en Grèce.

 

Présent au concile de Jérusalem, Silas a été envoyé avec Jude à Antioche pour y transmettre les conclusions de la conférence (Actes15.22)[22 Alors il parut bon aux apôtres et aux anciens, ainsi qu'à toute l'Eglise, de choisir parmi eux Jude, appelé Barsabas, et Silas, des hommes estimés parmi les frères, et de les envoyer à Antioche avec Paul et Barnabas] . Lui-même rattaché à l’Eglise d’Antioche,  Paul choisit ce membre de l’Eglise de Jérusalem, et ensemble ils visitent plusieurs villes en annonçant l’Evangile. La formation de cette équipe démontre l’unité qui caractérise l’Eglise après le concile.

 

 

(L'original avec les mots d'aujourd'hui)

'Extrait de la Bible avec notes d'étude « Vie Nouvelle » - Louis Segond 21

121672973