UN CHEF SANS AIDE ?

 

Le Seigneur Dieu se dit : «Pour l’homme, ce n’est pas bon d’être seul. Je vais lui faire une aide qui lui convienne parfaitement. » (Genèse 2.18)

 

La notion scripturaire selon laquelle le mari est le chef de la femme a été l’un des concepts de la Bible les plus exploités. Des maris chrétiens, très obstinés, ont imposé toutes sortes d’exigences fantaisistes à leur femme avec l’argument-massue : « La Bible dit que… » L’autorité, cela ne signifie pas que le mari a le droit de décider de tout en se contentant d’informer la femme de ce qui va se faire. La femme est appelée une « aide », selon Genèse 2.18 [L'Eternel Dieu dit: «Il n'est pas bon que l'homme soit seul. Je lui ferai une aide qui soit son vis-à-vis.» ]  . Sans elle, l’homme serait seul, ce que Dieu considère nettement comme n’étant pas bon. Son aide est résolument nécessaire et de grand prix. Comment pourrait-elle être une aide si elle n’a jamais son mot à dire ? Dans sa sagesse, Salomon écrit : « Deux valent mieux qu’un » (Ecclésiaste 4.9, NBS) [Il vaut mieux être deux que tout seul, parce qu'à deux on retire un bon profit du travail. (S21)]   . Cela est assurément vrai de la prise de décision. Pourquoi un homme prendrait-il une décision limitée à son seul discernement alors que Dieu lui a donné une aide ?

 

Prière :

 

Père, merci pour le projet que tu as mis en avant pour le mariage, et pour les rôles appréciables que tu nous assignes respectivement. Aide-moi à comprendre ces rôles et à remplir le mien

 avec amour et sagesse.

 

 

(Extrait des « méditations quotidiennes pour le couple » - de Gary Chapman)

121672973