INDIGNES

 

Car toutes les fois que je parle, il faut que je crie, que je dénonce la violence et l’oppression ! (Jérémie 20.8)

 

Lecture proposée : (1 Pierre 3.8-17)

8 Enfin, ayez tous les mêmes pensées et les mêmes sentiments, soyez pleins d'amour fraternel, de compassion, de bienveillance. 9 Ne rendez pas le mal pour le mal, ni l'insulte pour l'insulte; bénissez au contraire. Vous le savez, c'est à cela que vous avez été appelés afin d'hériter de la bénédiction. 10 Si quelqu'un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu'il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses, 11 qu'il se détourne du mal et fasse le bien, qu'il recherche la paix et la poursuive, 12 car les yeux du Seigneur sont sur les justes et ses oreilles sont attentives à leur prière, mais il se tourne contre ceux qui font le mal. 
13 Qui vous fera du mal, si vous avez pour modèle ce qui est bien? 14 D'ailleurs, même si vous deviez souffrir pour la justice, vous seriez heureux.
N'ayez d'eux aucune crainte et ne soyez pas troublés, 15 mais respectez dans votre cœur la sainteté de Dieu le Seigneur. Soyez toujours prêts à défendre l'espérance qui est en vous, devant tous ceux qui vous en demandent raison, 16 [mais] faites-le avec douceur et respect, en gardant une bonne conscience, afin que là même où ils vous calomnient [comme si vous faisiez le mal], ceux qui critiquent votre bonne conduite en Christ soient couverts de honte. 17 En effet, il vaut mieux souffrir, si telle est la volonté de Dieu, en faisant le bien qu'en faisant le mal.

 

Le mouvement des Indignés, né en Espagne en 2011, est devenu international. Il prône une révolution citoyenne, contre toute forme d’injustice et de corruption.

 

Jérémie le prophète dénonçait lui aussi la violence et l’oppression. Mais il le faisait au nom de son Dieu qui l’avait envoyé pour annoncer son jugement, afin d’amener son peuple à la repentance.

 

En tant que chrétiens soumis aux autorités, ne soyons pas naïfs au point d’ignorer certaines injustices perpétrées dans le monde, surtout à l’égard des pauvres. Elles doivent nous indigner, car Jésus nous dit : Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés. (Matthieu 5.6).

 

Mais sommes-nous vertueux nous-mêmes ? Sans le vouloir, nous participons, par notre mode de consommation, à l’exploitation des pays pauvres : travail des enfants, monopolisation des terres arables, déforestation… Il nous faut donc rester humbles et prudents lorsque nous dénonçons l’injustice.

 

L’apôtre Pierre nous demande de suivre l’exemple du Seigneur Jésus qui, tout en supportant l’injustice à son égard, a continué d’aimer. Influençons le monde par notre amour, par notre persévérance à faire le bien et à réparer les injustices. Soyons aussi les proclamateurs de l’espérance qui est en nous : l’espérance d’un monde où la justice habitera. (2 Pierre 3.13).[ Mais nous attendons, conformément à sa promesse, un nouveau ciel et une nouvelle terre où la justice habitera.]

 

  (Extrait des « Méditations Quotidiennes –  Elfriede Bloch)

121672973