LA SEULE LIBERTE QUE NOUS AYONS…

 

 Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair. (Galates 5.13)

 

Lecture proposée : (ROMAINS 6.15.22)

15 Quoi donc! Allons-nous pécher parce que nous ne sommes pas sous la loi mais sous la grâce? Certainement pas! 16 Ne savez-vous pas que si vous vous livrez à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes les esclaves du maître à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice? 17 Mais que Dieu soit remercié: alors que vous étiez esclaves du péché, vous avez obéi de tout cœur au modèle d'enseignement auquel vous avez été confiés. 18 Et une fois libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. 19 – Je parle à la manière des hommes, à cause de votre faiblesse naturelle. – De même que vous avez mis vos membres comme esclaves au service de l'impureté et de l'injustice pour arriver à plus d'injustice, de même maintenant, mettez vos membres comme esclaves au service de la justice pour progresser dans la sainteté. 20 En effet, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres par rapport à la justice. 21 Quels fruits portiez-vous alors? Des fruits dont vous avez honte aujourd'hui, car leur fin, c'est la mort. 22 Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la progression dans la sainteté et pour fin la vie éternelle.

 

 

Y a-t-il une liberté possible ? Pas dans l’absolu ! Notre seule liberté est de pouvoir choisir le maître que nous voulons servir. Nous sommes esclaves de celui à qui nous obéissons. Paul ajoute : soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice. (Romains 6.16). Paul parle d’obéissance à Dieu, bien sûr.

 

Par nature, nous sommes esclaves d’une loi intérieure qui nous pousse au péché par obéissance aux convoitises qui nous habitent. Par ce biais, c’es de Satan que nous sommes les esclaves.

 

Mais, par sa mort en Christ, Dieu nous a libérés en payant la rançon. Par là même, il a fait de nous les esclaves de la justice. Nous lui appartenons, mais cette fois, pour un service volontaire. Dieu ne force pas à obéir. Il a tous les droits sur nous, mais nous demande nous donner nous-mêmes à lui, (Romains 6.13), de mettre nos membres à le servir. Nouvel esclavage, mais qui conduit à la sainteté. Faire ce choix, rendu possible par la grâce divine, est notre seule liberté. Certainement pas celle d’y trouver prétexte à continuer à vivre selon les désirs de notre vieille nature, mais celle de ne plus y obéir.

 

Nous ne sommes plus esclaves de l’Ennemi, le péché n’a plus de pouvoir sur nous, mais c’est pour nous permettre l’abandon à celui qui nous a affranchis.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Richard Doulière)

121672973