COMME LE DEBUT DE L’HUMANITE

 

Jusqu’à maintenant, nous sommes devenus comme les déchets du monde et traités comme le rebut de l’humanité.  (1 Corinthiens 4.13)

 

Lecture proposée : (Philippiens 3.4-12)

4 Pourtant, moi-même je pourrais mettre ma confiance dans ma condition. Si quelqu'un croit pouvoir se confier dans sa condition, je le peux plus encore: 5 j'ai été circoncis le huitième jour, je suis issu du peuple d'Israël, de la tribu de Benjamin, hébreu né d'Hébreux; en ce qui concerne la loi, j'étais pharisien; 6 du point de vue du zèle, j'étais persécuteur de l'Eglise; par rapport à la justice de la loi, j'étais irréprochable.
7 Mais ces qualités qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte à cause de Christ. 8 Et je considère même tout comme une perte à cause du bien suprême qu'est la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur. A cause de lui je me suis laissé dépouiller de tout et je considère tout cela comme des ordures afin de gagner Christ 9 et d'être trouvé en lui non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s'obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu et qui est fondée sur la foi. 10 Ainsi je connaîtrai Christ, la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances en devenant conforme à lui dans sa mort 11 pour parvenir, d'une manière ou d'une autre, à la résurrection des morts.
12 Ce n'est pas que j'aie déjà remporté le prix ou que j'aie déjà atteint la perfection, mais je cours pour tâcher de m'en emparer, puisque de moi aussi, Jésus-Christ s'est emparé.

 

 

La gestion des déchets est devenue la préoccupation majeure d’un certain nombre de nos contemporains. L’apôtre Paul parle déjà de gestion de déchets à son époque, les apôtres comme lui sont traités comme des déchets, rejetés, méprisés, injuriés, calomniés, comme l’avait été leur Seigneur Jésus :

 

Il était méprisé, abandonné des hommes, un homme de douleur habitué à la souffrance. Oui, il  était semblable à ceux devant lesquels on détourne les yeux. Il était méprisé et nous n’avons fait aucun cas de sa valeur. (Esaïe 53.3).

 

Le tri des hommes ne correspondait pas à celui de Dieu !

 

Mais le changement de comportement est possible, Paul en a fait l’expérience quand Dieu lui avait fait prendre conscience de son erreur : Et je considère même tout comme une perte à cause du bien suprême qu’est la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur. A cause de lui je me suis laissé dépouiller de tout et je considère tout cela comme des ordures afin de gagner Christ. (Philippiens 3.8).

 

C’est à chacun, bien sûr, de balayer devant sa porte. C’est ce que Paul a fait : il a cessé de juger les autres selon d’anciens préjugés et il s’est remis en question. Tout ce qui faisait sa fierté et sa propre justice a été mis à la poubelle, et il s’est mis au service de Jésus, son unique Sauveur.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Bernard  Smagghe)

121672973