LIBERE, DELIVRE…

 

 Je ne me lasse pas de vous écrire les mêmes choses, et pour vous cela est salutaire. (Galates 5.13)

 

Lecture proposée : (Galates 5.13-17)

13 Frères et sœurs, c'est à la liberté que vous avez été appelés. Seulement, ne faites pas de cette liberté un prétexte pour suivre les désirs de votre nature propre. Au contraire, soyez par amour serviteurs les uns des autres. 14 En effet, toute la loi est accomplie dans cette seule parole: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.  15 Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, attention: vous finirez par vous détruire les uns les autres.
16 Voici donc ce que je dis: marchez par l'Esprit et vous n'accomplirez pas les désirs de votre nature propre. 17 En effet, la nature humaine a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit a des désirs contraires à ceux de la nature humaine. Ils sont opposés entre eux, de sorte que vous ne pouvez pas faire ce que vous voudriez.

 

 

L’argument de la liberté est régulièrement avancé par certains : « Après tout je suis libre ». On est libre de ce dont on a été libéré. Le chrétien est libre parce que libéré, mais de quoi est-il libéré ?

 

-        Premièrement du péché et, libéré du péché, on est délivré de la condamnation et de la mort éternelle qui en résultent

 

-        Jésus a aussi rendu libre l’accès à Dieu. (Voir la lecture proposée).

 

-        Et puis la vie du Seigneur en nous libère de la chair, de cette tendance naturelle à s’opposer à la volonté de Dieu.

 

Notre liberté ne consiste donc pas en un débridage général, c’est une liberté encadrée par l’Esprit de Dieu et la Parole, une liberté qui vise la relation avec Dieu, et sa gloire. La Parole dit que l’opposition des aspirations entre la chair et l’Esprit implique de ne pas faire ce que l’on veut : donc pas libres ! (Hébreux 10.19-22).[ 19 Ainsi, frères et sœurs, nous avons par le sang de Jésus l'assurance d'un libre accès au sanctuaire. 20 Cette route nouvelle et vivante, il l'a inaugurée pour nous au travers du voile, c'est-à-dire de son propre corps. 21 De plus, nous avons un souverain prêtre établi sur la maison de Dieu. 22 Approchons-nous donc avec un cœur sincère, une foi inébranlable, le cœur purifié d'une mauvaise conscience et le corps lavé d'une eau pure.]

 

Mais c’est en  acceptant ce qui apparaît à la chair comme une contrainte que l’on acquiert : la liberté glorieuse des enfants de Dieu ! (Romains 8.21) [Toutefois, elle a l'espérance d'être elle aussi libérée de l'esclavage de la corruption pour prendre part à la glorieuse liberté des enfants de Dieu. ]  . Toute victoire sur le péché, sur un caractère colérique, menteur, égoïste… fait expérimenter quelque chose de glorieux, car lié à la vie du Seigneur en nous.

 

Que le Seigneur nous accorde du discernement, et la volonté de demeurer en Lui, car la chair se cache facilement derrière le mot « liberté ».

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Francis Rivère)

121672973