VALORISER L’AUTRE JUSQUE DANS LE DESACCORD

 

Une réponse pleine de douceur chasse la colère, mais une parole blessante la fait éclater. (Proverbes 15.1)

 

Savez-vous valoriser votre conjoint même dans le désaccord ? Voilà une étape importante dans l’apprentissage de la communication. Prenons un exemple : une épouse vient de reprocher à son mari de l'avoir contrariée par une chose qu'il a faite, et il lui répond : « Je te remercie d’avoir partagé tes idées et tes sentiments avec moi. Je comprends mieux pourquoi tu as pu être peinée. S j’étais à ta place, je suis sûr que j’aurais ressenti la même chose. Je tiens à ce que tu saches que je t’aime énormément, et que ça me touche de te voir si chamboulée. Je te suis reconnaissant de t’en être ouverte à moi. » Ce mari a appris l’art de valoriser sa femme bien qu’il ne partage pas son point de vue.

 

Certes, il a son idée à lui et il finira par en parler, mais avant tout, il veut que sa femme sache qu’il comprend ce qu’elle lui dit et qu’il peut s’identifier à sa peine. Il ne censure pas son interprétation, il ne lui dit pas non plus que ce n’est pas la peine d’être toute retournée. En réalité, il reconnaît que s’il était à sa place, il éprouverait le même sentiment. Et c’est bien ce qui se passerait, parce que s’il avait sa personnalité et sa perception, alors il ressentirait ce qu’elle ressent.

 

Les paroles dures de jugement suscitent souvent la colère. Mais une réponse aimable, comme le dit Salomon dans le proverbe ci-dessus, favorise une réaction similaire. Ce respect du ressenti de l’autre crée un climat favorable, la personne offensée étant désormais prête à entendre l’avis de l’interlocuteur.

 

Prière :

 

Père, je voudrais avoir comme objectif de répondre aimablement à mon conjoint. Veuille me donner l’humilité de tenir compte de ses sentiments sans avoir besoin de faire prévaloir tout de suite mon point de vue.

 

(Extrait des « méditations quotidiennes pour le couple » - de Gary Chapman)

121672973