POURQUOI AVOIR FAIT D’ADAM UN JARDINIER ?

 

 

L’Eternel Dieu plaça l’homme dans le jardin d’Eden

pour le cultiver et le garder.

(Genèse 2.15)

 

Lecture proposée : (Actes 21.1-5)

1 Après nous être séparés, nous avons pris la mer pour aller directement à Cos, puis le lendemain à Rhodes, et de là à Patara. 2 Ayant trouvé un bateau qui faisait la traversée vers la Phénicie, nous sommes montés à bord et sommes partis. 3 Arrivés en vue de l'île de Chypre, nous l'avons laissée à gauche, poursuivant notre route du côté de la Syrie pour débarquer à Tyr. Le bateau devait en effet décharger sa cargaison. 4 Comme nous avons trouvé des disciples, nous sommes restés 7 jours avec eux. Poussés par l'Esprit, les disciples disaient à Paul de ne pas monter à Jérusalem 5 mais, une fois les 7 jours passés, nous sommes repartis pour continuer notre route. Tous nous ont accompagnés avec leur femme et leurs enfants jusqu'à l'extérieur de la ville. Nous nous sommes agenouillés sur le rivage et avons prié.

 

Rudyard Kipling, dit-on, demanda : « Pourquoi Dieu a-t-il fait l’homme jardinier ? » et répondit : « Parce qu’il savait qu’au jardin, la moitié du travail se fait à genoux ». L’avons-nous compris ? On peut, bien sûr, prier dans n’importe quelle position. Mais le Seigneur priait à genoux et ceux qui le suppliaient s’agenouillaient aussi. La lecture proposée rapport que Paul et ceux qu’il quittait se sont agenouillés sur le rivage pour prier. Dans ma jeunesse, dans notre église, les réunions de prière se faisaient aussi à genoux.

 

S’agenouiller est d’abord un signe d’humiliation. On propose toutes sortes d’engins pour jardiner sans se baisser trop. Il reste que l’on ne peut jardiner sans se baisser jusqu’à terre. On ne peut davantage s’approcher du Créateur sans une démarche d’humiliation. Sinon, aucun espoir n’est d’être élevé.

 

Je veux retenir l’image de Kipling : faire la moitié du travail à genoux. Nulle tâche accomplie pour Dieu ne peut porter du fruit si la moitié n’en est faite en prière. Pourquoi dire la moitié ? La prière doit être concomitante de toutes nos démarches. Rien ne l’empêche précisément parce qu’elle est plus attitude intérieure que gestes ou phrases.

 

Ne faisons rien sans que ce soit avec prière avant, pendant et après. L’entreprendre autrement serait orgueil ou déraison.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Richard Doulière)

121672973