UN DIEU PASSIONNE

 

Je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi.

(Cantique des Cantiques 6.3)

 

 

DE LA PAROLE…

 

Les chrétiens divergent beaucoup sur la manière d’interpréter le Cantique des Cantiques. Plusieurs le considèrent comme une allégorie de l’amour de Dieu pour les siens - ou, plus précisément, de l’amour de Jésus pour sa jeune épouse, l’Eglise. D’autres y voient une manière pour Dieu d’approuver l’amour érotique dans un cadre qui convient. D’autres le comprennent selon ces deux interprétations : l’amour de Dieu, exprimé dans une relation humaine qui est le reflet d’un amour plus grand venant d’en haut.

 

Il est juste de considérer que tout amour vient de Dieu. Mais de nombreuses personnes profitent de cet argument pour dire que toute expression d’amour – selon la définition que le monde donne de l’amour – est d’origine divine. Cette idée est une distorsion grossière de la vérité biblique. Cependant, tout amour véritable est de Dieu, que ce soit l’amour entre amis, en famille ou en couple. Dieu a créé la palette de nos émotions et il semble logique qu’il n’ait pas créé une sorte d’amour qu’il n’aurait pas lui-même éprouvé. Il n’aurait pas mis en place un amour qui soit étranger à son propre caractère. L’amour romantique exprimé dans le Cantique des Cantiques doit aussi se trouver quelque part dans le cœur de Dieu. Il devait déjà concevoir l’amour romantique avant de créer une humanité romantique. Mais s’il en est ainsi, qui aime-t-il si intimement ?

 

Nous avons peur de donner la réponse par crainte de paraître présomptueux, mais nous savons ce que dit la Bible. C’est nous. Nous sommes ceux pour qui Dieu a créé l’amour romantique – pas seulement pour le vivre entre nous, mais d’abord avec lui. L’amour intime entre deux personnes n’est pas le prototype mais le reflet de l’élan romantique divin.

 

AUX ACTES…

 

Nous pouvons facilement dire d’une personne : «Je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi.» Pouvons-nous le dire de Dieu ? Avons-nous même effleuré une intimité aussi intense ? N’ayez pas peur. Une telle approche ne profane pas la gloire de Dieu. Elle l’honore. Elle apprécie à sa juste valeur l’amour qui coule du cœur de Dieu, et représente une réponse appropriée.

 

(Extrait du livre « 365 méditations Dans ses Pas » – Chris Tiegreen)

121672973