UN MAL PERNICIEUX

 

 Va vers la fourmi, paresseux !

 (Proverbes 6.6)

 

Lecture proposée : (Proverbes 6.6-11)

6 Va vers la fourmi, paresseux!
Observe son comportement et deviens sage:
7 elle n'a ni chef,
ni inspecteur, ni supérieur;
8 en été elle prépare sa nourriture,
pendant la moisson elle récolte de quoi manger.
9 Paresseux, jusqu'à quand resteras-tu couché?
Quand te lèveras-tu de ton sommeil?
10 Tu veux somnoler un peu, te reposer encore,
juste croiser les mains pour dormir?
11 Voilà que la pauvreté te surprend comme un rôdeur,
et la misère comme un homme armé.

 

 (Proverbes 20-23)

Deux poids différents font horreur à l'Eternel,

et la balance faussée n'est pas une bonne chose.

 

L’image de la fourmi proposée par Salomon pour illustrer la paresse est parlante. La paresse a toujours été considérée comme une pathologie qui peut engendrer l’absence de confiance en soi et la difficulté à être autonome.

 

Elle est alors à l’origine d’échecs à répétition, la réussite dépendant des efforts fournis. Les psychologues considèrent la paresse comme un trait de caractère qui affaiblit le désir et la volonté de l’individu.

 

Pour la  bible, la paresse est assimilée au péché. Le serviteur qui refuse de faire fructifier son talent est appelé « serviteur méchant et paresseux ». (Matthieu 25.26). Le livre des Proverbes parle de la paresse et du paresseux en des termes peu élogieux. (voir par exemple Proverbes 10.26)[ Ce que le vinaigre est pour les dents et la fumée pour les yeux, le paresseux l'est pour celui qui l'envoie.]

 et  (Proverbes 12.27)[ L'homme nonchalant ne rôtit pas son gibier, mais l'activité procure à l'homme des biens précieux.].

 

Notre vie spirituelle, atteinte de paresse, en subit les conséquences. Notre engagement pour le Seigneur et notre témoignage en sont altérés, pouvant aller jusqu’à freiner la vie de notre communauté chrétienne. Pour vaincre la paresse spirituelle, le chrétien doit en reconnaître la réalité dans sa vie et s’en humilier sincèrement . Par la foi, il pourra alors recevoir du Saint-Esprit le secours nécessaire pour sortir de son état, afin de glorifier Dieu par sa vie, s’engageant pleinement dans l’Eglise. Il est écrit : « Ayez du zèle et non de la paresse ». (Romains 12.11)

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes –  Yves Perrier)

121672973