EVANGILE DE JEAN COMMENTE [S21]-27-48 – CHAPITRE 11-21

 

Jean 11 (Segond 21)

Résurrection de Lazare

1 Il y avait un homme malade; c'était Lazare de Béthanie, le village de Marie et de sa sœur Marthe. 2 - Marie était celle qui versa du parfum sur les pieds du Seigneur et qui les essuya avec ses cheveux; c'était son frère Lazare qui était malade. - 3 Les sœurs envoyèrent dire à Jésus: «Seigneur, celui que tu aimes est malade.»
4 A cette nouvelle, Jésus dit: «Cette maladie n'aboutira pas à la mort, mais elle servira à la gloire de Dieu, afin qu'à travers elle la gloire du Fils de Dieu soit révélée.»
5 Or, Jésus aimait Marthe, sa sœur et Lazare. 6 Quand il eut appris que Lazare était malade, il resta encore deux jours à l'endroit où il était. 7 Puis il dit aux disciples: «Retournons en Judée.»

8 Les disciples lui dirent: «Maître, tout récemment les Juifs cherchaient à te lapider et tu retournes là-bas?»
9 Jésus répondit: «N'y a-t-il pas douze heures de jour? Si quelqu'un marche pendant le jour, il ne trébuche pas, parce qu'il voit la lumière de ce monde; 10 mais si quelqu'un marche pendant la nuit, il trébuche, parce que la lumière n'est pas en lui.» 11 Après ces paroles, il leur dit: «Notre ami Lazare s'est endormi, mais je vais aller le réveiller.»
12 Les disciples lui dirent: «Seigneur, s'il s'est endormi, il sera guéri.»
13 En fait, Jésus avait parlé de la mort de Lazare, mais ils crurent qu'il parlait de l'assoupissement du sommeil. 14 Jésus leur dit alors ouvertement: «Lazare est mort. 15 Et à cause de vous, afin que vous croyiez, je me réjouis de ce que je n'étais pas là. Mais allons vers lui.»
16 Là-dessus Thomas, appelé Didyme, dit aux autres disciples: «Allons-y, nous aussi, afin de mourir avec lui.»

17 A son arrivée, Jésus trouva que Lazare était depuis quatre jours déjà dans le tombeau. 18 Béthanie était près de Jérusalem, à moins de trois kilomètres, 19 et beaucoup de Juifs étaient venus chez Marthe et Marie pour les consoler de la mort de leur frère.
20 Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison. 21 Marthe dit à Jésus: «Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. 22 [Cependant,] même maintenant, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l'accordera.»
23 Jésus lui dit: «Ton frère ressuscitera.»
24 «Je sais, lui répondit Marthe, qu'il ressuscitera lors de la résurrection, le dernier jour.»
25 Jésus lui dit: «C'est moi qui suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s'il meurt; 26 et toute personne qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?»
27 Elle lui dit: «Oui, Seigneur, je crois que tu es le Messie, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde.»

28 Après avoir dit cela, elle alla appeler secrètement sa sœur Marie en lui disant: «Le maître est ici et te demande.» 29 A ces mots, Marie se leva sans attendre et alla vers lui. 30 Jésus n'était pas encore entré dans le village, mais il était à l'endroit où Marthe l'avait rencontré. 31 Les Juifs qui étaient avec Marie dans la maison et qui la consolaient la virent se lever soudain et sortir; ils la suivirent en disant: «Elle va au tombeau pour y pleurer.»
32 Marie arriva à l'endroit où était Jésus. Quand elle le vit, elle tomba à ses pieds et lui dit: «Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.»
33 En la voyant pleurer, elle et les Juifs venus avec elle, Jésus fut profondément indigné et bouleversé. 34 Il dit: «Où l'avez-vous mis?»
«Seigneur, lui répondit-on, viens et tu verras.»
35 Jésus pleura. 36 Les Juifs dirent alors: «Voyez comme il l'aimait!» 37 Et quelques-uns d'entre eux dirent: «Lui qui a ouvert les yeux de l'aveugle, ne pouvait-il pas aussi faire en sorte que cet homme ne meure pas?»
38 Jésus, de nouveau profondément indigné, se rendit au tombeau. C'était une grotte; une pierre fermait l'entrée.
39 Jésus dit: «Enlevez la pierre.»
Marthe, la sœur du mort, lui dit: «Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu'il est là.»
40 Jésus lui dit: «Ne t'ai-je pas dit que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu?»
41 Ils enlevèrent donc la pierre [de l'endroit où le mort avait été déposé]. Jésus leva alors les yeux et dit: «Père, je te remercie de ce que tu m'as écouté. 42 Pour ma part, je savais que tu m'écoutes toujours, mais j'ai parlé à cause de la foule qui m'entoure, afin qu'ils croient que c'est toi qui m'as envoyé.» 43 Après avoir dit cela, il cria d'une voix forte: «Lazare, sors!»
44 Et le mort sortit, les pieds et les mains attachés par des bandelettes et le visage enveloppé d'un linge. Jésus leur dit: «Détachez-le et laissez-le s'en aller.»
45 Beaucoup de Juifs qui étaient venus auprès de Marie et qui virent ce que Jésus avait fait crurent en lui. 46 Mais quelques-uns d'entre eux allèrent trouver les pharisiens et leur racontèrent ce que Jésus avait fait.
47 Alors les chefs des prêtres et les pharisiens rassemblèrent le sanhédrin et dirent: «Qu'allons-nous faire? En effet, cet homme fait beaucoup de signes miraculeux. 48 Si nous le laissons faire, tous croiront en lui et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation.»
49 L'un d'eux, Caïphe, qui était grand-prêtre cette année-là, leur dit: «Vous n'y comprenez rien; 50 vous ne réfléchissez pas qu'il est dans notre intérêt qu'un seul homme meure pour le peuple et que la nation tout entière ne disparaisse pas.» 51 Or il ne dit pas cela de lui-même, mais comme il était grand-prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation. 52 Et ce n'était pas pour la nation seulement, c'était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés.
53 Dès ce jour, ils tinrent conseil pour le faire mourir.
54 C'est pourquoi Jésus ne se montra plus ouvertement parmi les Juifs, mais il se retira dans la région voisine du désert, dans une ville appelée Ephraïm, où il resta avec ses disciples.
55 La Pâque des Juifs était proche et beaucoup de gens montèrent de la campagne à Jérusalem avant la Pâque pour se purifier. 56 Ils cherchaient Jésus et se disaient les uns aux autres dans le temple: «Qu'en pensez-vous? Ne viendra-t-il pas à la fête?» 57 Or les chefs des prêtres et les pharisiens avaient donné l'ordre que, si quelqu'un savait où était Jésus, il le dénonce, afin qu'on l'arrête.


Notes de la Bible Segond 21

A savoir : les notes ne font PAS partie du texte biblique.
Jean 11

  • 11.47 Sanhédrin : conseil juif présidé par le grand-prêtre, qui faisait office de gouvernement et de tribunal pour les affaires qui n'étaient pas du ressort des Romains

 

NOTES ET COMMENTAIRES DE L'EVANGILE DE JEAN CHAPITREE 11-21

 

Chapitre 11.1

1 Il y avait un homme malade; c'était Lazare de Béthanie, le village de Marie et de sa sœur Marthe.

Note :

Le Village de Béthanie se trouvait à environ 3 km de Jérusalem, à l’est, sur la route de Jéricho. Il était donc assez près de Jérusalem pour que Jésus et les disciples soient en danger, et en même temps assez loin pour leur permettre de ne pas attirer prématurément l’attention.

 

Chapitre 11.3

3 Les sœurs envoyèrent dire à Jésus: «Seigneur, celui que tu aimes est malade.»

Note :

Marthe et Marie croient que Jésus peut guérir leur frère parce qu’elles l’ont déjà vu faire. Nous aussi, nous connaissons les miracles de Dieu ; ceux qui sont rapportés dans la Bible et ceux qui se voient dans les vies transformées. Lorsque nous avons besoin d’un secours exceptionnel, il peut intervenir par des moyens exceptionnels. N’hésitons jamais à réclamer son assistance.

 

Chapitre 11.4

4 A cette nouvelle, Jésus dit: «Cette maladie n'aboutira pas à la mort, mais elle servira à la gloire de Dieu, afin qu'à travers elle la gloire du Fils de Dieu soit révélée.»

Note :

Même les épreuves d’un croyant peuvent souligner la gloire de Dieu, car il peut changer en bien n’importe quelle situation

 

(Genèse 50.20)

[Vous aviez projeté de me faire du mal, Dieu l'a changé en bien pour accomplir ce qui arrive aujourd'hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux. ]

 

(Romains 8.28)

[Du reste, nous savons que tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés conformément à son plan ]

 

Lorsque les difficultés se présentent, faisons-nous partie de ceux qui gémissent et se plaignent en blâmant Dieu ou voyons-nous plutôt nos problèmes comme des occasions de l’honorer ?

 

Chapitre 11.5-7

5 Or, Jésus aimait Marthe, sa sœur et Lazare. 6 Quand il eut appris que Lazare était malade, il resta encore deux jours à l'endroit où il était. 7 Puis il dit aux disciples: «Retournons en Judée.»

Note :

Jésus connaît la souffrance des deux sœurs, pourtant il ne réagit pas immédiatement. Il y a une raison à cette attente. Lorsque l’action de Dieu tarde, nous pouvons penser qu’il ne répond pas, ou en tout cas pas de la manière que nous souhaiterions. Mais il pourvoira à tous nos besoins conformément à son plan parfait (Philippiens 4.19) [Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins conformément à sa richesse, avec gloire, en Jésus-Christ.] .

 

Attendons patiemment le temps de Dieu.

 

Chapitre 11.9-10

9 Jésus répondit: «N'y a-t-il pas douze heures de jour? Si quelqu'un marche pendant le jour, il ne trébuche pas, parce qu'il voit la lumière de ce monde; 10 mais si quelqu'un marche pendant la nuit, il trébuche, parce que la lumière n'est pas en lui.»

Note :

La « lumière » symbolise la connaissance de la volonté de Dieu et la « nuit » l’absence de cette connaissance. Si nous avançons dans l’obscurité, nous avons toutes les chances de trébucher sur le chemin.

 

Chapitre 11.14-15

14 Jésus leur dit alors ouvertement: «Lazare est mort. 15 Et à cause de vous, afin que vous croyiez, je me réjouis de ce que je n'étais pas là. Mais allons vers lui.»

Note :

Si Jésus s’était trouvé aux côtés de Lazare pendant sa maladie, il l’aurait certainement guéri au lieu de le laisser mourir. Mais Lazare est mort pour qu’il puisse démontrer à ses disciples et à la foule, de manière éclatante et décisive, sa puissance sur la mort. La résurrection constitue un fondement de la foi chrétienne. Jésus n’est pas seulement ressuscité lui-même (Jean 10.18) [Personne ne me l'enlève, mais je la donne de moi-même. J'ai le pouvoir de la donner et j'ai le pouvoir de la reprendre. Tel est l'ordre que j'ai reçu de mon Père.» ], il a le pouvoir de nous ressusciter tous.

 

Chapitre 11.16

16 Là-dessus Thomas, appelé Didyme, dit aux autres disciples: «Allons-y, nous aussi, afin de mourir avec lui.»

Note :

Thomas reste pour nous «l’incrédule » parce qu’il a douté de la résurrection de Jésus. Ce passage nous parle de son amour pour lui et de son courage. Les disciples ont essayé de dissuader Jésus de se rendre en Judée, car ils n’ignoraient pas les dangers que lui feraient courir les chefs religieux. Dans cette situation particulière, Thomas se fait le porte-parole de tous : comme Jésus persiste dans son intention, ils sont prêts à l’accompagner, et même à mourir avec lui. Ils ne comprennent peut-être pas pourquoi on veut le tuer, mais ils lui sont fidèles. Accomplir l’œuvre de Dieu peut nous mettre dans une situation de danger. Considérons avec sagesse ce que peut nous coûter le fait d’être disciple de Jésus.

 

Chapitre 11.25-26

25 Jésus lui dit: «C'est moi qui suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s'il meurt; 26 et toute personne qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?»

Note :

En tant que créateur de la vie (cf Jean 14.6) [Jésus lui dit: «C'est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. On ne vient au Père qu'en passant par moi. ] , Jésus a tout pouvoir sur la vie et sur la mort, et il a le pouvoir de pardonner les péchés. Celui qui est la vie peut sans aucun doute la restaurer ! Quand quelqu’un croit en Christ, il reçoit une vie spirituelle que la mort ne peut lui retirer. Face à sa puissance et à son don merveilleux pour nous, comment pouvons-nous hésiter à lui confier notre vie ? Ceux qui croient ont une certitude et une assurance merveilleuses : « Je vis et vous vivrez aussi » (Jean 14.19) [Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus; mais vous, vous me verrez parce que je vis et que vous vivrez aussi. ] .

 

Chapitre 11.27

27 Elle lui dit: «Oui, Seigneur, je crois que tu es le Messie, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde.»

Note :

Marthe est surtout connue comme une femme trop affairée pour s’asseoir et parler avec Jésus. (Luc 10.38-42) [38 Comme Jésus était en chemin avec ses disciples, il entra dans un village, et une femme du nom de Marthe l'accueillit dans sa maison. 39 Elle avait une sœur appelée Marie, qui s'assit aux pieds de Jésus et écoutait ce qu'il disait.
40 Marthe était affairée aux nombreuses tâches du service. Elle survint et dit: «Seigneur, cela ne te fait-il rien que ma sœur me laisse seule pour servir? Dis-lui donc de venir m'aider.»
41 Jésus lui répondit: «Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu t'agites pour beaucoup de choses, 42 mais une seule est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, elle ne lui sera pas enlevée.» ]
. Nous voyons ici la profondeur de sa foi. Sa déclaration de foi correspond exactement à ce que le Seigneur attend de nous.

 

Chapitre 11.33-37

33 En la voyant pleurer, elle et les Juifs venus avec elle, Jésus fut profondément indigné et bouleversé. 34 Il dit: «Où l'avez-vous mis?»
«Seigneur, lui répondit-on, viens et tu verras.»
35 Jésus pleura. 36 Les Juifs dirent alors: «Voyez comme il l'aimait!» 37 Et quelques-uns d'entre eux dirent: «Lui qui a ouvert les yeux de l'aveugle, ne pouvait-il pas aussi faire en sorte que cet homme ne meure pas?»

Note :

Jean souligne que nous avons un Dieu qui s’intéresse de près à nous. Cet épisode révèle plusieurs sentiments de Jésus : la compassion, l’indignation, la tristesse et même la frustration. Lorsqu’il pleure, nous ignorons si c’est parce qu’il s’identifie à la souffrance des gens ou parce qu’il est déçu de leur incrédulité. Quoi qu’il en soit, il montre qu’il s’intéresse suffisamment aux hommes pour pleurer avec eux dans le malheur. Ce portrait contraste vivement avec la conception grecque très répandue à l’époque, des dieux, : ils étaient présentés comme des êtres dépourvus d’émotions et détachés de contingences humaines. Le Seigneur a souvent donné libre cours à ses émotions. Nous n’avons donc pas à avoir honte de lui dévoiler nos véritables sentiments. Il comprend ce que nous ressentons parce qu’il en a fait, lui aussi, l’expérience. Soyons honnêtes et ne cachons rien à notre Sauveur : il s’intéresse profondément à nous.

 

Chapitre 11.38

38 Jésus, de nouveau profondément indigné, se rendit au tombeau. C'était une grotte; une pierre fermait l'entrée.

Note :

A cette époque, les tombes étaient généralement des grottes creusées dans la roche des collines. Elles étaient souvent assez vastes pour que plusieurs personnes puissent s’y tenir debout. Chaque tombe pouvait recevoir plusieurs corps. Après l’enterrement, on roulait une grosse pierre devant l’entrée.

 

Chapitre 11.44

44 Et le mort sortit, les pieds et les mains attachés par des bandelettes et le visage enveloppé d'un linge. Jésus leur dit: «Détachez-le et laissez-le s'en aller.»

Note :

Jésus a ressuscité aussi la fille de Jaïrus

(Matthieu 9.18-26)

[18 Tandis qu'il leur adressait ces paroles, un chef arriva, se prosterna devant lui et dit: «Ma fille est morte il y a un instant; mais viens, pose ta main sur elle et elle vivra.» 19 Jésus se leva et le suivit avec ses disciples.
20 C'est alors qu'une femme qui souffrait d'hémorragies depuis 12 ans s'approcha par-derrière et toucha le bord de son vêtement, 21 car elle se disait: «Si je peux seulement toucher son vêtement, je serai guérie.»
22 Jésus se retourna et dit en la voyant: «Prends courage, ma fille, ta foi t'a sauvée.» Et cette femme fut guérie dès ce moment.
23 Lorsque Jésus fut arrivé à la maison du chef, il vit les joueurs de flûte et la foule bruyante. 24 Il leur dit: «Retirez-vous, car la jeune fille n'est pas morte, mais elle dort», et ils se moquaient de lui.
25 Quand la foule eut été renvoyée, il entra, prit la main de la jeune fille, et la jeune fille se leva. 26 Cette nouvelle se propagea dans toute la région. ]

 

(Marc 5.42-43)

[42 Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher, car elle avait 12 ans. Ils furent [aussitôt] remplis d'un grand étonnement. 43 Jésus leur adressa de fortes recommandations pour que personne ne le sache et demanda qu'on donne à manger à la jeune fille. ]

 

(Luc 8.40-56)

[40 A son retour, Jésus fut accueilli par la foule, car tous l'attendaient. 41 Voici qu'arriva un homme du nom de Jaïrus; il était chef de la synagogue. Il se jeta à ses pieds et le supplia d'entrer dans sa maison, 42 parce qu'il avait une fille unique d'environ 12 ans qui était mourante. Pendant que Jésus s'y rendait, la foule le serrait de tous côtés.
43 Or il y avait une femme qui souffrait d'hémorragies depuis 12 ans; elle avait dépensé tout son bien chez les médecins, mais aucun n'avait pu la guérir. 44 Elle s'approcha par-derrière et toucha le bord du vêtement de Jésus. Son hémorragie s'arrêta immédiatement.
45 Jésus dit: «Qui m'a touché?»
Comme tous s'en défendaient, Pierre et ceux qui étaient avec lui dirent: «Maître, la foule t'entoure et te presse, [et tu dis: ‘Qui m'a touché?']»
46 Mais Jésus répondit: «Quelqu'un m'a touché, car j'ai senti qu'une force était sortie de moi.» ]

 

et le fils d’une veuve (Luc 7.11-15).

[[11 Le jour suivant, Jésus alla dans une ville appelée Naïn; ses disciples [en assez grand nombre] et une grande foule faisaient route avec lui. 12 Lorsqu'il fut près de la porte de la ville, voici qu'on portait en terre un mort, fils unique de sa mère qui était veuve; beaucoup d'habitants de la ville l'accompagnaient. 13 En voyant la femme, le Seigneur fut rempli de compassion pour elle et lui dit: «Ne pleure pas!»
14 Il s'approcha et toucha le cercueil; ceux qui le portaient s'arrêtèrent. Il dit: «Jeune homme, je te le dis, lève-toi!» 15 Et le mort s'assit et se mit à parler. Jésus le rendit à sa mère. ]

 

Chapitre 11.45-53

44 Et le mort sortit, les pieds et les mains attachés par des bandelettes et le visage enveloppé d'un linge. Jésus leur dit: «Détachez-le et laissez-le s'en aller.»
45 Beaucoup de Juifs qui étaient venus auprès de Marie et qui virent ce que Jésus avait fait crurent en lui. 46 Mais quelques-uns d'entre eux allèrent trouver les pharisiens et leur racontèrent ce que Jésus avait fait.
47 Alors les chefs des prêtres et les pharisiens rassemblèrent le sanhédrin et dirent: «Qu'allons-nous faire? En effet, cet homme fait beaucoup de signes miraculeux. 48 Si nous le laissons faire, tous croiront en lui et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation.»
49 L'un d'eux, Caïphe, qui était grand-prêtre cette année-là, leur dit: «Vous n'y comprenez rien; 50 vous ne réfléchissez pas qu'il est dans notre intérêt qu'un seul homme meure pour le peuple et que la nation tout entière ne disparaisse pas.» 51 Or il ne dit pas cela de lui-même, mais comme il était grand-prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation. 52 Et ce n'était pas pour la nation seulement, c'était aussi afin de réunir en un seul corps les enfants de Dieu dispersés.
53 Dès ce jour, ils tinrent conseil pour le faire mourir.

Note :

Même confrontés à la puissance de Jésus, preuve indiscutable de sa divinité, certains Juifs refusent de croire en lui. Non seulement ils le rejettent, mais ils complotent afin de le faire mourir. Leur cœur est si endurci qu’ils préfèrent rejeter le Fils de Dieu plutôt que d’admettre qu’ils sont dans l’erreur. Ils préfèrent s’enfermer dans leurs positions que de rester ouverts à l’action de Dieu. Méfions-nous de l’orgueil : si nous lui permettons de grandir en nous, il peut nous conduire à des péchés lourds de conséquences.

 

Chapitre 11.48

48 Si nous le laissons faire, tous croiront en lui et les Romains viendront détruire et notre ville et notre nation.»

Note :

Les chefs juifs savent très bien que, s’ils n’arrêtent pas Jésus, les Romains s’en prendront à eux. Rome accordait une certaine liberté aux Juifs, à condition qu’ils restent calmes et soumis. Les miracles de Jésus provoquant généralement quelques troubles, les chefs religieux craignent des représailles romaines.

 

 

(L'original avec les mots d'aujourd'hui)

'Extrait de la Bible avec notes d'étude « Vie Nouvelle » - Louis Segond 21

121672973