EVANGILE DE JEAN [LS21] 31-61 6 Addendum 24648 - LES NOMS DE JESUS

 

Selon le contexte, Jésus s’est désigné par des noms différents qui mettaient en relief ses diverses actions en faveur du peuple.

Certains de ces noms renvoyaient aux prophéties messianiques de l’Ancien-Testament, d’autres servaient à faire mieux comprendre au peuple sa mission et sa nature.

 

Référence : Jean 6.27

[Travaillez, non pour la nourriture périssable, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, celle que le Fils de l'homme vous donnera, car c'est lui que le Père, Dieu lui-même, a marqué de son empreinte.»]

 Nom : Le Fils de l’homme

 Signification :

C’était le nom préféré de Jésus, qui soulignait son humanité, mais la manière dont il l’a utilisé était une affirmation de sa divinité.

 

 Référence : Jean 6.35

[Jésus leur dit: «C'est moi qui suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim et celui qui croit en moi n'aura jamais soif.]

 Nom : Le pain de la vie

 Signification :

Souligne que Jésus donne la vie ; il est la source de la vie éternelle.

L’homme mange du pain pour satisfaire sa faim physique et pour se maintenir en vie. Nous pouvons satisfaire notre vie spirituelle uniquement par la relation avec Jésus.

Il n’est pas étonnant qu’il se présente comme le pain de la vie. Encore faut-il prendre le pain et le manger, pour qu’il entretienne  notre vie.

Il nous faut inviter Christ dans notre marche quotidienne pour qu’il puisse entretenir notre vie spirituelle.

 

Référence :Jean 8.12

[Jésus leur parla de nouveau. Il dit: «Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura au contraire la lumière de la vie.»]

 Nom : La lumière du monde

 Signification :

La lumière est le symbole de la vérité spirituelle. Jésus est la réponse au besoin de vérité spirituelle de l’homme.

Le mal n’a jamais vaincu et ne vaincra jamais la lumière divine

 Jésus-Christ est le créateur de la vie, et sa vie apporte la lumière à l’humanité. A sa lumière, nous nous voyons tels que nous sommes :des pécheurs ayant besoin d’un sauveur. Lorsque nous suivons Jésus, la vraie lumière,  nous n’avons plus à marcher à l’aveuglette  et à tomber dans le péché. Il éclaire le chemin devant nous afin que nous sachions comment vivre. Il enlève de notre vie l’obscurité du péché. Laissons-nous la lumière de Christ briller dans notre vie ? Laissons le Seigneur nous diriger, cela nous évitera  de trébucher dans l’obscurité.

Dans ce chapitre 8 Jésus se tient dans la partie du temple où les fidèles remettent leurs offrandes (verset 20 : [Jésus dit ces paroles alors qu'il enseignait dans le temple à l'endroit où était le trésor, et personne ne l'arrêta parce que son heure n'était pas encore venue.]) et où le chandelier brûle en souvenir de la colonne de feu qui a conduit le peuple d’Israël dans le désert (exode 13 :21,22)[ 21 L'Eternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider sur leur chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu'ils puissent marcher jour et nuit. 22 La colonne de nuée ne se retirait pas de devant le peuple pendant le jour, ni la colonne de feu pendant la nuit.]

C’est dans ce contexte qu’il déclare être la  lumière du monde. La colonne de feu représentait la présence , la protection et la direction de Dieu. De même, dans la personne de Jésus, Dieu est présent, protège et guide. Est-il la lumière de notre monde ?

Que signifie suivre Christ ?

De même qu’un soldat suit son supérieur,  nous devons suivre Christ notre chef.

De même qu’un esclave obéit à son maître, de même nous devrions obéir à Christ notre Seigneur.

De même que nous suivons le conseil d’une personne avisée, de même nous devrions tenir compte des commandements de Christ dans les Ecritures.

De même que nous nous soumettons aux lois de notre pays, de même nous nous devrions observer celles du royaume  de cieux.

 

Référence : Jean 10.7

[Jésus leur dit encore: «En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.]]

Nom : La porte des brebis

 Signification :

Jésus est le seul chemin pour entrer dans le royaume de Dieu.

Dans un enclos, le berger fait fonction de porte : il fait entrer les brebis et les protège. Jésus est la porte qui mène au salut. Il nous offre un abri et nous assure de sa protection. Même si l’idée peur paraître déplaisante, il est le seul chemin qui nous permette de de parvenir à Dieu.

Il est le Fils de Dieu., pourquoi rechercherions-nous un autre chemin pour nous approcher du père ?

 

 Référence :Jean 10.11

[»Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.]

Nom : Le bon berger

 Signification :

Jésus s’approprie les images prophétiques concernant le Messie dans l’Ancien Testament. C’est une affirmation claire de sa divinité, qui met l’accent sur son amour et son rôle de guide.

Un salarié garde le troupeau pour de l’argent, tandis que le berger le fait par amour.

Le berger est le propriétaire du troupeau et se soucie de chaque bête.

Dans le cas de Jésus, son amour pour nous l’a engagé totalement, au point qu’il a donné sa vie pour nous.

On est loin du simple devoir

Les prétendus enseignants et prophètes sont incapables d’un tel sacrifice de soi.

 

Référence : Jean 11.25

[Jésus lui dit: «C'est moi qui suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s'il meurt;]

 Nom : La résurrection et la vie

 Signification :

Non seulement il est la source de la vie, mais il a tout pouvoir sur la mort.

De plus, en tant que créateur de la vie (Voir ci-dessous Jean 14 :6)  Jésus a tout pouvoir sur la vie et sur la mort, et il a le pouvoir de pardonner les péchés, celui qui est la vie peut sans aucun doute la restaurer !

Quand quelqu’un croit en Christ, il reçoit une vie spirituelle que la mort ne peut lui retirer.

Face à  sa puissance et à son don merveilleux pour nous, comment pouvons-nous hésiter à lui confier notre vie ?

Ceux qui croient on ne certitude et une assurance merveilleuse : « Je vis et vous vivrez aussi « (Jean 14 :19

 

 

Référence : Jean 14.6

[Jésus lui dit: «C'est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. On ne vient au Père qu'en passant par moi.]

Nom : Le chemin, la vérité et la vie

 Signification :

C’est en Jésus que se trouvent le moyen d’accéder à Dieu, le message fondamental et le sens de la vie pour chacun. Cette expression résume l’objectif de sa venue sur la terre.

Cette déclaration est l’une des plus importante des Ecritures : c’est uniquement par Jésus  que l’on peut accéder à Dieu.

Il est le chemin parce qu’il est à la fois Dieu et homme. En unissant notre vie à la sienne, nous sommes unis à Dieu. Si nous faisons confiance à Jésus pour nous conduire au Père, tous les bienfaits d’un enfant de Dieu sont à nous.

Jésus se présente comme le seul chemin vers Dieu. On pourrait objecter que ce chemin est trop étroit. En réalité, il est assez large pour accueillir le monde entier, si le monde entier accepte de l’emprunter !

Au lieu de nous plaindre de n’avoir qu’un seul moyen d’accès au Père, soyons reconnaissant que cet accès existe et soit sûr.

Dire que Jésus est le chemin, c’est souligner qu’il nous conduit au Père ; la vérité, qu’il accomplit toutes les promesses de Dieu ; la vie, qu’il unit sa vie divine à la nôtre, maintenant et pour l’éternité.

En vérité, Jésus est le seul chemin vivant vers Dieu.

 

 

Référence : Jean 15.1

[C'est moi qui suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron.]

Nom : Le vrai cep

 Signification :

Ce titre comporte une contrepartie importante : « Vous êtes les sarments ». Jésus nous rappelle que, à l’instar des sarments par rapport au cep, nous sommes totalement dépendants de lui pour notre vie spirituelle.

Christ est le cep, Dieu le vigneron qui s’occupe des sarments afin qu’ils portent de nombreux fruits.

Les sarments représentent tous ceux qui se réclament de Christ. Certains portent beaucoup de fruits, ce sont les vrais croyants, qui vivent unis à lui. D’autres, au contraire, sont improductifs ; ce sont ceux qui se détournent de lui après une profession de foi superficielle. Ceux-là seront séparés de la vigne et jetés au feu, car ils ne valent pas plus que les sarments morts.

La vigne est une plante très productive ; un seul cep porte de nombreuses grappes de raisin.

Dans l’Ancien-Testament elle symbolisait Israël qui était censé porter du fruit pour Dieu

(Psaume 80 :9-20)

[9 Tu avais arraché de l'Egypte une vigne:
tu as chassé des nations et tu l'as plantée.
10 Tu as déblayé le sol devant elle:
elle a pris racine et rempli la terre.
11 Les montagnes étaient couvertes de son ombre,
et ses rameaux étaient comme des cèdres de Dieu.
12 Elle étendait ses branches jusqu'à la mer,
et ses rejets jusqu'au fleuve.
13 Pourquoi as-tu renversé ses clôtures?
Voilà que tous les passants la dépouillent.
14 Le sanglier de la forêt y sème la dévastation,
et les bêtes des champs s'en nourrissent.
15 Dieu de l'univers, reviens donc,
regarde du haut du ciel et constate la situation,
interviens pour cette vigne!
16 Protège ce que ta main droite a planté,
le fils que tu t'es choisi!
17 Ta vigne est brûlée par le feu, elle est saccagée;
ton visage menaçant provoque leur perte.
18 Que ta main soit sur l'homme qui est à ta droite,
sur le fils de l'homme que tu as toi-même fortifié!
19 Alors nous ne nous éloignerons plus de toi.
Fais-nous revivre et nous ferons appel à ton nom!
20 Eternel, Dieu de l'univers, relève-nous!
Fais briller ton visage, et nous serons sauvés!

 

(Esaïe 5 :1-7

[1 Je veux chanter à mon ami le cantique de mon bien-aimé sur sa vigne.
Mon bien-aimé avait une vigne
sur un coteau fertile.
2 Il a remué son sol, enlevé les pierres
et y a mis des plants de premier choix.
Il a construit une tour au milieu d'elle
et y a installé aussi un pressoir.
Puis il a espéré qu'elle produirait de bons raisins,
mais elle en a produit de mauvais.
3 Et maintenant, habitants de Jérusalem et de Juda,
je vous en prie, soyez juges entre ma vigne et moi!
4 Qu'y avait-il encore à faire à ma vigne
que je n'aie pas fait pour elle?
Pourquoi, quand j'ai espéré qu'elle produirait de bons raisins,
en a-t-elle produit de mauvais?
5 Je vais vous faire savoir maintenant
ce que je vais faire à ma vigne:
j'arracherai sa haie pour qu'elle soit dévorée,
j'abattrai sa clôture pour qu'elle soit piétinée.
6 Je ferai d'elle un endroit saccagé:
elle ne sera plus taillée ni cultivée,
les ronces et les buissons épineux y pousseront
et je donnerai mes ordres aux nuages
afin qu'ils ne laissent plus tomber la pluie sur elle.
7 Oui, la vigne de l'Eternel, le maître de l'univers, c'est la communauté d'Israël,
et Juda, c'est le plant qui faisait son plaisir.
Il avait espéré de la droiture et voici de l'injustice,
de la justice et voici des cris d'accusation!]]

 

(Ezéchiel 19 :10-14)

[10 »Ta mère était, comme toi, semblable à une vigne
plantée près de l'eau.
Elle était porteuse de fruits et chargée de sarments,
grâce à l'abondance de l'eau.
11 Elle avait de solides branches, qui sont devenues des sceptres royaux.
Par sa taille, elle dominait les broussailles.
Elle attirait les regards par sa hauteur
et par le grand nombre de ses branches.
12
Cependant, elle a été arrachée avec fureur et jetée par terre.
Le vent d'est a desséché ses fruits.
Ses solides branches ont été cassées et sont devenues toutes sèches;
le feu les a dévorées.
13 Elle est maintenant transplantée dans le désert,
dans une terre sèche et aride.
14 Le feu est sorti d'une partie de ses branches
et a dévoré son fruit.
Elle n'a plus de branche solide
qui pourrait devenir un sceptre royal.'
»C'est une complainte, à utiliser comme complainte.»]

 

Lors du repas de la Pâque, le fruit de la vigne symbolisait la bonté de Dieu envers son peuple.

 

 

(L'original avec les mots d'aujourd'hui)

'Extrait de la Bible avec notes d'étude « Vie Nouvelle » - Louis Segond 21

121672973