Du Livre de la vie (Photopoème)

 

Du livre de la vie

 

 

Ombre et sur-place envahissait la vie.

Les yeux du vécu, aveugles et sans prix,

Plus mûrs de connaissance, empreints d’enfants,

N’ont pas suffit à maintenir « l’antan ».

Un jour est né où la lumière parut.

A petits pas d’espoir je la connus.

Tant d’amour, engoncé dans ce coeur vert,

A fait du mien un unique concert.

Conscience des âmes communiant,

Un chemin s’est tracé, sûr, vivant.

La soif au présent de tous les instants

Rendit la souris sourde à l’éléphant.

N’avoir pas la même soif engendre

La négation de l’être à entendre.

L’état édénique de ceux créés

N’existe que pour se réaliser.

Spiritualité est le présent

Education du vivre : maintenant

Ses enfants, sa chair, sont ses instants.

Rien ne va plus alors je prends le vent…

*

14 J'ai vu tout ce qui se fait sous le soleil

et j'ai constaté que tout n'est que fumée

et revient à poursuivre le vent.

15 Ce qui est courbé ne peut pas se redresser

et ce qui manque ne peut pas être compté

(Ecclésiaste 1:14,15)

 

Yann

(2007-2021)

Du Livre de la vie