EVANGILE DE JEAN COMMENTE (LS21)

 

10/48

 

 CHAPITRE  3-21

 

Nicodème rend visite à Jésus

 

Jean 3 (Segond 21)

Nicodème rend visite à Jésus

 

1 Or, il y avait parmi les pharisiens un homme du nom de Nicodème, un chef des Juifs. 2 Il vint de nuit trouver Jésus et lui dit: «Maître, nous savons que tu es un enseignant envoyé par Dieu, car personne ne peut faire ces signes miraculeux que tu fais si Dieu n'est pas avec lui.»
3 Jésus lui répondit: «En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître de nouveau, personne ne peut voir le royaume de Dieu.»
4 Nicodème lui dit: «Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il une seconde fois entrer dans le ventre de sa mère et naître?»
5 Jésus répondit: «En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'eau et d'Esprit, on ne peut entrer dans le royaume de Dieu. 6 Ce qui est né de parents humains est humain et ce qui est né de l'Esprit est Esprit. 7 Ne t'étonne pas que je t'aie dit: ‘Il faut que vous naissiez de nouveau.' 8 Le vent souffle où il veut et tu en entends le bruit, mais tu ne sais pas d'où il vient, ni où il va. C'est aussi le cas de toute personne qui est née de l'Esprit.»
9 Nicodème reprit la parole et lui dit: «Comment cela peut-il se faire?»
10 Jésus lui répondit: «Tu es l'enseignant d'Israël et tu ne sais pas cela! 11 En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage. 12 Si vous ne croyez pas quand je vous parle des réalités terrestres, comment croirez-vous si je vous parle des réalités célestes? 13 Personne n'est monté au ciel, sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme [qui est dans le ciel].
14 »Et tout comme Moïse a élevé le serpent dans le désert, il faut aussi que le Fils de l'homme soit élevé 15 afin que quiconque croit en lui [ne périsse pas mais qu'il] ait la vie éternelle. 16 En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle.
17 »Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. 18 Celui qui croit en lui n'est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. 19 Et voici quel est ce jugement: la lumière est venue dans le monde et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière parce que leur manière d'agir était mauvaise. 20 En effet, toute personne qui fait le mal déteste la lumière, et elle ne vient pas à la lumière pour éviter que ses actes soient dévoilés. 21 Mais celui qui agit conformément à la vérité vient à la lumière afin qu'il soit évident que ce qu'il a fait, il l'a fait en Dieu.»

Nouveau témoignage de Jean-Baptiste

22 Après cela, Jésus, accompagné de ses disciples, se rendit en Judée; il y séjourna avec eux et il baptisait. 23 Jean aussi baptisait à Enon, près de Salim, parce qu'il y avait là beaucoup d'eau, et l'on s'y rendait pour être baptisé. 24 En effet, Jean n'avait pas encore été mis en prison.
25 Or, une discussion surgit entre les disciples de Jean et un Juif au sujet de la purification. 26 Ils vinrent trouver Jean et lui dirent: «Maître, celui qui était avec toi de l'autre côté du Jourdain et à qui tu as rendu témoignage, le voilà qui baptise, et tous vont vers lui.»
27 Jean répondit: «Un homme ne peut recevoir que ce qui lui a été donné du ciel. 28 Vous-mêmes m'êtes témoins que j'ai dit: ‘Moi, je ne suis pas le Messie, mais j'ai été envoyé devant lui.' 29 Celui qui a la mariée, c'est le marié, mais l'ami du marié, qui se tient là et qui l'entend, éprouve une grande joie à cause de la voix du marié. Ainsi donc, cette joie qui est la mienne est parfaite. 30 Il faut qu'il grandisse et que moi, je diminue.
31 »Celui qui vient d'en haut est au-dessus de tous; celui qui est de la terre est de la terre et il parle des réalités terrestres. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, 32 il rend témoignage de ce qu'il a vu et entendu, et personne n'accepte son témoignage. 33 Celui qui a accepté son témoignage a certifié que Dieu est vrai. 34 En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce que Dieu lui donne l'Esprit sans mesure. 35 Le Père aime le Fils et a tout remis entre ses mains. 36 Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu reste au contraire sur lui.»


Notes de la Bible Segond 21

A savoir : les notes ne font PAS partie du texte biblique.
Jean 3

  • 3.3 De nouveau : ou d'en haut (idem verset 7); alors que Nicodème comprend manifestement l'expression dans le premier sens (cf. verset 4), la réponse de Jésus semble jouer sur sa double signification.

  • 3.14 Moïse… désert : allusion à l'épisode de Nombres 21.4-9 où les Israélites devaient regarder un serpent en bronze dressé sur une perche pour être guéris de la morsure de serpents.

  • [Nombres 21 :4-9 :4 Ils partirent du mont Hor par le chemin de la mer des Roseaux pour contourner le pays d'Edom. Le peuple s'impatienta en route 5 et parla contre Dieu et contre Moïse: «Pourquoi nous avez-vous fait quitter l'Egypte, si c'est pour que nous mourions dans le désert? En effet, il n'y a ni pain, ni eau, et nous sommes dégoûtés de cette misérable nourriture.»
    6 Alors l'Eternel envoya des serpents venimeux contre le peuple. Ils mordirent le peuple et beaucoup d'Israélites moururent. 7 Le peuple vint trouver Moïse et dit: «Nous avons péché, car nous avons parlé contre l'Eternel et contre toi. Prie l'Eternel afin qu'il éloigne ces serpents de nous.»
    Moïse pria pour le peuple,
    8 et l'Eternel lui dit: «Fais-toi un serpent venimeux et place-le sur une perche. Toute personne mordue qui le regardera aura la vie sauve.» 9 Moïse fit un serpent en bronze et le plaça sur une perche. Toute personne qui avait été mordue par un serpent et regardait le serpent en bronze avait la vie sauve.]

 

 

 

EVANGILE DE JEAN - Chapitre 3

NOTE D’ETUDE - COMMENTAIRES

 

 

Chapitre 3.1Sss

 

Nicodème aurait pu envoyer l’un de ses assistants, mais il vient en personne pour mettre Jésus à l’épreuve et faire le tri entre les rumeurs et la réalité. Il craint sans doute ce que ses pairs, les pharisiens, pourraient dire de cette visite, aussi vient-il de nuit. Plus tard, lorsqu’il aura compris que Jésus est vraiment le Messie, il le défendra courageusement (Jean 7.50-51).[ 50 Nicodème, qui était venu de nuit vers Jésus et qui était l'un d'eux, leur dit: 51 «Notre loi condamne-t-elle un homme avant qu'on l'entende et qu'on sache ce qu'il a fait?»]

 

Comme Nicodème, nous devons examiner les choses par nous-mêmes. Personne ne peut le faire à notre place. Si nous reconnaissons en  Christ le Fils de Dieu, nous serons ensuite amenés à parler en sa faveur.

 

Chapitre 3.1

1 Or, il y avait parmi les pharisiens un homme du nom de Nicodème, un chef des Juifs.

NOTE :

Nicodème est un pharisien et un membre du conseil juif appelé sanhédrin. Les pharisiens étaient un groupe de responsables religieux dont Jésus et Jean-Baptiste ont souvent dénoncé l’hypocrisie

 

[Note :

Les chefs religieux juifs étaient divisés en plusieurs groupes. Les deux plus importants étaient les pharisiens et les sadducéens. Les pharisiens s’étaient séparés de tout ce qui n’était pas juif et respectaient scrupuleusement les lois de l’Ancien Testament et les traditions orales transmises au cours des siècles. Les sadducéens n’acceptaient que le Pentateuque (Genèse ; Exode, Lévitique ; Nombres ; Deutéronome) comme Parole de Dieu. C’étaient surtout des descendants de l’aristocratie sacerdotale (c-à-d des prêtres) alors que les pharisiens étaient issus de toutes les classes sociales. Les deux groupes se détestaient, mais ils se sont tous les deux opposés à Jésus. Jean-Baptiste a traité les pharisiens de légalistes et d’hypocrites, parce qu’ils respectaient la loi à la lettre tout en ignorant son vrai but. Il a aussi critiqué les sadducéens parce qu’ils utilisaient la religion pour améliorer leur situation politique.]

 

 

. La plupart d’entre eux étaient profondément jaloux de Jésus parce qu’il affaiblissait leur autorité et remettait en cause leur point de vue. Nicodème, lui, cherche la vérité, et il croit que Jésus pourrait répondre à ses questions. Bien qu’étant lui-même un enseignant instruit, il vient vers lui pour entendre son enseignement. Quelles que soient notre intelligence et notre instruction, venons à Jésus avec un esprit et un cœur ouverts afin qu’il puisse nous enseigner la vérité divine.

 

Chapitre 3.3

3 Jésus lui répondit: «En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître de nouveau, personne ne peut voir le royaume de Dieu.»

NOTE :

Que sait Nicodème à propos du royaume ? Dans l’Ancien Testament, il a appris que Dieu l’établirait sur la terre pour son peuple et qu’il en serait lui-même le maître. Jésus précise à son intention que le royaume est pour tous les peuples de la terre (Jean3.16) [16 En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle.], pas seulement pour les Juifs, et ajoute qu’il n’en fera pas partie, à moins de naître de nouveau (Jean 3.5) [5 Jésus répondit: «En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'eau et d'Esprit, on ne peut entrer dans le royaume de Dieu. ] .

 

L’idée que l’appartenance nationale ou ethnique ne joue aucun rôle et que les seules conditions pour entrer dans le royaume sont la repentance (changement d’attitude) et la nouvelle naissance spirituelle est révolutionnaire, à l’époque. Jésus enseignera plus tard que le royaume de Dieu a déjà commencé dans le cœur des croyants (Luc 17.21) [On ne dira pas: ‘Il est ici', ou: ‘Il est là.' En effet, le royaume de Dieu est au milieu de vous.»] . Il sera complètement instauré lorsque lui-même reviendra pour juger le monde et abolir le mal pour toujours (Apocalypse 21-22) [Je ne vis pas de temple dans la ville, car le Seigneur, le Dieu tout-puissant, est son temple, ainsi que l'Agneau.].

 

Chapitre 3.5-6

5 Jésus répondit: «En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d'eau et d'Esprit, on ne peut entrer dans le royaume de Dieu. 6 Ce qui est né de parents humains est humain et ce qui est né de l'Esprit est Esprit.

NOTE :

L’expression « d’eau et d’esprit » peut illustrer

 1° le contraste entre la naissance physique (l’eau et la naissance spirituelle (l’Esprit) ou

2° la régénération par l’Esprit et le baptême chrétien qui symbolise cette nouvelle naissance.

 L’eau peut renvoyer aussi à l’action purificatrice du Saint-Esprit de Dieu, comme en Ezéchiel 36.25-26 –[25 »Je vous aspergerai d'eau pure et vous serez purifiés. Je vous purifierai de toutes vos impuretés et de toutes vos idoles. 26 Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau. Je retirerai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair.] promesse que Nicodème connaissait bien- ou encore en Tite 3.5 [il nous a sauvés. Et il ne l'a pas fait à cause des actes de justice que nous aurions pu accomplir, mais conformément à sa compassion, à travers le bain de la nouvelle naissance et le renouvellement du Saint-Esprit]. Jésus explique ainsi qu’il ne suffit pas de vivre une vie meilleure pour entrer dans le royaume, mais qu’il est nécessaire de naître de nouveau spirituellement.

 

Chapitre 3.6

. 6 Ce qui est né de parents humains est humain et ce qui est né de l'Esprit est Esprit.

NOTE :

Qui est le Saint-Esprit ? Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont un en trois personnes. Dieu s’est fait homme en Jésus-Christ afin de pouvoir mourir pour nos péchés et ressusciter des morts, pour nous offrir le salut par une régénération spirituelle, la nouvelle naissance. Lorsque Jésus est remonté au ciel, il n’était certes plus physiquement présent sur la terre, mais il avait promis d’envoyer le Saint-Esprit par lequel il est spirituellement présent parmi les hommes (Cf Luc 24.29).[ mais ils le retinrent avec insistance en disant: «Reste avec nous car le soir approche, le jour est [déjà] sur son déclin.» Alors il entra pour rester avec eux.]

 Celui-ci a été accordé pour la première fois à tous les croyants lors de la Pentecôte (Actes 2). Dans l’Ancien Testament, le Saint-Esprit saisissait des personnes choisies pour une tâche particulière, mais, depuis la Pentecôte, tous les chrétiens ont accès à sa puissance

 (cf Jean 14.16-28

[16 Quant à moi, je prierai le Père et il vous donnera un autre défenseur afin qu'il reste éternellement avec vous: 17 l'Esprit de la vérité, que le monde ne peut pas accepter parce qu'il ne le voit pas et ne le connaît pas. [Mais] vous, vous le connaissez, car il reste avec vous et il sera en vous. 18 Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. 19 Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus; mais vous, vous me verrez parce que je vis et que vous vivrez aussi. 20 Ce jour-là, vous saurez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi et moi en vous. 21 Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui qui m'aime; celui qui m'aime sera aimé de mon Père et moi aussi, je l'aimerai et je me ferai connaître à lui.»
22 Jude – à distinguer de l'Iscariot – lui dit: «Seigneur, comment se fait-il que tu te feras connaître à nous et non au monde?»
23 Jésus lui répondit: «Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole et mon Père l'aimera; nous viendrons vers lui et nous établirons domicile chez lui. 24 Celui qui ne m'aime pas ne garde pas mes paroles, et la parole que vous entendez ne vient pas de moi, mais du Père qui m'a envoyé.
25 »Je vous ai dit cela pendant que je suis encore avec vous, 26 mais le défenseur, l'Esprit saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.
27 »Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous la donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble pas et ne se laisse pas effrayer. 28 Vous avez entendu que je vous ai dit: ‘Je m'en vais et je reviens vers vous.' Si vous m'aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais auprès du Père, car mon Père est plus grand que moi.]

 

 Romains 8.9 ,

Quant à vous, vous n'êtes pas animés par votre nature propre mais par l'Esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.

 

 1 Co12.13 ;

En effet, que nous soyons juifs ou grecs, esclaves ou libres, nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit pour former un seul corps et nous avons tous bu à un seul Esprit.

 

2 Co 1.22).

il nous a aussi marqués de son empreinte et a mis l'Esprit comme un gage dans notre cœur.

 

Chapitre 3.8

' 8 Le vent souffle où il veut et tu en entends le bruit, mais tu ne sais pas d'où il vient, ni où il va. C'est aussi le cas de toute personne qui est née de l'Esprit.»
NOTE :

Ce que jésus souligne, c’est que nous ne pouvons pas contrôler l’œuvre du Saint-Esprit. Il agit de manière imprévisible et dépasse nos facultés de compréhension. De même que nous n’avons pas contrôlé notre naissance physique, nous ne pouvons pas contrôler notre naissance spirituelle. Elle est un don de Dieu par le Saint-Esprit

 (Romains 8.16 ;

L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.

 

1 Co 2.10 ;

Or, c'est à nous que Dieu l'a révélé, par son Esprit, car l'Esprit examine tout, même les profondeurs de Dieu.

 

1 Timothée 1.5-6).

par contre, celle qui vit dans les plaisirs est morte, bien que vivante.

 

Chapitre 3.10-11

10 Jésus lui répondit: «Tu es l'enseignant d'Israël et tu ne sais pas cela! 11 En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage.

NOTE :

Cet homme connaît l’Ancien Testament, mais il ne comprend pas son enseignement à propos du Messie. La connaissance n’est pas synonyme de salut. Plus encore que de connaître la Bible, il importe de connaître le Dieu qu’elle révèle et le salut qu’il offre.

 

Chapitre 3.14-15

14 »Et tout comme Moïse a élevé le serpent dans le désert, il faut aussi que le Fils de l'homme soit élevé 15 afin que quiconque croit en lui [ne périsse pas mais qu'il] ait la vie éternelle

NOTE :

Lorsque les Israélites erraient dans le désert, Dieu leur avait envoyé des serpents venimeux pour les punir de leurs révoltes continuelles. Ceux qui avaient subi ces morsures mortelles pouvaient néanmoins avoir la vie sauve. Il leur suffisait, pour cela, d’obéir à l’ordre de Dieu : lever les yeux pour regarder le serpent en bronze fixé au sommet d’une perche (cf Nombres 21.-9) [Moïse fit un serpent en bronze et le plaça sur une perche. Toute personne qui avait été mordue par un serpent et regardait le serpent en bronze avait la vie sauve. ] . De même, notre salut se produit lorsque nous regardons au Seigneur et croyons qu’il nous sauvera. Tel est le remède prévu par Dieu contre les morsures mortelle du péché.

 

Chapitre 3.16

16 En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle.

NOTE :

L’Evangile est résumé dans ce verset. L’amour de Dieu n’est marqué ni par l’immobilisme ni par l’égocentrisme ; il est ouvert sur l’extérieur et attirant. Dieu révèle ici la nature et le fondement de toute relation d’amour véritable. Si vous aimez tendrement quelqu’un, vous désirez lui donner librement jusqu’au sacrifice de vous-même. En offrant la vie de son Fils, Dieu a payé le prix fort, il a fait le maximum. Jésus a accepté la sanction que nous méritions, il a payé un prix énorme pour que nos péchés soient effacés et il nous a fait don de la vie nouvelle qu’il avait acquise avec le même amour que lui. Par amour, soyons prêts à renoncer au confort et à la tranquillité pour que d’autres puissent se joindre à nous et recevoir l’amour de Dieu.

 

La notion de vie éternelle déplaît à certains parce que leur vie est misérable. Mais il ne s’agit pas d’un simple prolongement de cette vie mortelle. C’est la vie de Dieu manifestée en Christ, qui donne dès à présent l’assurance de l’éternité à tous les croyants. La vie éternelle ne connaît pas la mort, la maladie, l’ennemi, le mal ni le péché. Ceux qui ne connaissent pas le Seigneur agissent comme s’il n’existait rien par-delà leur vie sur terre. En réalité, cette vie est une introduction à l’éternité. Recevons cette nouvelle vie par la foi et considérons désormais les évènements de notre vie dans la perspective de l’éternité.

 

Le verbe « croire » ne désigne pas une simple croyance intellectuelle en la divinité de Christ. Croire, c’est placer notre confiance en lui, en sachant qu’il est le seul à pouvoir nous sauver. C’est aussi lui confier nos projets présents et notre destinée éternelle. Croire, c’est à la fois accepter ses paroles comme fiables et compter sur sa puissance pour nous transformer. Si vous ne faites pas encore confiance à Christ, appropriez-vous cette promesse de vie éternelle… croyez !

 

Chapitre 3.18

18 Celui qui croit en lui n'est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

NOTE :

Pour échapper aux peurs qui les assaillent, les hommes placent souvent leur foi dans ce qu’ils ont ou ce qu’ils font : les bonnes œuvres, l’habileté ou l’intelligence, l’argent ou les biens. Mais seul Dieu peut nous sauver de l’unique réalité qui devrait nous faire peur : la condamnation éternelle. Croire en Dieu, c’est reconnaître notre incapacité à obtenir le salut et lui demander de faire son œuvre en nous. Quand Jésus parle de ceux qui ne croient pas, il vise ceux qui le rejettent ou l’ignorent complètement, et non ceux qui ont des doutes momentanés.

 

Chapitre 3.19-21

19 Et voici quel est ce jugement: la lumière est venue dans le monde et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière parce que leur manière d'agir était mauvaise. 20 En effet, toute personne qui fait le mal déteste la lumière, et elle ne vient pas à la lumière pour éviter que ses actes soient dévoilés. 21 Mais celui qui agit conformément à la vérité vient à la lumière afin qu'il soit évident que ce qu'il a fait, il l'a fait en Dieu.»

NOTE ;

Beaucoup ne tiennent pas à ce que leur vie soit exposée à la lumière divine, car la pensée de ce qui sera ainsi révélé les effraie. Ils ne veulent pas être transformés. Ne soyons pas surpris quand nos contemporains se sentent menacés par notre désir d’obéir à Dieu et de faire ce qui est juste : ils craignent que la lumière qui est en nous ne mette en évidence l’obscurité qui prévaut dans leur vie. Au lieu de nous décourager, continuons de prier pour qu’ils découvrent un jour qu’il vaut infiniment mieux vivre  dans la lumière que dans les ténèbres.

 

Chapitre 3.25ss

NOTE ;

Certains recherchent les sujets de controverse pour pouvoir semer des graines de discorde et de doute. Jean-Baptiste insiste sur sa consécration à Christ, et ainsi il met fin à une discussion théologique. Tenter d’amener les autres à notre manière de croire est souvent source de division. Témoignons plutôt de ce que Christ a fait pour nous. Qui chercherait à débattre avec nous sur ce point ?

 

Chapitre 3.26

26 Ils vinrent trouver Jean et lui dirent: «Maître, celui qui était avec toi de l'autre côté du Jourdain et à qui tu as rendu témoignage, le voilà qui baptise, et tous vont vers lui.»

NOTE :

Les disciples de Jean sont inquiets de voir les gens se tourner vers Christ au lieu de suivre leur maître. Le succès provoque souvent de la jalousie. Ne perdons jamais de vue que notre mission consiste à amener les autres à Christ, pas à nous-mêmes.

 

Chapitre 3.27ss

NOTE :

Pourquoi Jean-Baptiste continue-t-il à baptiser, alors que Jésus est venu et a même commencé son ministère public ? Pourquoi ne devient-il pas lui aussi un de ses disciples ? Il explique ici que Dieu lui a confié une tâche particulière et qu’il doit la mener à bien, en attendant d’être appelé à faire autre chose. Jean a eu un rôle primordial : celui d’orienter ses contemporains vers Christ. Il pouvait encore jouer ce rôle après les débuts du ministère public de Jésus.

 

Chapitre 3.30

30 Il faut qu'il grandisse et que moi, je diminue.

NOTE :

La volonté affichée par Jean de perdre de l’importance révèle une humilité peu courante. Les pasteurs et autres serviteurs de Dieu peuvent être tentés de s’intéresser davantage au succès de leur ministère qu’à  Christ. Méfions-nous de ceux qui parlent plus de ce qu’ils font que du royaume de Dieu.

 

Chapitre 3.31-35

31 »Celui qui vient d'en haut est au-dessus de tous; celui qui est de la terre est de la terre et il parle des réalités terrestres. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, 32 il rend témoignage de ce qu'il a vu et entendu, et personne n'accepte son témoignage. 33 Celui qui a accepté son témoignage a certifié que Dieu est vrai. 34 En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce que Dieu lui donne l'Esprit sans mesure. 35 Le Père aime le Fils et a tout remis entre ses mains.

NOTE :

Les paroles de Jésus étaient dignes de confiance parce qu’il venait du ciel et qu’il parlait de ce qu’il y avait vu et entendu. Il transmettait le message même de Dieu. Notre vie spirituelle tout entière dépend de notre réponse à Dieu. Notre vie spirituelle tout entière dépend de notre réponse à la question : « Qui est Jésus-Christ » ? Si, pour nous, il n’est qu’un prophète ou un maître, nous devons rejeter son enseignement, car il s’est présenté comme le Fils de Dieu ; il a même affirmé être Dieu. Dans son Evangile, Jean a pour souci de transmettre une vérité vivante : Jésus Christ est le Fils de Dieu, le Messie, le Sauveur qui existait dès le commencement et qui vit éternellement. C’est ce Jésus qui nous invite à l’accepter et à vivre éternellement avec lui. Si nous comprenons bien qui il est, nous ne pouvons faire autrement que de croire ce qu’il a dit.

 

Chapitre 3.34

34 En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, parce que Dieu lui donne l'Esprit sans mesure.

NOTE :

L’Esprit de Dieu reposait sur Jésus sans aucune limitation ni restriction. Jésus était la révélation suprême de Dieu à l’humanité (Hébreux 1.2).[ Dieu, dans ces jours qui sont les derniers, nous a parlé par le Fils. Il l'a établi héritier de toute chose et c'est par lui aussi qu'il a créé l'univers.]

 

Chapitre 3.36

36 Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu reste au contraire sur lui.»

 NOTE :

Jean, l’auteur de cet Evangile, vient de démontrer que Jésus est vraiment le Fils de Dieu. Il nous met devant le choix le plus important de notre vie : il nous appartient de décider aujourd’hui qui nous voulons suivre (Josué 24.15 [Mais si vous ne trouvez pas bon de servir l'Eternel, choisissez aujourd'hui qui vous voulez servir: soit les dieux que vos ancêtres servaient de l'autre côté de l'Euphrate, soit les dieux des Amoréens dans le pays desquels vous habitez. Quant à ma famille et moi, nous servirons l'Eternel.»]). Dieu nous conseille vivement de choisir la vie en le choisissant, lui (Deutéronome 30.15-20) [15 »Regarde! Je mets aujourd'hui devant toi la vie et le bien, ou la mort et le mal. 16 En effet, je te prescris aujourd'hui d'aimer l'Eternel, ton Dieu, de marcher dans ses voies et de respecter ses commandements, ses prescriptions et ses règles afin de vivre et de te multiplier, afin que l'Eternel, ton Dieu, te bénisse dans le pays dont tu vas entrer en possession. 17 Mais si ton cœur se détourne de lui, si tu ne lui obéis pas et si tu te laisses entraîner à te prosterner devant d'autres dieux et à les servir, 18 je vous déclare aujourd'hui que vous périrez. Vous ne vivrez pas longtemps sur le territoire dont vous allez prendre possession une fois le Jourdain passé.
19 »J'en prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre: j'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie afin de vivre, toi et ta descendance, 20 en aimant l'Eternel, ton Dieu, en lui obéissant et en t'attachant à lui. Oui, c'est de lui que dépendent ta vie et sa durée, et c'est ainsi que tu pourras rester dans le pays que l'Eternel a juré de donner à tes ancêtres Abraham, Isaac et Jacob.»] et cette vie commence lorsque nous croyons en lui (« a » est un présent, pas un futur). La colère de Dieu est synonyme de jugement final et de rejet du pécheur. Remettre le choix à plus tard revient à décider de ne pas suivre Christ. L’indécision est, en fait, une décision fatale.

 

(L'original avec les mots d'aujourd'hui)

'Extrait de la Bible avec notes d'étude « Vie Nouvelle » - Louis Segond 21

121672973