EVANGILE DE JEAN COMMENTE (S21)

6-47

CHAPITRE 1-21

DIEU S'EST FAIT HOMME

1 Au commencement, la Parole existait déjà. La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu. 2 Elle était au commencement avec Dieu. 3 Tout a été fait par elle et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. 4 En elle il y avait la vie, et cette vie était la lumière des êtres humains. 5 La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas accueillie.
6 Il y eut un homme envoyé par Dieu; son nom était Jean. 7 Il vint comme témoin, pour rendre témoignage à la lumière afin que tous croient par lui. 8 Il n'était pas la lumière, mais il vint pour rendre témoignage à la lumière.
9 Cette lumière était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, éclaire tout être humain. 10 Elle était dans le monde et le monde a été fait par elle, pourtant le monde ne l'a pas reconnue. 11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont pas accueillie. 12 Mais à tous ceux qui l'ont acceptée, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le droit de devenir enfants de Dieu, 13 puisqu'ils sont nés non du fait de la nature, ni par une volonté humaine, ni par la volonté d'un mari, mais qu'ils sont nés de Dieu.
14 Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père.
15 Jean lui a rendu témoignage et s'est écrié: «C'est celui à propos duquel j'ai dit: ‘Celui qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi.'»
16 Nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce sur grâce. 17 En effet, la loi a été donnée à travers Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues à travers Jésus-Christ. 18 Personne n'a jamais vu Dieu; Dieu le Fils unique, qui est dans l'intimité du Père, est celui qui l'a fait connaître.
19 Voici le témoignage de Jean lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des Lévites pour lui demander: «Toi, qui es-tu?» 20 Il déclara et sans restriction affirma: «Moi, je ne suis pas le Messie.»
21 Ils lui demandèrent: «Qui es-tu donc? Es-tu Elie?»
Et il dit: «Je ne le suis pas.»
«Es-tu le prophète?»
Et il répondit: «Non.»
22 Ils lui dirent alors: «Qui es-tu? Nous devons donner une réponse à ceux qui nous ont envoyés! Que dis-tu de toi-même?»
23 «Moi, dit-il, je suis la voix de celui qui crie dans le désert: ‘Rendez le chemin du Seigneur droit', comme l'a dit le prophète Esaïe.»
24 Ceux qui avaient été envoyés étaient des pharisiens. 25 Ils lui posèrent encore cette question: «Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es ni le Messie, ni Elie, ni le prophète?»
26 Jean leur répondit: «Moi, je baptise d'eau, mais au milieu de vous se trouve quelqu'un que vous ne connaissez pas. 27 Il vient après moi [mais il m'a précédé,] et je ne suis pas digne de détacher la courroie de ses sandales.»
28 Cela se passait à Béthanie, de l'autre côté du Jourdain, où Jean baptisait.
29 Le lendemain, il vit Jésus s'approcher de lui et dit: «Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. 30 C'est celui à propos duquel j'ai dit: ‘Après moi vient un homme qui m'a précédé, car il existait avant moi.' 31 Pour ma part, je ne le connaissais pas, mais c'est afin de le faire connaître à Israël que je suis venu baptiser d'eau.»
32 Jean rendit aussi ce témoignage: «J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et s'arrêter sur lui. 33 Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser d'eau m'a dit: ‘Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et s'arrêter, c'est lui qui baptise du Saint-Esprit.' 34 Et moi, j'ai vu et j'atteste qu'il est le Fils de Dieu.»
35 Le lendemain, Jean était encore là avec deux de ses disciples. 36 Il vit Jésus passer et dit: «Voici l'Agneau de Dieu.»
37 Les deux disciples l'entendirent prononcer ces paroles et suivirent Jésus. 38 Jésus se retourna et, voyant qu'ils le suivaient, il leur dit: «Que cherchez-vous?»
Ils lui répondirent: «Rabbi – ce qui signifie maître –, où habites-tu?»
39 «Venez, leur dit-il, et voyez.»
Ils y allèrent [donc], virent où il habitait et restèrent avec lui ce jour-là. C'était environ quatre heures de l'après-midi.
40 André, le frère de Simon Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean et qui avaient suivi Jésus. 41 Il rencontra d'abord son frère Simon et lui dit: «Nous avons trouvé le Messie», ce qui correspond à Christ. 42 Il le conduisit vers Jésus.
Jésus le regarda et dit: «Tu es Simon, fils de Jonas, tu seras appelé Céphas», ce qui signifie Pierre.
43 Le lendemain, Jésus décida de se rendre en Galilée. Il rencontra Philippe et lui dit: «Suis-moi.» 44 Philippe était de Bethsaïda, la ville d'André et de Pierre.
45 Philippe rencontra Nathanaël et lui dit: «Nous avons trouvé celui que Moïse a décrit dans la loi et dont les prophètes ont parlé: Jésus de Nazareth, fils de Joseph.»
46 Nathanaël lui dit: «Peut-il sortir quelque chose de bon de Nazareth?»
Philippe lui répondit: «Viens et vois.»
47 Jésus vit Nathanaël s'approcher de lui et dit de lui: «Voici vraiment un Israélite en qui il n'y a pas de ruse.»
48 «D'où me connais-tu?» lui dit Nathanaël.
Jésus lui répondit: «Avant que Philippe t'appelle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu.»
49 Nathanaël répondit: «Maître, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël.»
50 Jésus lui répondit: «Parce que je t'ai dit que je t'ai vu sous le figuier, tu crois? Tu verras de plus grandes choses que celles-ci.» 51 Il ajouta: «En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez [désormais] le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l'homme.»

 

 

COMMENTAIRES DE L’EVANGILE DE JEAN - CHAPITRE 1

 

.1ss

 

Quel est pour Jean le sens du terme « Parole » ? Il était utilisé de diverses manières par les théologiens et les philosophes juifs et grecs. Dans l’AT, la Parole  était un agent de la création (Psaume 33.6) [Le ciel a été fait par la parole de l'Eternel, et toute son armée par le souffle de sa bouche.], la source du message de Dieu à son peuple par les prophètes (Osée 4.1) [Ecoutez la parole de l'Eternel, Israélites, car l'Eternel a un procès avec les habitants du pays: il n'y a pas de vérité, pas de bonté, pas de connaissance de Dieu dans le pays] et la loi de Dieu, sa norme de sainteté (Psaume  119.11) [Je serre ta parole dans mon cœur afin de ne pas pécher contre toi. ]. Dans la philosophie grecque, la Parole était le principe de la raison qui gouvernait le monde ou la pensée présente dans l’esprit, alors que dans la pensée hébraïque c’était une autre expression pour Dieu. La description de Jean montre clairement qu’il parle de Jésus (cf 1.14) [14 Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père.], un être humain qu’il connaissait et qu’il aimait mais qui était en même temps le créateur de l’univers, la révélation suprême de Dieu, l’image vivante de la sainteté de Dieu, celui par qui tout subsiste (Colossiens 1.17) [Il existe avant toutes choses et tout subsiste en lui.]. Pour des lecteurs juifs, affirmer que cet homme nommé Jésus était Dieu équivalait à blasphémer. Pour des lecteurs grecs, la Parole faite homme (1.14) [[14 Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père.], ] était une pensée inimaginable. Pour Jean, cette nouvelle compréhension de la Parole constituait la bonne nouvelle de Jésus-Christ.

 

1.1   1 Au commencement, la Parole existait déjà. La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu.

 

L’enseignement et les actes de Jésus sont étroitement liés à son identité. Jean le présente comme étant entièrement homme et entièrement Dieu. Même s’il a pleinement revêtu notre humanité, Jésus n’a jamais cessé d’être le Dieu éternel qui a toujours existé, celui qui a  créé et maintient tout, la source de la vie éternelle. Telle est la vérité concernant Jésus, tel est le fondement de toute vérité. Si nous ne croyons pas cette vérité fondamentale, nous n’aurons pas suffisamment de foi pour lui confier notre destinée éternelle. C’est pourquoi Jean a écrit cet Evangile : pour donner un appui solide  à notre foi et notre confiance en Jésus-Christ, afin que nous croyions qu’il était et est vraiment le Fils de Dieu (Jean 20.30-31) [30 Jésus a accompli encore, en présence de ses disciples, beaucoup d'autres signes qui ne sont pas décrits dans ce livre. 31 Mais ceux-ci ont été décrits afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom.].

 

Jean s’adresse aux croyants de partout, qu’ils soient juifs ou non. En tant que disciple de Jésus, il a été un témoin de sa vie, ce qui garantit l’authenticité de son récit. Son livre n’est pas une biographie (comme celui de Luc) ; il est une présentation thématique de la vie de Christ. Nombre de ses lecteurs étaient issus d’un milieu grec. Or, la culture grecque encourageait le culte de nombreux dieux de la mythologie, dont les caractéristiques surnaturelles étaient aussi importantes pour les Grecs que les généalogies l’étaient pour les Juifs. Jean montre que non seulement Jésus est différent de ces divinités mythologiques, mais qu’il leur est aussi supérieur.

 

1.3-5  . 3 Tout a été fait par elle et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. 4 En elle il y avait la vie, et cette vie était la lumière des êtres humains. 5 La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas accueillie.

 

Nous arrive-t-il de penser que notre vie est trop compliquée pour que Dieu puisse la comprendre ? Rappelons-nous qu’il a créé l’univers et que rien n’est trop difficile pour lui. Dieu nous a créés ; il est vivant aujourd’hui, et son amour est plus grand que n’importe quel problème auquel nous pourrions faire face.

 

1.3  3 Tout a été fait par elle et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.

 

Dieu a fait surgir toute la création du néant. En tant qu’êtres créés, nous n’avons aucune raison de faire preuve d’orgueil. N’oublions que nous devons à Dieu notre existence même et que tous nos dons viennent de lui. Avec Dieu, on est un être unique qui a de la valeur ; sans Dieu, on n’est rien. Tenter de vivre sans lui, c’est s’écarter de la raison pour laquelle on a été créé.

 

1.4-5  . 4 En elle il y avait la vie, et cette vie était la lumière des êtres humains. 5 La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas accueillie.

 

« Ne l’ont pas accueillie » peut-être traduit « ne l’ont pas surmontée ». Le mal n’a jamais vaincu et ne vaincra jamais la lumière divine. Jésus-Christ est le  créateur de la vie, et sa vie apporte la lumière à l’humanité. A sa lumière, nous nous voyons tels que nous sommes : des pécheurs ayant besoin d’un Sauveur. Lorsque nous suivons Jésus, la vraie lumière, nous n’avons plus à marcher à l’aveuglette et à tomber dans le péché. Il éclaire le chemin devant nous afin que nous sachions comment vivre. Il enlève de notre vie l’obscurité du péché. Laissons-nous la lumière de Christ briller dans notre vie ? Laissons le Seigneur nous diriger, cela nous évitera de trébucher dans l’obscurité.

 

1.6-8   6 Il y eut un homme envoyé par Dieu; son nom était Jean. 7 Il vint comme témoin, pour rendre témoignage à la lumière afin que tous croient par lui. 8 Il n'était pas la lumière, mais il vint pour rendre témoignage à la lumière.

 

Il s’agit de Jean-Baptiste, tout comme au verset 15 [15 Jean lui a rendu témoignage et s'est écrié: «C'est celui à propos duquel j'ai dit: ‘Celui qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi.'»].

 

1.8   8 Il n'était pas la lumière, mais il vint pour rendre témoignage à la lumière.

 

Pas plus que Jean-Baptiste, nous ne sommes la source de la lumière de Dieu ; nous ne pouvons que refléter cette lumière. Jésus-Christ, lui, est la vraie lumière ; il nous permet de trouver le chemin qui rapproche de Dieu et nous enseigne comment avancer sur ce chemin. Il a néanmoins choisi ses disciples pour qu’ils soient son reflet dans un monde incrédule, peut-être parce que les non croyants ne sont pas en mesure de supporter directement la gloire éclatante de sa lumière. Le mot « témoin » (verset 7) renvoie, du reste, à ce genre de rôle. Nous ne devons jamais nous présenter aux autres comme étant la lumière, mais constamment les guider vers Christ, la lumière.

 

1.10-11   10 Elle était dans le monde et le monde a été fait par elle, pourtant le monde ne l'a pas reconnue. 11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont pas accueillie.

 

Christ a créé le monde, mais ceux qu’il a créés ne l’ont pas reconnu (1.10). Même le peuple choisi par Dieu pour préparer le reste du monde à la venue du Messie l’a rejeté (1.11), alors que tout l’Ancien Testament l’annonçait.

 

1.12-13    12 Mais à tous ceux qui l'ont acceptée, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le droit de devenir enfants de Dieu, 13 puisqu'ils sont nés non du fait de la nature, ni par une volonté humaine, ni par la volonté d'un mari, mais qu'ils sont nés de Dieu.

Tous ceux qui accueillent Jésus comme Seigneur de leur vie passent par une naissance spirituelle et reçoivent la vie nouvelle de Dieu. Par la foi en Christ, cette nouvelle naissance nous change de l’‘intérieur. Elle bouleverse nos attitudes, nos désirs et nos motivations.       

La naissance naturelle nous permet d’être physiquement en vie et nous place au sein de notre famille (1.13). Etre nés de Dieu nous permet d’être en vie spirituellement et nous place dans la famille de Dieu (1.12). Avez-vous demandé à Christ de faire de vous une personne nouvelle ? Ce nouveau départ dans la vie est possible pour tous ceux qui croient en Christ.

 

1.14   14 Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père.

 

Lorsque Christ s’est incarné et a habité parmi nous, il est devenu : 1) le maître parfait, car sa vie révèle ce que Dieu pense et donc ce que nous devrions penser (Philippiens 2.5-11) [5 Que votre attitude soit identique à celle de Jésus-Christ:
6 lui qui est de condition divine,
il n'a pas regardé son égalité avec Dieu
comme un butin à préserver,
7 mais il s'est dépouillé lui-même
en prenant une condition de serviteur,
en devenant semblable aux êtres humains.
Reconnu comme un simple homme,
8 il s'est humilié lui-même
en faisant preuve d'obéissance jusqu'à la mort,
même la mort sur la croix.
9 C'est aussi pourquoi Dieu l'a élevé à la plus haute place
et lui a donné le nom
qui est au-dessus de tout nom
10 afin qu'au nom de Jésus
chacun plie le genou
dans le ciel, sur la terre et sous la terre
11 et que toute langue reconnaisse
que Jésus-Christ est le Seigneur,
à la gloire de Dieu le Père.;

2) l’exemple parfait, car il est le modèle vers lequel nous devons tendre, il nous montre comment vivre et nous en donne la force (1 Pierre 2.21) [De fait, c'est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour nous, vous laissant un exemple afin que vous suiviez ses traces] ;

le sacrifice parfait, car il est venu en tant que sacrifice pour tous les péchés, et sa mort répondait aux exigences de Dieu pour le pardon des fautes (Colossiens 1.15-23) [15 Le Fils est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. 16 En effet, c'est en lui que tout a été créé dans le ciel et sur la terre, le visible et l'invisible, trônes, souverainetés, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. 17 Il existe avant toutes choses et tout subsiste en lui. 18 Il est la tête du corps qu'est l'Eglise; il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier. 19 En effet, Dieu a voulu que toute sa plénitude habite en lui. 20 Il a voulu par Christ tout réconcilier avec lui-même, aussi bien ce qui est sur la terre que ce qui est dans le ciel, en faisant la paix à travers lui, par son sang versé sur la croix.
21 Et vous qui étiez autrefois étrangers et ennemis de Dieu par vos pensées et par vos œuvres mauvaises, il vous a maintenant réconciliés 22 par la mort [de son Fils] dans son corps de chair pour vous faire paraître devant lui saints, sans défaut et sans reproche. 23 Mais il faut que vous restiez fondés et inébranlables dans la foi, sans vous détourner de l'espérance de l'Evangile que vous avez entendu, qui a été proclamé à toute créature sous le ciel et dont moi, Paul, je suis devenu le serviteur.].

L’expression « Fils unique venu du Père » signifie que Jésus est le Fils unique de Dieu. L’accent y est mis sur unique. Jésus est l’unique être de cette nature et il jouit d’une relation particulière avec Dieu. Il est différent de tous les autres croyants, appelés « enfants de Dieu ».

 

Lorsque Jésus est né, Dieu est devenu homme. Il n’était pas en partie homme et en partie Dieu ; il était entièrement homme et entièrement Dieu (Colossiens 2.9) [En effet, c'est en lui qu'habite corporellement toute la plénitude de la divinité.]. Avant la venue de Jésus, il n’était possible de connaître Dieu que partiellement ; depuis sa venue, on peut le connaître pleinement parce qu’il est devenu visible et tangible. Il est l’expression parfaite de Dieu sous forme humaine. Les deux erreurs les plus fréquentes concernant Jésus consistent à minimiser soit son humanité, soit sa divinité. Jésus est à la fois homme et Dieu.

 

1.17   17 En effet, la loi a été donnée à travers Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues à travers Jésus-Christ.

 

La loi et la grâce sont les deux aspects de la nature de Dieu qui s’expriment dans sa relation avec nous. Moïse a insisté sur la loi et la justice, alors que Jésus-Christ a révélé en premier la bonté, l’amour et le pardon de Dieu. Moïse ne pouvait que donner la loi, alors que Jésus est venu pour l’accomplir (Matthieu 5.17) [»Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.]. La nature et la volonté de Dieu ont été révélées dans la loi ; maintenant, elles sont manifestées en Jésus-Christ. Au lieu de revêtir la forme de tables de pierre, la révélation de Dieu devient vivante dans la personne de Jésus. Plus nous progresserons dans la connaissance de Christ, mieux nous pourrons comprendre Dieu.

 

1.18   18 Personne n'a jamais vu Dieu; Dieu le Fils unique, qui est dans l'intimité du Père, est celui qui l'a fait connaître.

Dans l’Ancien Testament, Dieu a parlé par l’intermédiaire de nombreuses personnes, principalement par les prophètes, qui devaient transmettre des messages particuliers. Mais personne n’avait vu Dieu. Jésus est à  la fois Dieu et le Fils unique du Père. En lui, Dieu a révélé son essence et sa nature d’une manière accessible à nos sens. En Jésus-Christ, Dieu a pris la forme d’un homme qui a vécu sur la terre .

 

1.19   19 Voici le témoignage de Jean lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des Lévites pour lui demander: «Toi, qui es-tu?»

 

Les prêtres et les Lévites étaient des responsables religieux très respectés à Jérusalem. Ils étaient chargés du service dans le temple. Les pharisiens (1.24) 24 Ceux qui avaient été envoyés étaient des pharisiens. constituaient un groupe dont les attitudes ont été dénoncées par Jean-Baptiste et par Jésus. Beaucoup d’entre eux n’obéissaient aux lois de Dieu que d’une manière extérieure, afin de donner l’apparence de la piété, alors que leur cœur était rempli d’orgueil et de cupidité. Ils considéraient leur propre tradition orale comme aussi importante que la Parole inspirée de Dieu.

 

Ces chefs religieux viennent voir Jean-Baptiste pour plusieurs raisons :

 

1° leur responsabilité en tant que gardiens de la foi consiste notamment à examiner tout nouvel enseignement (Deutéronome 13.2-6) |2 »Si un prophète ou un faiseur de rêves se lève au milieu de toi et t'annonce un signe ou un prodige, 3 et qu'il y ait accomplissement du signe ou du prodige dont il t'a parlé tout en t'invitant à suivre d'autres dieux, des dieux que tu ne connais pas, et à les servir, 4 tu n'écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce faiseur de rêves. En effet, c'est l'Eternel, votre Dieu, qui vous met à l'épreuve pour savoir si vous l'aimez, lui, de tout votre cœur et toute votre âme. 5 C'est l'Eternel, votre Dieu, que vous suivrez et c'est lui que vous craindrez. Ce sont ses commandements que vous respecterez, c'est à lui que vous obéirez, c'est lui que vous servirez et c'est à lui que vous vous attacherez. 6 Ce prophète ou ce faiseur de rêves sera puni de mort, car il a parlé de révolte contre l'Eternel, votre Dieu, qui vous a fait sortir d'Egypte et vous a délivrés de la maison d'esclavage, et il a voulu te détourner de la voie dans laquelle l'Eternel, ton Dieu, t'a ordonné de marcher. *Tu extirperas ainsi le mal du milieu de toi. ] ;

 

Deutéronome18.15-22 ) [15 »*L'Eternel, ton Dieu, fera surgir pour toi et du milieu de toi, parmi tes frères, un prophète comme moi: c'est lui que vous devrez écouter.  16 Il répondra ainsi à la demande que tu as faite à l'Eternel, ton Dieu, à Horeb, le jour de l'assemblée. Tu disais: ‘Je ne veux plus entendre la voix de l'Eternel, mon Dieu, ni voir ce grand feu, afin de ne pas mourir.' 17 L'Eternel m'a dit: ‘Ce qu'ils ont dit est bien. 18 Je ferai surgir pour eux, du milieu de leurs frères, un prophète comme toi. Je mettrai mes paroles dans sa bouche et il leur dira tout ce que je lui ordonnerai. 19 *Si quelqu'un n'écoute pas mes paroles, celles qu'il dira en mon nom, c'est moi qui lui en demanderai compte.  20 Mais si un prophète a l'arrogance de dire en mon nom une parole que je ne lui ai pas ordonné de dire ou parle au nom d'autres dieux, il sera puni de mort.' 21 Peut-être diras-tu dans ton cœur: ‘Comment reconnaîtrons-nous la parole que l'Eternel n'aura pas dite?' 22 Quand ce que dira le prophète n'aura pas lieu et n'arrivera pas, ce sera une parole que l'Eternel n'aura pas dite. C'est par arrogance que le prophète l'aura dite. N'aie pas peur de lui.]

 

2° ils veulent découvrir si Jean a les caractéristiques d’un prophète ;

 

3° le Messie ou

 

4° un faux prophète. Jean nie être l’un des trois premiers personnages et se définit en des termes empruntés au prophète Esaïe (Esaïe 40.3) [*Une voix crie dans le désert: «Préparez le chemin de l'Eternel, faites une route bien droite pour notre Dieu dans les endroits arides!]. Les chefs religieux insistent pour que Jean révèle qui il est, puisque le peuple vit dans l’attente du Messie (Luc 3.15) [Le peuple était dans l'attente et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n'était pas le Messie.], mais lui leur dit seulement pourquoi il est venu : pour préparer la voie au Messie. Les pharisiens ne comprennent pas ce qui est en jeu ; ils veulent savoir qui est Jean, alors que lui voudrait qu’ils sachent qui est Jésus.

 

1.25-26   25 Ils lui posèrent encore cette question: «Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es ni le Messie, ni Elie, ni le prophète?»
26 Jean leur répondit: «Moi, je baptise d'eau, mais au milieu de vous se trouve quelqu'un que vous ne connaissez pas.

 

Jean baptisait des Juifs. Les esséniens (une secte du judaïsme prônant une vie monacale stricte) pratiquaient certes le baptême de purification, mais, normalement, le baptême était réservé aux non-Juifs lorsqu’ils se convertissaient au judaïsme. Quand les pharisiens mettent en cause l’autorité de Jean concernant le baptême, ils demandent en fait qui lui a donné le droit de traiter le peuple de Dieu comme des non-croyants. En répondant  « je baptise d’eau », Jean indique qu’il aide le peuple à accomplir un acte de repentance symbolique, mais bientôt viendra celui qui pourra vraiment pardonner les péchés. Ce sera le Fils de Dieu, le Messie, car lui seul dispose de ce pouvoir.

 

1.27   27 Il vient après moi [mais il m'a précédé,] et je ne suis pas digne de détacher la courroie de ses sandales.»

 

Jean-Baptiste affirme ne pas même être digne d’être l’esclave de Christ alors que, d’après Jésus (Luc7.28)  [»Je vous le dis, parmi ceux qui sont nés de femmes, aucun [prophète] n'est plus grand que Jean[-Baptiste]. Cependant, le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui.], il était le plus grand de tous les prophètes. Si un tel homme ne se sentait pas digne d’être l’esclave de Christ ; nous-mêmes devrions renoncer à notre orgueil et servir le Seigneur ! Lorsque nous comprenons vraiment qui est Jésus, nous ne pensons plus à faire les fiers ou à nous donner de l’importance.

 

1.29   29 Le lendemain, il vit Jésus s'approcher de lui et dit: «Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

 

Tous les jours, matin et soir, un agneau était sacrifié dans le temple pour les péchés du peuple (Exode 29.38-42) [38 »Voici ce que tu offriras sur l'autel: 2 agneaux d'un an, et ce chaque jour, de façon constante. 39 Tu offriras l'un des agneaux le matin et l'autre au coucher du soleil. 40 Avec le premier agneau, tu offriras 2 litres de fleur de farine pétrie dans un litre d'huile d'olives concassées, ainsi qu'une offrande d'un litre de vin. 41 Tu offriras le second agneau au coucher du soleil, avec une offrande végétale et une offrande liquide identiques à celles du matin. C'est un sacrifice brûlé au feu dont l'odeur est agréable à l'Eternel. 42 Voilà l'holocauste perpétuel que vous offrirez au fil des générations à l'entrée de la tente de la rencontre, devant l'Eternel. C'est là que je vous rencontrerai et que je te parlerai. ].

 

 Esaïe a prophétisé (Esaïe 53.7) [Il a été maltraité, il s'est humilié et n'a pas ouvert la bouche. *Pareil à un agneau qu'on mène à l'abattoir, à une brebis muette devant ceux qui la tondent, il n'a pas ouvert la bouche. ]que le Messie, le serviteur de Dieu, serait  conduit à l’abattoir tel un agneau. Afin de payer la rançon pour le péché, une vie devait être offerte, et Dieu a choisi de fournir lui-même le sacrifice. Nos péchés ont été pardonnés lorsque Jésus est mort comme sacrifice parfait (1 Corinthiens 5.7) [Purifiez-vous [donc] du vieux levain afin d'être une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain. En effet, Christ, notre agneau pascal, a été sacrifié [pour nous].]. Le « péché  du monde » signifie le péché de chaque individu. Par sa mort, Jésus a payé le prix pour  notre péché. Nous pouvons recevoir le pardon en lui confessant nos fautes et en lui demandant pardon.

 

1.30   30 C'est celui à propos duquel j'ai dit: ‘Après moi vient un homme qui m'a précédé, car il existait avant moi.'

 

Jean-Baptiste était un prédicateur réputé qui attirait de grandes foules, pourtant il était heureux que Jésus puisse avoir une  place encore plus élevée que lui. C’est la marque de la vraie humilité, le fondement de toute grandeur dans la prédication, l’enseignement ou n’importe quel travail pour le Seigneur. Si notre bonheur, c’est d’accomplir la volonté de Dieu et d’en donner toute la gloire à Jésus-Christ. Dieu nous utilisera pour faire de grandes choses.

 

1.31-34   31 Pour ma part, je ne le connaissais pas, mais c'est afin de le faire connaître à Israël que je suis venu baptiser d'eau.»
32 Jean rendit aussi ce témoignage: «J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et s'arrêter sur lui. 33 Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser d'eau m'a dit: ‘Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et s'arrêter, c'est lui qui baptise du Saint-Esprit.' 34 Et moi, j'ai vu et j'atteste qu'il est le Fils de Dieu.»

 

Lors du baptême de Jésus, Jean-Baptiste déclare que celui-ci est le Messie. Dieu lui a accordé un signe pour lui montrer que Jésus a été envoyé par lui (1.33) Jean et Jésus étaient cousins (cf Luc 1.36) [Voici qu'Elisabeth, ta parente, est elle aussi devenue enceinte d'un fils dans sa vieillesse. Celle que l'on appelait ‘la stérile' est dans son sixième mois. ] et se connaissaient probablement, mais Jean comprend que Jésus est le Messie seulement après l’avoir baptisé (ce baptême est décrit en Matthieu 3.13-17  [13 Alors Jésus vint de la Galilée jusqu'au Jourdain vers Jean, pour être baptisé par lui, 14 mais Jean s'y opposait en disant: «C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi, et c'est toi qui viens vers moi?»
15 Jésus lui répondit: «Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste», et Jean ne lui résista plus.
16 Dès qu'il fut baptisé, Jésus sortit de l'eau. Alors le ciel s'ouvrit [pour lui] et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. 17 Au même instant, une voix fit entendre du ciel ces paroles: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute mon approbation.»] ;  

 

Marc 1.9-11 [9 A cette époque-là, Jésus vint de Nazareth en Galilée, et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain. 10 Au moment où il sortait de l'eau, il vit le ciel s'ouvrir et l'Esprit descendre sur lui comme une colombe, 11 et une voix se fit entendre du ciel: «Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute mon approbation.»] ;

 

Luc 3.21-22) [21 Comme tout le peuple était baptisé, Jésus aussi fut baptisé. Pendant qu'il priait, le ciel s'ouvrit 22 et le Saint-Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix fit entendre du ciel ces paroles: «Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute mon approbation.»
23 Jésus avait environ 30 ans lorsqu'il commença son ministère. Il était, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d'Héli, 24 fils de Matthat, fils de Lévi, fils de Melchi, fils de Jannaï, fils de Joseph, 25 fils de Mattathias, fils d'Amos, fils de Nahum, fils d'Esli, fils de Naggaï, 26 fils de Maath, fils de Mattathias, fils de Sémeï, fils de Josech, fils
de Joda, 27 fils de Joanan, fils de Rhésa, fils de Zorobabel, fils de Shealthiel, fils de Néri,].

 

1.33   33 Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser d'eau m'a dit: ‘Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et s'arrêter, c'est lui qui baptise du Saint-Esprit.

 

Le baptême d’eau de Jean-Baptiste a un caractère préparatoire, car il symbolise le changement d’attitude et la purification des péchés, Jésus, lui, baptise du Saint-Esprit ; il envoie le Saint-Esprit sur tous les croyants, leur permettant ainsi de vivre et d’enseigner le message du salut. Le Saint-Esprit sera déversé après la résurrection et l’ascension au ciel de Christ (cf jean 20.22) [Après ces paroles, il souffla sur eux et leur dit: «Recevez le Saint-Esprit!] ;  

 

(Actes 2).

Venue de l'Esprit à la Pentecôte

1 Quand le jour de la Pentecôte arriva, ils étaient tous ensemble au même endroit. 2 Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent violent, qui remplit toute la maison où ils étaient assis. 3 Des langues qui semblaient de feu leur apparurent, séparées les unes des autres, et elles se posèrent sur chacun d'eux. 4 Ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler en d'autres langues, comme l'Esprit leur donnait de s'exprimer.
5 Or il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux venus de toutes les nations qui sont sous le ciel. 6 A ce bruit, ils accoururent en foule, et ils furent stupéfaits parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue. 7 Ils étaient [tous] remplis d'étonnement et d'admiration et ils se disaient [les uns aux autres]: «Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous galiléens? 8 Comment se fait-il donc que nous les entendions chacun dans notre propre langue, notre langue maternelle? 9 Parthes, Mèdes, Elamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée, de la Cappadoce, du Pont, de l'Asie, 10 de la Phrygie, de la Pamphylie, de l'Egypte, du territoire de la Libye voisine de Cyrène et résidents venus de Rome, Juifs de naissance ou par conversion, 11 Crétois et Arabes, nous les entendons parler dans notre langue des merveilles de Dieu!» 12 Tous remplis d'étonnement et ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres: «Qu'est-ce que cela veut dire?» 13 Mais d'autres se moquaient et disaient: «Ils sont pleins de vin doux.»
14 Alors Pierre, debout avec les onze apôtres, s'exprima d'une voix forte en ces termes: «Hommes de Judée et vous tous qui séjournez à Jérusalem, comprenez ce qui se passe et prêtez l'oreille à mes paroles! 15 Ces gens ne sont pas ivres, comme vous le supposez, car il est neuf heures du matin. 16 Mais maintenant se réalise ce qu'a dit le prophète Joël: 17 Dans les derniers jours, dit Dieu, je déverserai de mon Esprit sur tout être humain; vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions et vos vieillards auront des rêves. 18 Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, durant ces jours-là, je déverserai de mon Esprit et ils prophétiseront. 19 Je ferai des prodiges en haut dans le ciel et des signes miraculeux en bas sur la terre: du sang, du feu et une vapeur de fumée; 20 le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang avant l'arrivée du jour du Seigneur, de ce jour grand et glorieux. 21 Alors toute personne qui fera appel au nom du Seigneur sera sauvée. 
22 »Israélites, écoutez ces paroles! Dieu vous a désigné Jésus de Nazareth en accomplissant par lui, au milieu de vous, des miracles, des prodiges et des signes, comme vous le savez vous-mêmes. 23 Cet homme vous a été livré suivant le projet défini et la prescience de Dieu. [Vous l'avez arrêté,] vous l'avez fait mourir sur une croix par l'intermédiaire d'hommes impies. 24 Mais Dieu a brisé les liens de la mort, il l'a ressuscité, parce qu'il n'était pas possible qu'elle le retienne. 25 En effet, David dit à propos de lui: Je voyais constamment le Seigneur devant moi, parce qu'il est à ma droite afin que je ne sois pas ébranlé. 26 C'est pourquoi mon cœur est dans la joie et ma langue dans l'allégresse; même mon corps reposera avec espérance, 27 car tu n'abandonneras pas mon âme au séjour des morts, tu ne permettras pas que ton saint connaisse la décomposition. 28 Tu m'as fait connaître les sentiers de la vie, tu me rempliras de joie par ta présence. 
29 »Mes frères, qu'il me soit permis de vous parler en toute franchise au sujet du patriarche David: il est mort, il a été enseveli et son tombeau existe encore aujourd'hui parmi nous! 30 Or il était prophète et il savait que Dieu lui avait juré par serment de faire surgir [le Messie,] un de ses descendants, pour le faire asseoir sur son trône. 31 C'est donc la résurrection du Christ qu'il a prévue et annoncée en disant qu'il ne serait pas abandonné au séjour des morts et que son corps ne connaîtrait pas la décomposition.
32 »C'est ce Jésus que Dieu a ressuscité, nous en sommes tous témoins. 33 Elevé à la droite de Dieu, il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis et il l'a déversé, comme vous le voyez et l'entendez [maintenant]. 34 David en effet n'est pas monté au ciel, mais il dit lui-même: Le Seigneur a dit à mon Seigneur: ‘Assieds-toi à ma droite 35 jusqu'à ce que j'aie fait de tes ennemis ton marchepied.'  36 Que toute la communauté d'Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Messie ce Jésus que vous avez crucifié.»
37 Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché et dirent à Pierre et aux autres apôtres: «Frères, que ferons-nous?»
38 Pierre leur dit: «Changez d'attitude et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit. 39 En effet, la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.» 40 Et par beaucoup d'autres paroles, il rendait témoignage et les encourageait en disant: «Sauvez-vous de cette génération pervertie!»
41 Ceux qui acceptèrent sa parole furent donc baptisés et, ce jour-là, le nombre des disciples augmenta d'environ 3000 personnes. 42 Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières. 43 La crainte s'emparait de chacun et il se faisait beaucoup de prodiges et de signes miraculeux par l'intermédiaire des apôtres. 44 Tous ceux qui croyaient étaient ensemble et ils avaient tout en commun. 45 Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et ils en partageaient le produit entre tous, en fonction des besoins. 46 Chaque jour, avec persévérance, ils se retrouvaient d'un commun accord au temple; ils rompaient le pain dans les maisons et ils prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de cœur. 47 Ils louaient Dieu et avaient la faveur de tout le peuple. Le Seigneur ajoutait chaque jour à l'Eglise ceux qui étaient sauvés.

 

1.34   34 Et moi, j'ai vu et j'atteste qu'il est le Fils de Dieu.»

 

La tâche de Jean-Baptiste consistait à indiquer à ses contemporains que Jésus était le Messie tant attendu. Aujourd’hui les hommes cherchent quelqu’un qui leur procurerait la sécurité dans un monde instable et incertain. Notre tâche est de leur indiquer que Christ est le chemin et de leur montrer qu’il est celui qu’ils cherchent.

 

1.35ss   35 Le lendemain, Jean était encore là avec deux de ses disciples. 36 Il vit Jésus passer et dit: «Voici l'Agneau de Dieu.»
37 Les deux disciples l'entendirent prononcer ces paroles et suivirent Jésus. 38 Jésus se retourna et, voyant qu'ils le suivaient, il leur dit: «Que cherchez-vous?»
Ils lui répondirent: «Rabbi – ce qui signifie maître –, où habites-tu?»
39 «Venez, leur dit-il, et voyez.»
Ils y allèrent [donc], virent où il habitait et restèrent avec lui ce jour-là. C'était environ quatre heures de l'après-midi.
40 André, le frère de Simon Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean et qui avaient suivi Jésus. 41 Il rencontra d'abord son frère Simon et lui dit: «Nous avons trouvé le Messie», ce qui correspond à Christ. 42 Il le conduisit vers Jésus.
Jésus le regarda et dit: «Tu es Simon, fils de Jonas, tu seras appelé Céphas», ce qui signifie Pierre.
43 Le lendemain, Jésus décida de se rendre en Galilée. Il rencontra Philippe et lui dit: «Suis-moi.» 44 Philippe était de Bethsaïda, la ville d'André et de Pierre.
45 Philippe rencontra Nathanaël et lui dit: «Nous avons trouvé celui que Moïse a décrit dans la loi et dont les prophètes ont parlé: Jésus de Nazareth, fils de Joseph.»
46 Nathanaël lui dit: «Peut-il sortir quelque chose de bon de Nazareth?»
Philippe lui répondit: «Viens et vois.»
47 Jésus vit Nathanaël s'approcher de lui et dit de lui: «Voici vraiment un Israélite en qui il n'y a pas de ruse.»
48 «D'où me connais-tu?» lui dit Nathanaël.
Jésus lui répondit: «Avant que Philippe t'appelle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu.»
49 Nathanaël répondit: «Maître, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël.»

 

Les disciples de Jésus l’appellent de plusieurs noms : Agneau de Dieu (1.36) [36 Il vit Jésus passer et dit: «Voici l'Agneau de Dieu.» , Rabbi (1.38) [38 Jésus se retourna et, voyant qu'ils le suivaient, il leur dit: «Que cherchez-vous?»
Ils lui répondirent: «Rabbi – ce qui signifie maître –, où habites-tu?» ]
, Messie (1.41) [41 Il rencontra d'abord son frère Simon et lui dit: «Nous avons trouvé le Messie», ce qui correspond à Christ.], Fils de Dieu et roi d’Israël (1.49) [49 Nathanaël répondit: «Maître, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël.» ] . Leur estime grandit en même temps que leur connaissance de Jésus devient plus profonde. De même, nous sommes d’abord attirés par l’enseignement du Seigneur ; puis lorsque nous consacrons du temps à approfondir notre relation avec lui, nous pouvons le connaître comme Fils de Dieu. Même s’il suffit de quelques jours aux disciples pour modifier la manière dont ils parlent du Seigneur, ce n’est que 3 ans plus tard qu’ils comprendront qui il est vraiment (Actes 2). Ils doivent approfondir par l’expérience  ce qu’ils proclament en paroles. Il peut être facile, pour nous, de parler le langage de la foi, mais c’est vivre par la foi qui nous permet d’apprécier vraiment la valeur et la personne de Christ.

 

1.37   37 Les deux disciples l'entendirent prononcer ces paroles et suivirent Jésus.

 

L’un des deux disciples est André (1.40) [40 André, le frère de Simon Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean et qui avaient suivi Jésus.], l’autre probablement Jean, l’auteur de ce livre. Pourquoi quittent-ils Jean-Baptiste ? Parce que tel est le défi de Jean-Baptiste lui-même ; il les a préparés à suivre le chemin qu’il leur montrait, et ce chemin est Jésus. Avec Simon Pierre (1.42) [42 Il le conduisit vers Jésus.
Jésus le regarda et dit: «Tu es Simon, fils de Jonas, tu seras appelé Céphas», ce qui signifie Pierre.
] et Nathanaël (1.45) [45 Philippe rencontra Nathanaël et lui dit: «Nous avons trouvé celui que Moïse a décrit dans la loi et dont les prophètes ont parlé: Jésus de Nazareth, fils de Joseph.»], André et Jean figurent parmi les premiers disciples de Jésus.

 

1.38    38 Jésus se retourna et, voyant qu'ils le suivaient, il leur dit: «Que cherchez-vous?»
Ils lui répondirent: «Rabbi – ce qui signifie maître –, où habites-tu?»

Lorsque les deux disciples commencent à suivre Jésus, il leur demande ce qu’ils cherchent. Décider de suivre Christ ne suffit pas, nous devons examiner nos motivations. Si nous sommes poussés par des considérations personnelles et égoïstes, nous faisons de lui notre serviteur et un allié de notre propre cause. Sommes-nous de véritables disciples de Christ ? Recherchons-nous sa gloire ou la nôtre ?

 

1.40-42    40 André, le frère de Simon Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean et qui avaient suivi Jésus. 41 Il rencontra d'abord son frère Simon et lui dit: «Nous avons trouvé le Messie», ce qui correspond à Christ. 42 Il le conduisit vers Jésus.
Jésus le regarda et dit: «Tu es Simon, fils de Jonas, tu seras appelé Céphas», ce qui signifie Pierre.

 

André a accepté le témoignage de Jean-Baptiste concernant Jésus, et il en fait immédiatement part à son frère Simon. Il est très actif pour présenter d’autres personnes à Christ (cf Jean 6.8-9) [8 Un de ses disciples, André, le frère de Simon Pierre, lui dit: 9 «Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons, mais qu'est-ce que cela pour tant de monde?»] ; (Jean 12.22 ) [Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe le dirent à Jésus.], car il n’y a aucun doute dans son esprit quant à l’identité de Jésus : il est le Messie. Notre entourage est-il au courant de notre relation avec le Seigneur ?

 

1.42    42 Il le conduisit vers Jésus.
Jésus le regarda et dit: «Tu es Simon, fils de Jonas, tu seras appelé Céphas», ce qui signifie Pierre.

 

Jésus ne vit pas en Simon celui qu’il est seulement, mais aussi celui qu’il deviendra. C’est la raison pour laquelle il lui donne un nouveau nom : Céphas en araméen, Petros en grec ce qui signifie « une pierre, un rocher »). Dans les Evangiles, Pierre n’apparaît pas solide comme de la pierre, mais il le sera à l’époque de l’Eglise primitive, comme le montre le livre des Actes.

 

1.46   46 Nathanaël lui dit: «Peut-il sortir quelque chose de bon de Nazareth?»
Philippe lui répondit: «Viens et vois.»

 

Les Juifs méprisaient la ville de Nazareth parce qu’une garnison romaine y stationnait. Certains supposent que c’est l’attitude distante des Nazaréens ou leur piètre réputation morale et religieuse qui entraîne cette remarque de Nathanaël. Lui-même est originaire de Cana, à environ 6 km de Nazareth.

 

Nathanaël a de la peine à envisager que le Messie puisse venir de Nazareth. Heureusement, il répond à l’invitation de Philippe, va voir Jésus et devient son disciple. S’il en était resté à ses préjugés sans vouloir les dépasser, il n’aurait pas connu le Messie. Certaines personnes entretiennent des préjugés qui les empêchent de connaître l’amour et la puissance de Christ. Nous pouvons les inviter à venir vers Jésus et à voir qui il est vraiment.

 

1.47-49    47 Jésus vit Nathanaël s'approcher de lui et dit de lui: «Voici vraiment un Israélite en qui il n'y a pas de ruse.»
48 «D'où me connais-tu?» lui dit Nathanaël.
Jésus lui répondit: «Avant que Philippe t'appelle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu.»
49 Nathanaël répondit: «Maître, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël.»

Jésus connaissait Nathanaël bien avant leur rencontre. Il sait aussi qui nous sommes réellement. Cette pensée peut rassurer si l’on n’a rien à cacher ou, au contraire, mettre mal à l’aise si l’on a conscience de zones d’ombre. Devant Dieu, impossible de me faire passer pour une personne que je ne suis pas. Il sait qui je suis réellement et il veut que je le suive.

 

1.51   51 Il ajouta: «En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez [désormais] le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l'homme.»

 

Ces paroles renvoient au rêve de Jacob (cf Genèse 28.12) [Il fit un rêve: une échelle était appuyée sur la terre et son sommet touchait le ciel; des anges de Dieu montaient et descendaient par cette échelle.]. Jésus seul est Dieu et homme, c’est pourquoi il peut être, telle une échelle, un intermédiaire entre le ciel et la terre. Jésus ne parle pas ici d’une expérience physique comme celle vécue par quelques disciples lors de la transfiguration (Matthieu 17.1-8) [1 Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et son frère Jean, et il les conduisit à l'écart sur une haute montagne. 2 Il fut transfiguré devant eux; son visage resplendit comme le soleil et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. 3 Et voici que Moïse et Elie leur apparurent; ils s'entretenaient avec lui.
4 Pierre prit la parole et dit à Jésus: «Seigneur, il est bon que nous soyons ici. Si tu le veux, faisons ici trois abris: un pour toi, un pour Moïse et un pour Elie.» 5 Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. De la nuée une voix fit entendre ces paroles: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute mon approbation: écoutez-le!»
6 Lorsqu'ils entendirent cette voix, les disciples tombèrent le visage contre terre et furent saisis d'une grande frayeur. 7 Mais Jésus s'approcha d'eux, les toucha et dit: «Levez-vous, n'ayez pas peur!» 8 Ils levèrent les yeux et ne virent plus que Jésus seul.]
, mais d’une compréhension spirituelle concernant sa vraie nature et la raison de sa venue.

 

 

(L'original avec les mots d'aujourd'hui)

'Extrait de la Bible avec notes d'étude « Vie Nouvelle » - Louis Segond 21

 

121672973