OU EST TON CIEL ?

 

Aussi nous gémissons dans cette tente,

 désirant revêtir notre domicile céleste  

 (2 Corinthiens 5.2)

 

Lecture proposée : (2 Corinthiens 5.1-4)

1 Nous savons, en effet, que si notre habitation terrestre, qui n'est qu'une tente, est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l'œuvre de Dieu, une habitation éternelle qui n'est pas faite par la main de l'homme. 2 Et nous gémissons dans cette tente, avec l'ardent désir de revêtir notre domicile céleste, 3 puisque, après avoir été ainsi revêtus, nous ne serons pas trouvés nus. 4 En effet, nous qui sommes dans cette tente, nous gémissons, accablés, parce que nous voulons non pas nous dévêtir, mais au contraire nous revêtir, afin que ce qui est mortel soit englouti par la vie.

 

DE LA PAROLE…

 

Au fond de notre cœur, nous aspirons tous aux choses du ciel. C’est Dieu qui a implanté en nous cette aspiration. Il nous a façonnés pour l’éternité et nous le savons, même si nous n’en avons qu’une conscience confuse. Cette soif originelle a sans doute été détournée quand nos premiers parents ont mangé le fruit défendu ou lorsque nous avons délibérément péché contre Dieu, mais elle est toujours là. Nous voulons le paradis, et nous le voulons maintenant.

 

Avez-vous déjà remarqué tous les chemins que nous prenons pour essayer de l’atteindre ? Nous le cherchons dans les guides de vacances, les réseaux sociaux, les brochures de biens immobiliers, les romans et les films qui nous captivent, les belles relations que nous désirons, le bien-être matériel qu’on nous promet, etc., etc. Trop souvent, nous plaçons notre espérance dans ces succédanés. Nous accueillons à bras ouverts de bien pâles substituts du ciel.

 

Peut-être considérons-nous nos ambitions personnelles comme une recherche innocente de satisfaction, mais elles ont une dimension bien plus profonde. Il s’agit d’une quête du royaume éternel, que nous essayons de satisfaire avec des demi-mesures. Ainsi jamais ne serons-nous satisfaits en tout cas dans le long terme. Nous ne pouvons satisfaire une soif d’éternité avec des trésors temporels. L’éternité est comme une démangeaison. On ne la calme pas en se grattant, mais avec un baume divin.

 

AUX ACTES…

 

Où avez-vous cherché le ciel ? Même en ayant placé notre espérance dans le royaume de Dieu, nous pouvons toujours être tentés de nous assurer son royaume par nos propres moyens. Vous êtes-vous retranché dans un quartier bien tranquille et constitué un matelas financier bien rassurant ? Peut-être entretenez-vous de faux espoirs. Ce royaume que vous construisez, parallèle à celui de Dieu, n’est certainement qu’un leurre.

 

Ne cédez pas aux sirènes. Dieu nous appelle à une relation personnelle avec lui. Que cette relation soit votre trésor. N’accordez pas aux choses du monde l’importance du au ciel.

 

 

(Extrait du livre « 365 méditations Dans ses Pas » – Chris Tiegreen)

121672973