LE BON BERGER

 

 

Celui qui entre par la porte est le berger des brebis

(… Lorsqu’il a fait sortir toutes celles qui lui appartiennent,

il marche devant elles, et les brebis le suivent,

car elles connaissent sa voix.

(Jean 10.2-4)

 

Lecture proposée : (Jean 10.11-17)

11 »Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. 12 Le simple salarié, quant à lui, n'est pas le berger et les brebis ne lui appartiennent pas. Lorsqu'il voit venir le loup, il abandonne les brebis et prend la fuite; alors le loup s'en empare et les disperse. 13 [Le simple salarié s'enfuit] car il travaille pour de l'argent et ne se soucie pas des brebis. 14 Moi, je suis le bon berger. Je connais mes brebis et elles me connaissent, 15 tout comme le Père me connaît et comme je connais le Père. Je donne ma vie pour mes brebis. 16 J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos; celles-là aussi, il faut que je les amène; elles écouteront ma voix et il y aura un seul troupeau, un seul berger. 17 Le Père m'aime, parce que je donne ma vie pour la reprendre ensuite.

 

Ne confondons pas, il y a « le Seigneur des anneaux » et le Seigneur des agneaux. Quant au célèbre film, un neveu m’en parlait sans répit, tellement il avait été fasciné ! Ah si seulement il pouvait encore m’en raconter les péripéties ! Hélas, il a quitté très tôt notre famille.

 

En pensant à lui et à sa passion pour cette histoire, le titre me suggère un souhait : et si notre Seigneur était celui des anneaux… -des anneaux de fiançailles, de mariage, Seigneur de la fidélité, de la durée-, et si les anneaux étaient encore l’expression de promesses d’engagement et de durée, comme le témoignage chrétien serait audible, convaincant !

 

Engagement et durée ne sont évidemment pas fruits de nos seules capacités personnelles. Mais si nous ne cessions de suivre le berger céleste, pas à pas, sans nous détourner de la voie ! Nous n’en serions certes pas moins des agneaux à l’apparence -et en réalité- fragiles, mais en même temps solidement conduits par le plus merveilleux des seigneurs, le vrai, le fidèle, le bon berger.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Ivan Doulière)

121672973