JE SUIS ADOPTE

 

 

Il m’a mis au large,

il m’a sauvé,

parce qu’il m’aime.

(Psaume 18.20)

 

Lecture proposée : (2 Corinthiens 4.7-16)

7 Nous portons ce trésor dans des vases de terre afin que cette puissance extraordinaire soit attribuée à Dieu, et non à nous. 8 Nous sommes pressés de toutes parts, mais non écrasés; inquiets, mais non désespérés; 9 persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non anéantis. 10 Nous portons toujours avec nous dans notre corps l'agonie du [Seigneur] Jésus afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. 11 En effet, nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus afin que la vie de Jésus soit elle aussi révélée dans notre corps mortel. 12 Ainsi la mort est à l'œuvre en nous, et la vie en vous.
13 Et comme nous avons le même esprit de foi que celui exprimé dans cette parole de l'Ecriture:
J'ai cru, c'est pourquoi j'ai parlé, nous aussi nous croyons, et c'est pour cela que nous parlons. 14 Nous savons en effet que celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera aussi par Jésus et nous fera paraître avec vous dans sa présence. 15 Oui, tout cela arrive à cause de vous afin que la grâce, en se multipliant, fasse abonder la reconnaissance d'un plus grand nombre, à la gloire de Dieu.
16 Voilà pourquoi nous ne perdons pas courage. Et même si notre être extérieur se détruit, notre être intérieur se renouvelle de jour en jour.


  • Notes de la Bible Segond 21

  • 2 Corinthiens 4

  • 4.13 J'ai cru… parlé : citation du Psaume 116.10. [*J'avais confiance, même lorsque je disais: «Je suis plongé dans le malheur!» ]

 

Le tissage des liens de son amour paternel nous habille d’espérance et nous porte sur les vagues de notre vie. Chaque épreuve est en effet une nouvelle occasion de laisser ses bontés panser nos plaies et construire dans notre cœur une tapisserie de miséricorde et de grâce. Ce poème fut écrit dans les larmes et une profonde affliction, mais au cœur de la tourmente, la lumière de son amour est toujours présente pour réchauffer et ranimer tout cœur brisé.

 

Dans le creux de mes souffrances, que ta volonté se fasse,

Dans l’erreur et mes absences, que ta grâce encore m’enlace.

Quand mon œil est fatigué, si je ne vois plus l’aurore,

Sois mes yeux, ma foi, ma force, Dieu mon Père, je t’adore…

Dans les larmes et les cris, deviendrais-je anéanti ?

Château de cartes enfoui, chaque rêve est démoli ?

Je ne peux douter, Ô Dieu, que ta main connaît bien mieux

L’avenir de mes matins, je resterai donc serein.

Feu de pureté nettoie les scories de mon âme

Je veux écouter ta voix, ranime en moi cette flamme

De l’amour d’enfant à Père, je voudrais toujours te plaire

Me sentir à vie blotti dans le creux de ton épaule

Qui porta et portera mes douleurs si je suis las ?

Tu ne peux me rejeter puisque je suis adopté.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Marie-Louis Dugleux)

121672973