LES POIVRONS

 

Je dis donc : Marchez selon l’Esprit,

et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair

 (Galates 5.16)

 

Lecture proposée : (Galates 4.25-32)

25 En effet, Agar, c'est le mont Sinaï en Arabie, et elle correspond à la Jérusalem actuelle qui vit dans l'esclavage avec ses enfants. 26 Mais la Jérusalem d'en haut est libre, c'est elle qui est notre mère. 27 De fait, il est écrit: Réjouis-toi, stérile, toi qui n'as pas eu d'enfant! Eclate de joie et pousse des cris de triomphe, toi qui n'as pas connu les douleurs de l'accouchement! En effet, les enfants de la femme délaissée seront plus nombreux que ceux de la femme mariée.
28 Nous, frères et sœurs, comme Isaac nous sommes les enfants de la promesse. 29 Le fils né par volonté humaine persécutait alors celui qui était né grâce à l'Esprit, et il en va de même maintenant encore. 30 Mais que dit l'Ecriture?
Chasse l'esclave et son fils, car le fils de l'esclave n'héritera pas avec le fils de la femme libre.  31 Ainsi, frères et sœurs, nous ne sommes pas les enfants de l'esclave, mais de la femme libre.
 

                                                                                                   

 

Avec mon épouse, nous étions en Bulgarie chez des amis missionnaires et, pour leur donner un coup de main, nous avions été appelés à trier des poivrons. Rien que de tout banal dans cet acte. Pourtant… En effet, le but de la tâche était en premier de séparer les poivrons droits des poivrons tordus afin de privilégier les premiers pour les garder en entier et réduire les autres en purée. Cela m’a conduit à m’intéresser à notre comportement en tant qu’humains.

 

En effet, je  me suis posé la question : Comment Dieu me voit-il dans ma vie et mes actes de tous les jours ? Je crains bien de devoir admettre que, souvent, je suis plus « tordu » que droit.

 

Une seconde question m’est venue à l’esprit : Par rapport à ce que Dieu voit de mon comportement, comment agira-t-il ? N’avons-nous pas remarqué combien notre conscience doit nous interpeler tout au long de nos journées ? Ce verset nous le rappelle : Il est donc nécessaire d’être soumis, non seulement par crainte de la punition, mais encore par motif de conscience. (Romains 13.5).

 

Alors, efforçons-nous d’être comme ces poivrons droits afin que Dieu ne trouve en nous rien de malsain, ni dans nos pensées, ni dans nos actes.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – José Petrocchi )

121672973