Capture d'écran 2020-06-24 06

 

 

DECLARATION DE VERITE

 

CREDO - Je crois

 

2 – 11

 

Je reconnais que Jésus-Christ est le Messie,

la Parole qui a été faite chair et qui a habité parmi nous.

Je crois qu’il est venu pour détruire les œuvres du diable,

qu’il a dépouillé les principautés et les pouvoirs,

et qu’il les a publiquement livrés en spectacle,

en triomphant d’eux à la croix.

 

 

« Au commencement, la Parole existait déjà.

La Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu. »

(Jean 1 :1)

 

JEAN 1.1 – NOTE d'Etude:

 

Quel est pour Jean le sens du terme « Paroles » ? Il était utilisé de diverses manières par les théologiens et les philosophes juifs et grecs. Dans l’Ancien Testament, la Parole était un agent de la création (Psaume 33.6) [« Le ciel a été fait par la parole de l'Eternel, et toute son armée par le souffle de sa bouche.  »], la source du message de Dieu à son peuple par les prophètes (Osée 4.1) [« Ecoutez la parole de l'Eternel, Israélites, car l'Eternel a un procès avec les habitants du pays: il n'y a pas de vérité, pas de bonté, pas de connaissance de Dieu dans le pays. » ] et la loi de Dieu, sa norme de sainteté (Psaume 119.11) [« Je serre ta parole dans mon cœur afin de ne pas pécher contre toi. »]. Dans la philosophie grecque, la Parole était le principe de la raison qui gouvernait le monde ou la pensée présente dans l’esprit, alors que dans la pensée hébraïque c’était une autre expression pour Dieu. La description de Jean montre clairement qu’il parle de Jésus (Cf. 1.14), un être humain qu’il connaissait et qu’il aimait mais qui était en même temps le créateur de l’univers, la révélation suprême de Dieu, l’image vivante de la sainteté de Dieu, celui par qui tout subsiste (Colossiens 1.17) [« Il existe avant toutes choses et tout subsiste en lui. »]. Pour des lecteurs juifs, affirmer que cet homme nommé Jésus était Dieu équivalait à blasphémer. Pour des lecteurs grecs, la Parole faite homme (Colossiens 1.13,14) [« 13 Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, 14 en qui nous sommes rachetés, pardonnés de nos péchés. »] était une pensée inimaginable. Pour Jean, cette nouvelle compréhension de la Parole constituait la bonne nouvelle de Jésus-Christ.

 

L’enseignement et les actes de Jésus sont étroitement liés à son identité. Jean le présente comme étant entièrement homme et entièrement Dieu. Même s’il a pleinement revêtu notre humanité, Jésus n’a jamais cessé d’être le Dieu éternel qui a toujours existé, celui qui a créé et maintient tout, la source de la vie éternelle. Telle est la vérité concernant Jésus, tel est le fondement de toute vérité. Si nous ne croyons pas cette vérité fondamentale nous n’aurons pas suffisamment de foi pour lui confier notre destinée éternelle. C’est pourquoi Jean a écrit cet Évangile : pour donner un appui solide à notre foi et notre confiance en Jésus-Christ, afin que nous croyions qu’il était et est vraiment le Fils de Dieu (Jean 20.30-31) [« 30 Jésus a accompli encore, en présence de ses disciples, beaucoup d'autres signes qui ne sont pas décrits dans ce livre. 31 Mais ceux-ci ont été décrits afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom.  »].

 

Jean s’adresse aux croyants de partout, qu’ils soient juifs ou non. En tant que disciples de Jésus, il a été un témoin de sa vie, ce qui garantit l’authenticité de son récit. Son livre n’est pas une biographie (comme celui de Luc) ; il est une présentation thématique de la vie de Christ. Nombre de ses lecteurs étaient issus d’un milieu grec. Or, la culture grecque encourageait le culte de nombreux dieux de la mythologie, dont les caractéristiques surnaturelles étaient aussi importantes pour les Grecs que les généalogies l’étaient pour les Juifs. Jean montre que non seulement Jésus est différent de ces divinités mythologiques, mais qu’il leur est aussi supérieur 

 

 

« Et la Parole s'est faite homme,

elle a habité parmi nous,

pleine de grâce et de vérité,

et nous avons contemplé sa gloire,

une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. »

(Jean 1 :14)

 

JEAN 1.14 – NOTE d’Étude :

 

Lorsque Christ s’est incarné et a habité parmi nous, il est devenu :

 

1°) le maître parfait, car sa vie révèle ce que Dieu pense et donc ce que nous devrions penser

[« 5 Que votre attitude soit identique à celle de Jésus-Christ:
6 lui qui est de condition divine,
il n'a pas regardé son égalité avec Dieu
comme un butin à préserver,
7 mais il s'est dépouillé lui-même
en prenant une condition de serviteur,
en devenant semblable aux êtres humains.
Reconnu comme un simple homme,
8 il s'est humilié lui-même
en faisant preuve d'obéissance jusqu'à la mort,
même la mort sur la croix.
9 C'est aussi pourquoi Dieu l'a élevé à la plus haute place
et lui a donné le nom
qui est au-dessus de tout nom
10 afin qu'au nom de Jésus
chacun plie le genou
dans le ciel, sur la terre et sous la terre
11 et que toute langue reconnaisse
que Jésus-Christ est le Seigneur,
à la gloire de Dieu le Père. »]

(Philippiens 2.5-11).

 

2°) l’exemple parfait, car il est le modèle vers lequel nous devons tendre, il nous montre comment vivre et nous en donne la forme :

[« 20 En effet, quelle gloire y a-t-il à endurer de mauvais traitements si vous commettez des fautes? Mais si vous endurez la souffrance alors que vous faites ce qui est bien, c'est une grâce aux yeux de Dieu. 21 De fait, c'est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour nous, vous laissant un exemple afin que vous suiviez ses traces,  »]

(1P 2.20,21) 

 

3°) le sacrifice parfait, car il est venu en tant que sacrifice pour tous les péchés, et sa mort répondait aux exigences de Dieu pour le pardon des fautes :

[« 15 Le Fils est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. 16 En effet, c'est en lui que tout a été créé dans le ciel et sur la terre, le visible et l'invisible, trônes, souverainetés, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. 17 Il existe avant toutes choses et tout subsiste en lui. 18 Il est la tête du corps qu'est l’Église; il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier. 19 En effet, Dieu a voulu que toute sa plénitude habite en lui. 20 Il a voulu par Christ tout réconcilier avec lui-même, aussi bien ce qui est sur la terre que ce qui est dans le ciel, en faisant la paix à travers lui, par son sang versé sur la croix.
21 Et vous qui étiez autrefois étrangers et ennemis de Dieu par vos pensées et par vos œuvres mauvaises, il vous a maintenant réconciliés 22 par la mort [de son Fils] dans son corps de chair pour vous faire paraître devant lui saints, sans défaut et sans reproche. 23 Mais il faut que vous restiez fondés et inébranlables dans la foi, sans vous détourner de l'espérance de l’Évangile que vous avez entendu, qui a été proclamé à toute créature sous le ciel et dont moi, Paul, je suis devenu le serviteur. »]

 

Notes de la Bible Segond 21 - Colossiens 1

  • 1.21 Étrangers : les non-Juifs étaient exclus des privilèges de la relation avec Dieu auxquels les Juifs avaient accès. ]

(Colossiens 1.15-23).

 

L’expression « Fils unique venu du Père » signifie que Jésus est le Fils unique de Dieu. L’accent y est mis sur unique. Jésus est l’unique être de cette nature et il jouit d’une relation particulière avec Dieu. Il est différent de tous les autres croyants, appelés « enfants de Dieu ».

 

Lorsque Jésus est né, Dieu est devenu homme. Il n’était pas en partie homme et en partie Dieu ; il était entièrement homme et entièrement Dieu

(Colossiens 2.8,9) [« 8 Faites attention: que personne ne vous prenne au piège par la philosophie, par des tromperies sans fondement qui s'appuient sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires qui régissent le monde, et non sur Christ. 9 En effet, c'est en lui qu'habite corporellement toute la plénitude de la divinité. « 

Notes de la Bible Segond 21 - Colossiens 2

  • 2.8 Les principes… le monde : c'est-à-dire les éléments et rites des religions humaines ou les puissances spirituelles, selon les interprétations.  »]





Avant le venue de Jésus, il n’était possible de connaître Dieu que partiellement ; depuis sa venue on peut le connaître pleinement parce qu’il est devenu visible et tangible. Il est l’expression parfaite d Dieu sous forme humaine. Les deux erreurs les plus fréquentes concernant Jésus, consistent à minimiser soit son humanité, soit sa divinité. Jésus est à la fois homme et Dieu. 

 

« Il a ainsi dépouillé les dominations et les autorités

et les a données publiquement en spectacle

en triomphant d'elles par la croix. »

(Colossiens 2 :15)

 

 COLOSSIENS 2.15 -NOTE d’Étude :

 

De quelles dominations et autorités s’agit-il ? Plusieurs réponses ont été proposées, dont celles-ci :

 

1°) des puissances démoniaques

2°) les divinités des nations puissantes

3°) des anges (tenus en haute estime par les enseignants hérétiques)

4°) le gouvernement de Rome.

 

On peut considérer qu’une seule de ces réponses correspond à la bonne interprétation ou toutes ensemble. Ce que Christ a « dépouillé » à la croix, c’est toute incarnation de la révolte dans le monde, qu’il s’agisse de Satan et des démons, des idoles du paganisme, des gouvernements humains ou des anges en tant qu’objets d’un culte. Le mal n’a plus aucun pouvoir sur les croyants car le Seigneur l’a désarmé, comme on le fait avec un ennemi sur le champ de bataille (cf Colossiens 1.13) [« Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé,»]

 

« Celui qui pratique le péché est du diable,

car le diable pèche dès le commencement.

Or, c'est pour détruire les œuvres du diable

que le Fils de Dieu est apparu. »

1Jean 3 :8)

 

1Jean 3:8 – NOTE d’étude :

Nous avons tous des domaines où nous sommes vulnérables à la tentation et de mauvaises habitudes difficiles à éradiquer. Ces faiblesses donnent prisent au diable, c'est pourquoi nous devons nous en préoccuper. Cependant, si nous luttons contre un péché particulier, il faut noter que ces versets ne s'adressent pas à nous, même si il semble que pour le moment nous continuions à pécher. Jean ne parle pas ici des gens dont la victoire est encore incomplète, mais de personnes qui qui pratiquent le péché et cherchent à le justifier.

Il y a trois démarches indispensables pour remporter la victoire sur un péché qui contrôle notre vie :

1° - Rechercher la force du Saint-Esprit et nous imprégner de la Parole de Dieu

2° - Éviter les situations qui peuvent constituer une tentation

3° - Rechercher l'aide de croyants en leur accordant le droit de nous demander où nous en sommes et de prier pour nous.

  

Les commentaires sont extrait de la Bible avec notes d'étude «  Vie Nouvelle  » - Louis Segond 21

L'original avec les mots d'aujourd'hui)

 

***

Les "Déclaration de vérité 1 à 10 sont extraites du livre de Neil Anderson :

'Le Libérateur"