Aux Pieds du Seigneur Jésus

AUX PIEDS DU SEIGNEUR JESUS

 

16

 

Sens de la vie

 

[Tiré de Genèse 1:1 - Genèse 1:26 - Ecclésiaste 1:2

Ecclésiaste 2:11 - Ecclesiaste 2:24-26 - Ecclésiaste 6:12

Romains 6:3-9 - Romains 10:9-11 - 2Pierre 3:9]

 

Au commencement, mon Dieu,

tu créas le ciel et la terre,

c'était ta volonté et non un accident.

Tu nous créas à "votre" image,

Singulier pluriel que tu nous donnes de toi,

Ô Dieu unique!

Tu nous as faits uniquse, Seigneur,

non pas juste faits de bric et de broc,

et tu nous créas dans un but précis

comme l'univers lui-même.

Nous sommes chacun une créature intelligente

et non une entité à l'existence insignifiante.

En me le faisant remarquer, reconnaître,

tu as lancé ma quête d'un but pour mon existence,

tu ne nous as pas faits pour nous-mêmes.

Tant que je ne te mettais pas dans ma vie

son sens était sans fond.

Merci, Seigneur, d'avoir ensemencé ma conscience

pour qu'elle fasse en sorte que mon âme parte te chercher,

car il y a cette vérité dans ta Parole

qui frappe à la porte de mon entendement :

"Vanité des vanités, tout est vanité,

vanité de la sagesse humaine,

vanité des plaisirs, vanité des richesses,

et vanité du travail,

"Et voici tout est vanité et poursuite du vent,

il n'y a aucun avantage à tirer de ce qu'on fait sous le soleil"

N'y aurait-il, Seigneur, de bonheur pour l'homme

qu'à manger et à boire,

et à faire jouir son âme du bien-être,

au milieu de son travail ?

Mais j'ai vu que cela vient aussi de ta main, mon Dieu.

C'est bien toi qui donne, à l'homme qui t'est agréable,

la sagesse, la science et la joie !

C'est toi qui donne au pécheur

le soin de recueillir et d'amasser

afin de donner à celui qui t'est agréable, mon Dieu,

et pourtant c'est encore là une vanité et la poursuite du vent.

Nous sentons le vent souffler,

mais nous ne pouvons ni l'attraper, ni le retenir.

A part Toi, Seigneur-Mon-Dieu,

qui sait ce qui est bon pour moi dans la vie!

Pendant le nombre des jours de ma vie de vanité

que je passe comme une ombre ?

A part Toi, qui peut me dire

ce qui sera après moi sous le soleil ?

Tu m'as fait comprendre, Seigneur,

que les êtres et les choses, en eux-mêmes, n'ont aucun sens,

à moins qu'ils ne soient mis à la place

qui leurs sont destinées par leur créateur ;

ainsi , tu nous a créés, tu m'as créé,

j'ai été fait par toi et pour toi

et donc je dois te mettre dans ma vie.

Tu dois être mon unique et premier but de connaissance.

Je dois me réjouir en toi qui me donne la joie ;

Tu as créé cette relation en me nommant,

avec amitié, avec amour,

en Père créateur attentif et fidèle.

Quel honneur que ce dessein pour nous Hommes !

nous sommes tes enfants !

 

Vivre pour ta gloire et trouver notre plaissir

éternellement en Toi.

Je te prie Seigneur pour cette réalité du salut

que ta grâce nous accorde soit étendue,

comme le dit ta Parole, à tous ceux et à toutes celles qui,

reconnaissant qu'ils sont pécheurs,

se repentiront , confesseront leur foi en toi,

Mon Dieu, en Jésus-Christ,

et son Saint-Esprit qui est ton Esprit,

se feront baptiser par immersion

dans l'ensevelissement avec Christ,

renaissant dans sa résurrection en nouveauté de vie,

oui, par ta grâce, Seigneur-Mon-Dieu,

dans le saint nom de notre Seigneur Jésus Christ de Nazareth,

Amen

 

Yann

 

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.

(Genèse 1:1)

 

Puis Dieu dit: «Faisons l'homme à notre image, à notre ressemblance! Qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.»

(Genèse 1:26)

 

Vanité des vanités, dit l'Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité.

(Ecclésiaste 1:2)

 

Puis, j'ai considéré tous les ouvrages que mes mains avaient faits, et la peine que j'avais prise à les exécuter ; et voici, tout est vanité et poursuite du vent, et il n'y a aucun avantage à tirer de ce qu'on fait sous le soleil.

(Ecclésiaste 2:11)

 

24 Il n'y a de bonheur pour l'homme qu'à manger et à boire, et à faire jouir son âme du bien-être, au milieu de son travail ; mais j'ai vu que cela aussi vient de la main de Dieu. 25 Qui, en effet, peut manger et jouir, si ce n'est moi ? 26 Car il donne à l'homme qui lui est agréable la sagesse, la science et la joie ; mais il donne au pécheur le soin de recueillir et d'amasser, afin de donner à celui qui est agréable à Dieu. C'est encore là une vanité et la poursuite du vent.

(Ecclésiaste 2:24-26

 

Car qui sait ce qui est bon pour l'homme dans la vie, pendant le nombre des jours de sa vie de vanité, qu'il passe comme une ombre ? Et qui peut dire à l'homme ce qui sera après lui sous le soleil ?

(Ecclésiaste 6:12)

 

3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés ? 4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. 5 En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, 6 sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ; 7 car celui qui est mort est libre du péché. 8 Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, 9 sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus ; la mort n'a plus de pouvoir sur lui.

(Romains 6:3-9)

 

9 Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. 10 Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture: 11 Quiconque croit en lui ne sera point confus.

(Romains 10:9-11)

 

Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance.

(2Pierre 3:9)