ASSOCIATIONS GAGNANTES

 

Et si quelqu’un est plus fort qu’un seul,

les deux peuvent lui résister ;

et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement.

(Ecclésiaste 4.12)

 

Lecture proposée : (Romains 12.1-8)

Je vous encourage donc, frères et sœurs, par les compassions de Dieu, à offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu. Ce sera de votre part un culte raisonnable. 2 Ne vous conformez pas au monde actuel, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence afin de discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.
3 Par la grâce qui m'a été donnée, je dis à chacun de vous de ne pas avoir une trop haute opinion de lui-même, mais de garder des sentiments modestes, chacun selon la mesure de foi que Dieu lui a donnée. 4 En effet, de même que nous avons plusieurs membres dans un seul corps et que tous les membres n'ont pas la même fonction, 5 de même, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres, chacun pour sa part. 6 Nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée. Si quelqu'un a le don de prophétie, qu'il l'exerce en accord avec la foi; 7 si un autre est appelé à servir, qu'il se consacre à son service. Que celui qui enseigne se donne à son enseignement, 8 et celui qui a le don d'encourager à l'encouragement. Que celui qui donne le fasse avec générosité, celui qui préside, avec zèle, et que celui qui exerce la bienveillance le fasse avec joie.

 

Dans le parc national du Serengeti en Tanzanie, les gnous, les zèbres et les gazelles paissent ensemble pacifiquement. Leur différence n’est pas un problème, mais un atout. Dans ce rassemblement, l’odorat des gnous l’emporte, l’ouïe des gazelles excelle, la vue des zèbres prédomine. En associant leurs qualités, ils déjouent efficacement l’approche des prédateurs.

 

Dans cette savane africaine, on remarque aussi le buffle qui, impassible, laisse un drôle d’oiseau parcourir sa peau, ses oreilles et ses narines ! C’est le pique-bœuf à bec jaune qui se nourrit de parasites. Sur cette montagne de muscles, il est tranquille, car personne n’osera l’attaquer… Ici, le fort et le faible se rendent mutuellement service.

 

Nous trouvons dans la Bible ce type d’association gagnante. Dans la sagesse que Dieu lui a donnée, Salomon écrit : Deux valent mieux qu’un (…) car s’ils tombent, l’un relève son compagnon. (Ecclésiaste 4.9-10) [9 Il vaut mieux être deux que tout seul, parce qu'à deux on retire un bon profit du travail. 10 En effet, en cas de chute, l'un relève son compagnon, mais malheur à celui qui est seul et qui tombe sans avoir de proche pour le relever!]. Ce conseil vaut aussi sur le plan spirituel. Nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres, dit l’apôtre Paul. (Romains 12.5) [, 5 de même, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres, chacun pour sa part.]. Puisque nous avons des dons différents, selon la grâce de Dieu, regroupons-les ! Il est de notre intérêt de « paître » dans une église.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Dominique Moreau)

Ichtus (2)