Les mains vides,
je m'approche.
A la Croix seule
je m'accroche.
(Augustus Toplady)

 

S'accrocher à la Croix - Augustus Toplady (Citation)
Augustus Montague Toplady, 1740-1778

Notes from Dr. Julian's Hymnology:

Toplady was born at Farnham in Surrey on Nov. 4th. 1740. His father, Richard Toplady, was a Major in the British Army, and was killed at the siege of Carthagina (1741) soon after the birth of his son. His widowed mother placed him at the renowned Westminster School, London. Bye and bye, circumstances led her to Ireland, and young Augustus was entered at Trinity College, Dublin, where he completed his academic training, ultimately graduating M.A. He also received his "new birth" in Ireland under remarkable conditions, as he himself tells us with oddly mixed humility and lofty self estimate as "a favourite of heaven". "Strange that I who had so long sat under the means of grace in England, should be brought right unto God in an obscure part of Ireland, midst a handful of people met in a barn, and by the ministry of one who could hardly spell his own name. Surely it was the Lord's doing and it is marvellous. The regenerating Spirit breathes not only on whom, but likewise when and where and as HE listed". The present writer [Julian] happens to know that the lay preacher, a Wesleyan Methodist, was Janus Norris, and his text Eph. 6:13; and that he was not the illiterate man Toplady's words would have us believe. Likewise he had far more brain power than his convert, and was a born orator, though retired and lowly minded.

Toplady received orders in the Church of England on June 6th. 1772 and after some time was appointed to Broadhembury. His "Psalms and Hymns of 1776" bears that he was then "B.A." and Vicar of Broadhembury. Shortly thereafter he is found in London as minister of the Chapel of the French Calvinists in Leicester Fields. He was a strong and partisan Calvinist, and not well informed theologically outside of Calvinism. We willingly, and with a sense of relief, leave unstirred the dust of oblivion that has gathered on his controversial writings, especially his scurrilous language to John Wesley because of his Arminianism, as we do John Wesley's deplorable misunderstanding and misrepresentation of Calvinism. Throughout Toplady lacked the breadth of the divine Master's watchword "Forbid him not, for he that is not against us is for us" Luke 9:50. He was impulsive, rash-spoken, reckless in misjudgement; but a flame of genuine devoutness burned in the fragile lamp of his over taxed and wasted body. He died on Aug. 11th. 1778. . . his "Rock of Ages", a song of grace that has given him a deeper and more inward place in millions of human hearts from generation to generation than almost any other hymnologist of our country, not excepting Charles Wesley . . . Regarded critically, it must be stated that the affection with which Toplady is named, and the glow and passion of his faith and life and yearning after holiness, have led to an over exaltation of him as a hymn-writer. Many of his hymns have been widely used. . . Year by year, however, the number in use is becoming less. The reason is soon found. He is no poet or inspired singer. He climbs no heights. He sounds no depths. He has mere vanishing gleams of imaginative light. His greatness is the greatness of goodness. He is a fervent preacher not a bard.

[End of Dr. Julian's opinions].

Sources:

Augustus Montague Toplady, 1740-1778

Toplady was born at Farnham in Surrey on Nov. 4th. 1740. His father, Richard Toplady, was a Major in the British Army, and was killed at the siege of Carthagina (1741) soon after the birth of his son. His widowed mother placed him at the renowned Westminster School, London.

https://www.stempublishing.com
Augustus Toplady

Portrait d'Augustus Toplady. Religion Église méthodiste wesleyenne (en ) Augustus Montague Toplady, né le et mort le , est un religieux anglican et un poète anglais. Il a été l'un des principaux adversaires calvinistes de John Wesley.

http://wikipedia.org

Traduction française de l'article : Dr .Julian's opinion
Notes de l'hymnologie du Dr Julian:

Toplady est née à Farnham à Surrey le 4 novembre. 1740. Son père, Richard Toplady, était un major de l'armée britannique et a été tué au siège de Carthagina (1741) peu après la naissance de son fils. Sa mère veuve l'a placé à la célèbre Westminster School de Londres. Aussi loin que nous remontions, ce sont les circonstances qui l'ont amenée en Irlande, et le jeune Augustus a été inscrit au Trinity College de Dublin, où il a terminé sa formation universitaire, obtenant finalement sa maîtrise. Il a également reçu sa "nouvelle naissance" en Irlande dans des conditions remarquables, comme il nous le dit lui-même. avec une humilité étrangement mêmée à une haute estime de soi comme "un favori du paradis". "Il est étrange que moi qui si longtemps siégeais sous les moyens de la grâce en Angleterre, fûs amené directement à Dieu dans une partie obscure de l'Irlande, au milieu d'une poignée de personnes rencontrées dans une grange, et par le ministère de quelqu'un qui pouvait à peine épeler son propre nom. Sûrement c'était le fait du Seigneur et c'est merveilleux. L'Esprit régénérateur respire non seulement sur qui, mais aussi quand et où et comme IL l'a énuméré ". L'auteur actuel [Julian] sait que le prédicateur laïc, un méthodiste wesleyen, était Janus Norris et son texte Eph. 6:13; qu'il n'était pas l'homme analphabète que les paroles de Toplady voudraient nous faire croire. De même, il avait beaucoup plus de puissance de penser que son converti, c' était un orateur né, bien que retiré et modeste.
Toplady est entré dans les ordres de l'église d'Angleterre le 6 juin. 1772 et après quelque temps a été nommé à Broadhembury. Ses "Psaumes et hymnes de 1776" mentionnent qu'il était alors "B.A." et Vicaire de Broadhembury. Peu de temps après, il est à Londres en tant que ministre de la Chapelle des calvinistes français à Leicester Fields. C'était un calviniste fort et partisan, et pas bien informé théologiquement en dehors du calvinisme. Nous laissons volontiers de côté, avec soulagement, la poussière de l'oubli qui s'est accumulée sur ses écrits controversés, en particulier son attaque ridicule à l'encontre de John Wesley en raison de son arminianisme, tout comme nous déplorons l'incompréhension et la fausse et déplorable présentation  du calvinisme par John Wesley. En tout temps,  Toplady a manqué de profondeur de vue pour la compréhension du divin Maître à propos de : "Ne l'interdisez pas, car celui qui n'est pas contre nous est pour nous" Luc 9:50. Il était impulsif, téméraire, imprudent dans ses jugements; mais une flamme de dévotion authentique brûlait dans la lampe fragile de son corps trop taxé et gaspillé. Il est décédé le 11 août. 1778.. . Son "Rock of Ages", un chant d'action de grâce, lui a donné une place plus profonde et plus intérieure dans des millions de cœurs humains de génération en génération que presque tout autre hymnologue de notre pays, à l'exception de Charles Wesley. . . Considéré d'un œil critique, il faut dire que l'affection avec laquelle Toplady est nommée, la lueur et la passion de sa foi, de sa vie et de son désir de sainteté, l'ont conduit à une exaltation excessive de sa personne d'auteur d'hymnes. Beaucoup de ses hymnes ont été largement utilisés. . . D'année en année, cependant, le nombre en usage diminue. La raison est vite trouvée. Il n'est ni poète ni chanteur inspiré. Il ne monte pas vers le haut,  Il ne sonne pas en profondeur. Il n'a que des lueurs disparates de lumière imaginative. Sa grandeur est la grandeur de la bonté. C'est un fervent prédicateur et non un barde.