LE POEME DE L’AMOUR

 

Même si je distribuais en aliments tous mes biens,

 et si je livrais mon corps pour être brûlé,

mais que je  n’aie pas l’amour,

cela ne m’est d’aucun profit

(1 Corinthiens 13.3)

 

L’amour de Dieu est versé dans nos cœurs

par l’Esprit Saint qui nous a été donné  

(Romains 5.5)

 

Lecture proposée : (1 Corinthiens 13)

Les dons spirituels et l'amour

1 Si je parle les langues des hommes, et même celles des anges, mais que je n'ai pas l'amour, je suis un cuivre qui résonne ou une cymbale qui retentit. 2 Si j'ai le don de prophétie, la compréhension de tous les mystères et toute la connaissance, si j'ai même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, mais que je n'ai pas l'amour, je ne suis rien. 3 Et si je distribue tous mes biens aux pauvres, si même je livre mon corps aux flammes, mais que je n'ai pas l'amour, cela ne me sert à rien.
4 L'amour est patient, il est plein de bonté; l'amour n'est pas envieux; l'amour ne se vante pas, il ne s'enfle pas d'orgueil, 5 il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s'irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, 6 il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité; 7 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.
8 L'amour ne meurt jamais. Les prophéties disparaîtront, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. 9 En effet, nous connaissons partiellement et nous prophétisons partiellement, 10 mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra. 11 Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu un homme, j'ai mis fin à ce qui était de l'enfant. 12 Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, de manière peu claire, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai complètement, tout comme j'ai été connu.
13 Maintenant donc ces trois choses restent: la foi, l'espérance, l'amour; mais la plus grande des trois, c'est l'amour.

 

Un jour, un jeune médecin musulman entre dans la chambre d’un collègue chrétien et voit un petit livre ouvert sur son lit. Il s’en saisit et demande : -je peux lire ?

 

Après en avoir lu et relu un extrait, il dit à son ami : -Franchement, je ne savais pas qu’il y avait de si bonnes choses dans votre Bible. Est-ce que je peux la lire maintenant et revenir pour la lire encore ?

 

Il venait de lire 1 Corinthiens 13. C’est ce même texte qui a impressionné un jour un auditeur d’une radio chrétienne. Il s’est alors mis à la recherche du livre qui contenait ce « poème de l’amour ».

 

L’amour est au cœur de la foi chrétienne. Dans les dernières paroles adressées à ses disciples, le Seigneur Jésus insiste sur l’importance de l’amour de Dieu : « Aimez-vous l’un l’autre ; comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous l’un l’autre. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour entre vous » (Jean 13.34-35).

 

Le verset le plus connu de la Bible commence par : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique… » (Jean 3.16). C’est la base, le point de départ, car « l’amour est de Dieu » (1 Jean 4.7) [Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, car l'amour vient de Dieu, et toute personne qui aime est née de Dieu et connaît Dieu.]. Il ne m’a pas dit seulement qu’il m’aimait, il me l’a prouvé. Et ce Fils qu’il m’a donné m’aimait tellement qu’il a donné sa vie pour moi. Lisons et relisons ce beau chapitre en pensant à lui.

 

-        Oh ! mon Dieu, verse ton amour dans mon cœur, dans ma vie, un amour qui ressemble à celui de Jésus, mon Sauveur !

 

(Extrait de « La Bonne Semence »)

Ichtus (2)