GRATUITEMENT… MAIS A QUEL PRIX !

 

car vous avez été rachetés à un grand prix.

Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps

[et dans votre esprit qui appartiennent à Dieu].

 (1 Corinthiens 6.20)

 

et ils chantaient un cantique nouveau en disant: «Tu es digne de prendre le livre et d'en ouvrir les sceaux, car tu as été offert en sacrifice et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation.

 (Apocalypse 5.9)

 

On entend parfois : « C’est trop facile de dire qu’il suffit de croire pour être sauvé ! » On peut répondre : « Facile pour qui : pour l’homme ou pour Dieu ? »

 

Avec amour Dieu accueille l’homme tel qu’il est, pécheur, et il lui donne la vie éternelle. Il fait de lui son enfant pour le recevoir dans son ciel. Que demande-t-il en contrepartie ? Seulement de le croire, de lui faire confiance. Croire est le moyen de salut le plus simple qui soit. Il est à la porté  de l’enfant comme de la personne âgée, de l’ignorant et du savant. Il ne s’agit ni de faire, ni de donner : « Qui croit au Fils (de Dieu) a la vie éternelle » (Jean 3.36) [Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu reste au contraire sur lui.»]. Pour être sauvé, après s’être reconnu perdu, chacun doit croire à la valeur du sacrifice de Jésus.

 

Ainsi, pour le croyant tout est gratuit. Mais Dieu, lui, a dû payer le prix de cette libération : il a donné son Fils. « Il n’a pas épargné son propre Fils, mais l’a livré pour nous tous » (Romains 8.32) [Lui qui n'a pas épargné son propre Fils mais l'a donné pour nous tous, comment ne nous accorderait-il pas aussi tout avec lui?]. Nous ne pouvons pas comprendre ce que cela a été pour Dieu de donner son Fils pour nous.

 

La Bible parle aussi maintes fois des souffrances de Jésus sur la croix. Par anticipation, on les trouve dans les psaumes : « Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Psaume 22.2) [*Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? Pourquoi t'éloignes-tu sans me secourir, sans écouter mes plaintes? ] et par la voix des prophètes : « L’Eternel a fait tomber sur lui l’iniquité de nous tous » (Esaïe 53.6) [Nous étions tous comme des brebis égarées: chacun suivait sa propre voie, et l'Eternel a fait retomber sur lui nos fautes à tous.]. On en trouve l’expression dans les évangiles, les épîtres et jusque dans l’Apocalypse.

 

Oui, le croyant est sauvé gratuitement, parce que Jésus a payé pour lui un prix infini !

 

(Extrait de « La Bonne Semence »)

Ichtus (2)