DE LA PRISON AU PALAIS

 

Alors Jojakin, le roi de Juda, sortit vers le roi de Babylone avec sa mère, ses serviteurs, ses chefs et ses eunuques et le roi de Babylone le fit prisonnier. C'était la huitième année de son règne.

(2 Rois 24.12)

 

La trente-septième année de l'exil de Jojakin, roi de Juda, le vingt-cinquième jour du douzième mois, Evil-Merodac, le roi de Babylone, releva la tête du roi de Juda Jojakin et le fit sortir de prison. C'était la première année de son règne.

 (Jérémie 52.31)

 

Lecture proposée : (Jérémie 52.31-34)

31 La trente-septième année de l'exil de Jojakin, roi de Juda, le vingt-cinquième jour du douzième mois, Evil-Merodac, le roi de Babylone, releva la tête du roi de Juda Jojakin et le fit sortir de prison. C'était la première année de son règne. 32 Il lui parla avec bonté et lui donna une place supérieure à celle des autres rois retenus avec lui à Babylone. 33 Il lui fit changer ses habits de prisonnier et Jojakin mangea à sa table tout le reste de sa vie. 34 Le roi de Babylone pourvut constamment à son entretien journalier durant tout le reste de sa vie, jusqu'au jour de sa mort.

 

Yehoyakîn, dernier roi d’Israël , fit le mal de manière persistante. Le fait est si important qu’il en est question dans deux livres historiques

 

8 Jojakin avait 18 ans lorsqu'il devint roi et il régna 3 mois à Jérusalem. Sa mère s'appelait Nehushtha et c'était la fille d'Elnathan, de Jérusalem.
9 Il fit ce qui est mal aux yeux de l'Eternel, entièrement comme l'avait fait son père.
10 C'est à cette époque que les serviteurs de Nebucadnetsar, le roi de Babylone, montèrent contre Jérusalem, et la ville fut en état de siège. 11 Nebucadnetsar, le roi de Babylone, arriva devant la ville pendant que ses serviteurs en faisaient le siège. 12 Alors Jojakin, le roi de Juda, sortit vers le roi de Babylone avec sa mère, ses serviteurs, ses chefs et ses eunuques et le roi de Babylone le fit prisonnier. C'était la huitième année de son règne. 13 Il emporta de là tous les trésors de la maison de l'Eternel ainsi que ceux du palais royal, il brisa tous les ustensiles en or que Salomon, le roi d'Israël, avait faits dans le temple de l'Eternel. Cela se passa comme l'Eternel l'avait annoncé. 14 Il emmena en exil tout Jérusalem, tous les chefs et tous les hommes vaillants. Il y eut 10'000 exilés, avec tous les charpentiers et les serruriers. Il ne resta que les pauvres du pays. 15 Il exila Jojakin à Babylone et il emmena en exil de Jérusalem à Babylone la mère du roi, ses femmes, ses eunuques et les grands du pays, 16 tous les guerriers au nombre de 7000, ainsi que les charpentiers et les serruriers au nombre de 1000, tous ceux qui étaient des hommes vaillants, aptes à la guerre. Le roi de Babylone les fit venir en exil à Babylone, 17 et il établit roi à la place de Jojakin son oncle Matthania, dont il changea le nom en Sédécias.

(2 Rois 24.8-17) ;

 

9 Jojakin avait 18 ans lorsqu'il devint roi et il régna 3 mois et 10 jours à Jérusalem. Il fit ce qui est mal aux yeux de l'Eternel.
10 L'année suivante, le roi Nebucadnetsar le fit emmener à Babylone avec les ustensiles précieux de la maison de l'Eternel, et il établit roi sur Juda et sur Jérusalem Sédécias, le frère du père de Jojakin.

(2 Chroniques 36.9-10)

 

et un livre prophétique. C’est si grave que Dieu décide de déporter son peuple à Babylone. L’histoire  s’arrête-t-elle là, comme pour tant d’autres rois de cette époque ? Il se trouve que Yehoyakîn signifie « L’Eternel affermit »…

 

Survient un évènement complètement inattendu : au cours de la première année de son règne, un nouveau roi de Babylone décide de le sortir de sa prison. Bien plus, il le fait revenir à la vie normale, le réhabilite, l’invite en permanence à sa table et pourvoit à ses besoins (voir lecture proposée). Pour quelle raison ce nouveau roi a-t-il fait cela ? N’est-ce pas un exemple de pure bonté, puisque Yehoyakîn était son prisonnier ?

 

Ceci nous amène à réfléchir sur nos chemins de vie, qui sont parfois tortueux. Vous êtes-vous éloigné de Dieu, endurci malgré les avertissements de sa Parole ? Vous sentez-vous comme un déporté par rapport à ce que vous devriez être et vivre ? La vie de Yehoyakîn est là pour vous dire que vous pouvez être affermi. Vous ne le méritez pas plus que ce roi. Dieu, dans sa grâce, peut faire la même chose pour vous. Mais le voulez-vous ?

 

 (Extrait des « Méditations Quotidiennes – Jean-Louis Théron)

Ichtus (2)