« J’AI SOIF DE TA PRESENCE »

 

J’ai soif de Dieu, du Dieu vivant !

 (Psaume 42.3)

 

Lecture proposée : (Psaum42 )

L'espérance en Dieu

1 Au chef de chœur.
Cantique des descendants de Koré.
2 Comme une biche soupire après des cours d'eau,
ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu!
3 Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant.
Quand donc pourrai-je me présenter devant Dieu?
4 Mes larmes sont ma nourriture jour et nuit,
car on me dit sans cesse: «Où est ton Dieu?»
5 Je me rappelle avec émotion
l'époque où je marchais entouré de la foule,
où j'avançais à sa tête vers la maison de Dieu,
au milieu des cris de joie et de reconnaissance
d'une multitude en fête.
6 Pourquoi être abattue, mon âme,
et gémir en moi?
Espère en Dieu, car je le louerai encore!
Il est mon salut et mon Dieu.
7 Mon âme est abattue en moi;
aussi, c'est à toi que je pense depuis le pays du Jourdain,
depuis l'Hermon, depuis le mont Mitsear.
8 L'abîme appelle un autre abîme au fracas de tes cascades,
toutes tes vagues et tous tes flots passent sur moi.
9 Le jour, l'Eternel m'accordait sa grâce;
la nuit, je chantais ses louanges,
j'adressais ma prière au Dieu de ma vie.
10 Je dis à Dieu, mon rocher:
«Pourquoi m'as-tu oublié?
Pourquoi dois-je marcher dans la tristesse,
sous l'oppression de l'ennemi?»
11 Mes os se brisent quand mes persécuteurs m'insultent
et me disent sans cesse: «Où est ton Dieu?»
12 Pourquoi être abattue, mon âme,
et pourquoi gémir en moi?
Espère en Dieu, car je le louerai encore!
Il est mon salut et mon Dieu.

 

 

 

 

Annie Sherwood Hawks se trouvait dans sa cuisine. Elle avait beaucoup de soucis, mais la conscience de la présence de son Maître la réconfortait. Elle se demandait : « Comment peut-on vivre sans lui ? »

 

Alors une prière jaillit spontanément de son cœur : « Chaque jour, à chaque heure, oh ! j’ai besoin de toi. Viens, jésus et demeure auprès de moi ».

 

L’après-midi, elle nota ces mots et y ajouta des strophes :

 

1-     J’ai soif de ta présence, divin chef de ma foi ;

Dans ma faiblesse immense, que ferais-je sans toi ?

2-     Des ennemis, dans l’ombre, rodent autour de moi ;

Accablé par le nombre, que ferais-je sans toi ?

3-     Pendant les jours d’orage, d’obscurité, d’effroi

Quand faiblit mon courage, que ferais-je sans toi ?

4-     Ô Jésus ! ta présence, c’est la vie et la paix ;

La paix dans la souffrance et la vie à jamais.

 

Le pasteur Robert Lowry, découvrant ce poème de sa paroissienne, le mit en musique. Le cantique fut chanté pour la première fois lors d’un rassemblement des Ecoles du Dimanche à Cincinnati.

 

Chantons, nous aussi, notre dépendant du Seigneur, avec tous les chrétiens du monde qui l’ont exprimée par ces paroles.

  J'AI SOIF DE TA PRÉSENCE -

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Alfred Kuen)

Ichtus (2)