Jean 19:33-34 (Segond 21)

33 Quand ils s'approchèrent de lui, ils virent qu'il était déjà mort. Ils ne lui brisèrent pas les jambes, 34 mais un des soldats lui transperça le côté avec une lance et aussitôt il en sortit du sang et de l'eau

Le sang du Christ.

Quand cette œuvre de l’expiation est terminée, Jésus déclare : Tout est accompli, et remet son esprit.

C’est alors que les soldats qui sont témoins irréfutables voient qu’il est déjà mort, que de son côté percé par la lance d’un soldat jaillit le sang et l’eau.

 Ce sang nous purifie de tous péchés et nous met à l’abri du jugement qui vient sur l’humanité. De la même manière que les Israélites en Egypte se trouvaient à l’abri du jugement par le sang de l’agneau pascal sur les poutres de leurs habitations. Mais par grâce, après le sang, l’eau peut couler.

 Cette eau qui dans l’évangile de Jean est le symbole de la vie éternelle. Aux pécheurs qui sont graciés par l’œuvre de son Fils, Dieu donne la vie éternelle et fait d’eux ses enfants bien aimés.

 1 Corinthiens 11:24 (Segond 21)

Après avoir remercié Dieu, il l'a rompu et a dit: [«Prenez, mangez.] Ceci est mon corps qui est [rompu] pour vous. Faites ceci en souvenir de moi.»

 En partageant le repas du Seigneur nous courons le risque de le faire par habitude.

Pour éviter ce piège, nous avons besoin d’être renouvelés dans l’Esprit afin de saisir le sens profond de la sainte cène.

Notre texte nous laisse entendre que manger ce pain qui représente le pain de vie qu’est Jésus, et boire cette coupe qui représente le sang de la nouvelle alliance, cela signifie une confession de Foi active.

 La mort du Seigneur, sa résurrection et… son retour.

Jésus est mort, Jésus est ressuscité, Jésus revient. C’est le fondement de notre foi (Mort – Résurrection – Retour)

 Paul nous fait entendre que lorsque nous annonçons la mort du Seigneur, par le partage du pain et du vin, cela nous rappelle également notre propre mort et notre propre résurrection avec Christ qui est conforme à notre baptême.

 C’est une réalité que nous avons tendance à oublier, d’où l’importance de ne pas prendre la sainte cène à la légère.

 Romains 6:1-11 (Segond 21)

1 Que dirons-nous donc? Allons-nous persister dans le péché afin que la grâce se multiplie? 2 Certainement pas! Nous qui sommes morts pour le péché, comment pourrions-nous encore vivre dans le péché?
3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés? 4 Par le baptême en sa mort nous avons donc été ensevelis avec lui afin que, comme Christ est ressuscité par la gloire du Père, de même nous aussi nous menions une vie nouvelle. 5 En effet, si nous avons été unis à lui par une mort semblable à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection semblable à la sienne. 6 Nous savons que notre vieil homme a été crucifié avec lui afin que le corps du péché soit réduit à l'impuissance et qu'ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché. 7 En effet, celui qui est mort est libéré du péché. 8 Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, 9 car nous savons que Christ ressuscité ne meurt plus; la mort n'a plus de pouvoir sur lui. 10 Christ est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes; maintenant qu'il est vivant, c'est pour Dieu qu'il vit. 11 De la même manière, vous aussi, considérez-vous comme morts pour le péché et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ [notre Seigneur].

 L’apôtre Paul nous invite, quand nous prenons la sainte cène, à bien réfléchir pour ne pas la prendre à la légère. C’est une action sérieuse qui peut être un jugement contre nous-mêmes.

Devant Dieu et devant les hommes, s’il n’y a pas de coin sombre, alors nous sommes invités au repas et à la Table du Seigneur.

 En effet, j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai transmis. Le Seigneur Jésus, la nuit où il a été arrêté, a pris du pain. 24 Après avoir remercié Dieu, il l'a rompu et a dit: [«Prenez, mangez.] Ceci est mon corps qui est [rompu] pour vous. Faites ceci en souvenir de moi.» 1Corinthiens 11 :23,24)

 

 Je voudrai vous laisser ce verset de Proverbes 16.20

 « Celui qui est attentif à l’instruction (du Seigneur) trouvera le bonheur. Heureux celui qui met sa confiance en l’Eternel »

JP

Ichtus (2)