UN DIEU QUI GUERIT

 

Jésus menaça l’esprit impur,

guérit l’enfant, et le rendit à son père.

Et tous furent frappés de la grandeur de Dieu.

( Luc 42.43)

 

Jésus les accueillit et leur parlait du royaume de Dieu ;

il guérit aussi ceux qui avaient besoin d’être guéris

 ( Luc : 9.11)

 

Lecture proposée : (2 Corinthiens 12.5-10)

5 Je me vanterai d'un tel homme, mais de moi-même je ne me vanterai pas, sinon de mes faiblesses. 6 Si je voulais me vanter, je ne serais pas déraisonnable, car je dirais la vérité, mais je m'en abstiens afin que personne n'ait à mon sujet une opinion supérieure à ce qu'il voit en moi ou à ce qu'il entend de moi.
7 Et pour que je ne sois pas rempli d'orgueil à cause de ces révélations extraordinaires, j'ai reçu une écharde dans le corps, un ange de Satan pour me frapper et m'empêcher de m'enorgueillir. 8 Trois fois j'ai supplié le Seigneur de l'éloigner de moi, 9 et il m'a dit: «Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse.» Aussi, je me montrerai bien plus volontiers fier de mes faiblesses afin que la puissance de Christ repose sur moi. 10 C'est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les insultes, dans les détresses, dans les persécutions, dans les angoisses pour Christ, car quand je suis faible, c'est alors que je suis fort.


Notes de la Bible Segond 21

2 Corinthiens 12

  • 12.7 Echarde : Paul parle probablement d'une infirmité corporelle douloureuse, mais on ignore sa nature précise; peut-être s'agissait-il d'un problème relatif aux yeux (voir Galates 4.14-15) [14 Et mis à l'épreuve par mon corps, vous n'avez montré ni mépris ni dégoût; au contraire, vous m'avez accueilli comme un ange de Dieu, comme Jésus-Christ lui-même. 15 Où donc est l'expression de votre bonheur? En effet, je vous rends ce témoignage: si cela avait été possible, vous vous seriez arraché les yeux pour me les donner.].

*****

Loin de moi la pensée que Dieu soit dans l’obligation de me guérir fût-ce au nom de son amour pour moi, quand vient la maladie. Il est souverain ! Mais tout de même, le petit mot m’a frappé : il guérit aussi. Qu’il soit notre Rédempteur, heureusement car, sinon, nous serions à jamais perdus. Par contre, nous le considérons si peu comme guérisseur, en dépit de tant de guérisons rapportées par les évangiles. Même ceux qui touchaient simplement son vêtement furent guéris, c’est tout dire ! A l’exception d’églises qui en font leur confession de foi, la plupart font silence sur la libération des malades et des démoniaques.

 

Permettez que je m’en étonne. Nous ne pouvons minorer une si grande partie du comportement de Jésus. N’a-t-il pas reçu tout pouvoir ? (Matthieu 28.18) [Jésus s'approcha et leur dit: «Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre] .. Certes pour que  nous retenions surtout le grand miracle de la grâce, Dieu peut éprouver notre foi au travers de la maladie, comme il le fit pour l’apôtre Paul. Mais il est aussi compatissant, libérateur. Un Dieu souverain, un Dieu agissant, réfléchissons là-dessus. Ce sera le signe d’un souci d’entière fidélité, afin que nous soyons tous frappés de la grandeur de Dieu.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Ivan Doulière)

Ichtus (2)