…pour ne pas être le cœur enterré (Photopoème)

 

 

…pour ne pas être le cœur enterré

 

Les  illusions, contusions de l’âme en réclusion,

Disent de se multiplier pour ne plus être

Dans la matière et la forme évasion.

 

L’autre émet de devenir l’emblème du geste

Sur le quel nul compteur des heures du cœur se greffe,

De devenir toujours lendemains qui infestent.

 

Que ceux qui calculent en funambules saouls

La perte d’énergie des consciences enfouies,

S’étourdissent d’extrême apathie et s’écroule.

 

Réflexif et mental, l’excédé bactérien,

L’énervé, le « consumé », subit l’étau noir

De l’inconscience pour un rien, oui, pour un rien.

 

Pour un rien, mais en tout, les savoirs mêle-tout,

De non-maîtrise absolue des êtres et des choses,

Surgissent fantômes du flou en garde-fous.

 

A peine se tait-on soi-même aux heures de l’aube

Quand l’esprit dessine ses contours au revers

Du mental qu’il renvoie à son ouvrage en daube.

 

Polir l’être intérieur alors qu’il anticipe

Revient à effacer les effets du mental

Installé dictateur des idées et principes.

 

Lorsqu’il illusionne l’être qui se questionne

Une mouvance naît, allume une lumière,

S’exhale en vibration le cœur qui se questionne.

 

Être comme un oiseau, s’alimenter de miettes

Qu’émiettent les rencontres, mannes miraculeuses,

Voler … pour ne pas être le cœur enterré.

 

Yann