De plus, il y a un immense abîme entre nous et vous et,

même si on le voulait,

on ne pourrait ni le franchir pour aller d’ici vers vous

ni le traverser pour venir de chez vous ici.

 (Luc 16.26)

 

Lecture proposée : (Luc 16.19-31)

19 »Il y avait un homme riche, qui s'habillait de pourpre et de fin lin et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie. 20 Un pauvre du nom de Lazare était couché devant son portail, couvert d'ulcères. 21 Il aurait bien voulu se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche, cependant même les chiens venaient lécher ses ulcères. 22 Le pauvre mourut et fut porté par les anges auprès d'Abraham. Le riche mourut aussi et fut enterré. 23 Dans le séjour des morts, en proie à une grande souffrance il leva les yeux et vit de loin Abraham, avec Lazare à ses côtés. 24 Il s'écria: ‘Père Abraham, aie pitié de moi et envoie Lazare pour qu'il trempe le bout de son doigt dans l'eau afin de me rafraîchir la langue, car je souffre cruellement dans cette flamme.' 25 Abraham répondit: ‘Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie et que Lazare a connu les maux pendant la sienne; maintenant, il est consolé ici et toi, tu souffres. 26 De plus, il y a un grand abîme entre nous et vous, afin que ceux qui voudraient passer d'ici vers vous, ou de chez vous vers nous, ne puissent pas le faire.' 27 Le riche dit: ‘Je te prie alors, père, d'envoyer Lazare chez mon père, car j'ai cinq frères. 28 C'est pour qu'il les avertisse, afin qu'ils n'aboutissent pas, eux aussi, dans ce lieu de souffrances.' 29 Abraham [lui] répondit: ‘Ils ont Moïse et les prophètes, qu'ils les écoutent.' 30 Le riche dit: ‘Non, père Abraham, mais si quelqu'un vient de chez les morts vers eux, ils changeront d'attitude.' 31 Abraham lui dit alors: ‘S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader, même si quelqu'un ressuscite.'»

 

LA GRANDE SEPARATION

 

Qu’arrivera-t-il après ma mort ? Regardez la grande séparation qui s’opère chaque jour dans nos aéroports. Une foule dense, et chacun va à son lieu, le lieu pour lequel il a réservé son passage. Tout le monde devrait aller au même endroit ?  Ce serait une dictature inacceptable !

 

Et bien, pour le voyage ultime, c’est pareil. Voici deux mourants. L’un est riche et béni, l’autre est pauvre et maudit. L’un est religieux et incroyant, l’autre est croyant sans être religieux. Ils sont si proches, et pourtant, tout les sépare. Et après ? Le riche meurt. Tout est fini, sauf que lui n’en a pas fini. Il n’avait pas de place pour Dieu, maintenant Dieu n’a plus de place pour lui. Il est perdu. Seul, privé de compassion, plus jamais droit au soulagement, il souffre et le pire est à venir.

 

Lazare est sauvé par sa foi, car il n’y a pas de salut sans la foi ! La souffrance l’a poussé dans les bras de Dieu ; Le voilà consolé. Il y a donc un choix évident, un choix qui est déterminé par une seule chose : s’ils n’écoutent ni Moïse ni les prophètes…

 

Mon attitude devant la Parole de Dieu détermine mon éternité. C’est exigeant à tel point que cela devrait me pousser dans les bras de Dieu dès aujourd’hui.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Egbert Egberts)

Ichtus (2)