Je vous rendrai méprisables et vils aux yeux de tout le peuple,

parce que vous n’avez pas gardé mes voies

et que vous avez égard à l’apparence des personnes

quand vous interprétez la loi  

(Malachie 2.9)

 

Lecture proposée : (Malachie 2.1-9)

1 Maintenant, prêtres, ce commandement est pour vous!
2 Si vous n'écoutez pas, si vous ne prenez pas à cœur
de donner gloire à mon nom, dit l'Eternel, le maître de l'univers,
j'enverrai parmi vous la malédiction et je maudirai vos bénédictions.
Oui, je les maudirai, parce que vous ne prenez pas cela à cœur.
3 Me voici, je menace votre descendance 
et je vous jetterai des excréments au visage,
les excréments des victimes que vous sacrifiez,
et on vous emportera avec eux.
4 Vous saurez alors que je vous ai adressé ce commandement
afin que mon alliance avec Lévi subsiste,
dit l'Eternel, le maître de l'univers.
5 Mon alliance avec lui était une alliance de vie et de paix;
je les lui ai données pour qu'il me craigne,
et il a eu pour moi de la crainte,
il a tremblé devant mon nom.
6 La loi de vérité était dans sa bouche,
on ne trouvait pas d'injustice sur ses lèvres.
Il a marché avec moi dans la paix et dans la droiture,
et il a détourné beaucoup d'hommes du mal.
7 En effet, les lèvres du prêtre sont les gardiennes de la connaissance,
c'est à sa bouche qu'on demande la loi,
parce qu'il est un messager de l'Eternel, le maître de l'univers.
8 Mais vous, vous vous êtes écartés de cette voie,
vous en avez fait trébucher beaucoup par le moyen de la loi,
vous avez violé l'alliance de Lévi,
dit l'Eternel, le maître de l'univers.
9 Et moi, je vous livrerai au mépris et à l'humiliation
aux yeux de tout le peuple
parce que vous n'avez pas gardé mes voies
et que vous faites preuve de partialité
dans l'application de la loi.

 

 

PAS TENDRE POUR LES SACRIFICATEURS

 

Non, l’Eternel n’y va pas avec le dos de la cuillère quand il parle à ses serviteurs ! Et nous sommes tous concernés s’il est vrai que Dieu veut faire de tous ses enfants un peuple de sacrificateurs !

 

Que reproche-t-il ? En premier lieu, de ne pas prendre à cœur la gloire de son nom (verset 1). En d’autres termes, un service fait sans passion, juste parce qu’il faut le faire.

 

Mais aussi de ne pas persévérer dans le respect de ses lois, voire de les interpréter ou de les appliquer à la tête du « client ». Jacques ne dira pas autre chose quand il pressera ses frères de ne mêler aucune partialité à leur foi (2.1) Le risque existe donc et les pasteurs ne sont pas les seuls concernés. Jacques, au-delà des douze tribus dispersées, s’adressait bien à tous, non aux seuls Lévites !

 

Ce que nous faisons pour Dieu, même banal : lire sa Parole, intercéder, témoigner de notre foi, assister aux rencontres de la communauté, est-ce parce qu’il est juste de le faire ou par amour, le prenant à cœur ? Dieu n’a que faire d’un service subi ou accompli par simple devoir. Il attend l’engagement de notre reconnaissance et de nos affections. Sans quoi, son déplaisir peut prendre des proportions insoupçonnées.

 

 (Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Richard  Doulière)

Ichtus (2)